Méga restructuration chez Carrefour Belgique: 1233 emplois à la trappe

©AFP

1233 emplois passent à la trappe suite à la restructuration chez Carrefour Belgique. Deux hypermarchés vont fermer leurs portes d'ici le mois de juin, tandis que trois autres, ceux de Haine-Saint-Pierre, Soignies et Froyennes, partent en grève ce jeudi après-midi. A Bruxelles, tous les magasins se sont mis à l'arrêt. Pour le SETCa, "c'est un nouveau carnage social".

Lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire qui a commencé à 14h au siège de Carrefour Belgique à Evere, la direction de la filiale belge du groupe a annoncé que 1233 emplois allaient passer à la trappe suite à la méga restructuration annoncée mardi par le patron de Carrefour, Alexandre Bompard.

Les pertes d'emploi concernent 1053 personnes dans les hypermarchés et 180 au siège. Les hypermarchés Belle Île à Liège-Angleur et celui de Genk (Limbourg) vont fermer d'ici juin, indiquent plusieurs sources syndicales. Trois autres hypermarchés passeront en supermarchés (Carrefour Market), ceux de Haine-Saint-Pierre, Bruges Saint-Croix et Westerlo, tandis qu'un autre hyper, celui de Turnhout, verra sa surface réduite. Les mesures annoncées ne concernent toutefois pas les 443 supermarchés et les 296 magasins Express.

"Le plan de sauvetage initié en 2010 et le plan de redressement de Carrefour Belgique ont porté leurs fruits. Pendant ce temps, le secteur de la distribution a fait face à de nouveaux défis."
Carrefour

Carrefour Belgique annonce même l'ouverture de plus de 30 nouveaux supermarchés Market et Express dans le courant de l'année 2018, ainsi que la création de 70 points de retrait e-commerce. La société prévoit également une expansion des heures d'ouverture afin de mieux servir les clients. Les conditions de travail vont également être révisées, selon la CNE.

"Le plan de sauvetage initié en 2010 et le plan de redressement de Carrefour Belgique ont porté leurs fruits. Pendant ce temps, le secteur de la distribution a fait face à de nouveaux défis", justifie l'entreprise de grande distribution.

"Un plan de transformation est nécessaire pour réduire les coûts et investir significativement dans les secteurs créateurs de valeur tels que le développement numérique, les services, le bio, les produits frais et les marques Carrefour." "Ce plan pourrait avoir des conséquences potentielles sur l'emploi dans les hypermarchés et au siège", conclut Carrefour.

"Un nouveau carnage social"

"Pour le SETCa, c'est un nouveau carnage social", indique ce jeudi le syndicat socialiste."Ecoeurée et fâchée contre l'insolence de la direction et la froideur des informations reçues", a précisé la vice-présidente du Setca Myriam Delmée.

"Je ne sais pas comment les travailleurs vont réagir en Belgique."
Myriam Delmée
Vice-présidente du Setca

"On se retrouve dans la même situation que lors de la dernière restructuration en 2010. Les travailleurs ont fait des efforts, ils ont relevé leurs manches pour ce qui était présenté comme un plan de sauvetage et voilà où on en est aujourd'hui."

Le syndicat socialiste n'est "pas prêt à se mettre à la table des négociations", dit-elle. La direction a proposé de rencontrer les syndicats tous les mercredis pour entamer les discussions en vue d'un plan social. Des contacts ont été pris avec les syndicats en France, où la suppression de 2.400 postes a été annoncée mardi. "Je ne sais pas comment les travailleurs vont réagir en Belgique", a prévenu Delmée.

"Une annonce violente qui choque avec un manque de clarté absolu. Scandale. Les magasins réagiront", a prévenu Delphine Latawiec, secrétaire nationale de la CNE. La CNE qui a déjà prévenu que le mouvement de grève dans les magasins Carrefour continuera probablement jusqu'à lundi.

"Il y aura des mouvements de grève d'ici la fin du week-end."
Delphine Latawiec

"Sur le terrain, nous constatons que les employés souhaitent envoyer un signal fort à la direction. Tous les magasins ne seront pas fermés. Mais il y aura des mouvements de grève d'ici la fin du week-end. Des assemblées du personnel sont prévues. On convoquera ensuite nos équipes lundi à la CNE. On y verra alors plus clair sur la stratégie à suivre", a précisé Delphine Latawiec.

Des négociations avec les syndicats sont prévues chaque mercredi à partir du 31 janvier.

Kris Peeters rentre de Davos en urgence

Le ministre wallon de l'Économie et de l'Emploi Pierre-Yves Jeholet a pris contact avec les représentants des travailleurs de Carrefour et rencontrera mardi la direction belge du groupe afin de "voir tout ce que l'on peut faire pour limiter au maximum la casse" en matière d'emploi. Le ministre MR et vice-président du gouvernement wallon s'est dit surpris par l'ampleur de l'annonce du groupe.

"Je suis aux côtés des travailleurs et des familles, je mesure le désarroi, l'inquiétude et la détresse."
Pierre-Yves Jeholet
Ministre wallon de l'Économie et de l'Emploi

"Je suis aux côtés des travailleurs et des familles, je mesure le désarroi, l'inquiétude et la détresse", a commenté Jeholet, tout en soulignant la nécessité de recevoir des précisions sur les chiffres bruts annoncés.

Le Premier ministre Charles Michel et son vice-Premier Kris Peeters ont quant à eux indiqué qu'ils apportaient tout leur soutien aux travailleurs. "Le gouvernement belge va tout faire pour soutenir un maximum les travailleurs de Carrefour et leurs familles", ont-il indiqué, exprimant également le fait qu'ils "restent en contact avec la direction de Carrefour". Kris Peeters a également prévenu sur Twitter qu'il rentrait au plus vite de Davos pour gérer la situation en Belgique.

Il demande que la procédure Renault puisse démarrer dans les meilleurs délais au sein de l'entreprise de grande distribution. Le vice-Premier ministre ajoute qu'il veillera à ce qu'il y ait une "enquête approfondie sur les alternatives" aux licenciements.

Le ministre bruxellois de l'Emploi et de l'Economie Didier Gosuin (DéFI) a invité les ministres de l'Emploi et de la Formation des entités concernées à une réunion de crise ce vendredi. Elle aura lieu au cabinet du ministre, à 12h30, pour "construire une action publique concertée".

♦ Les chiffres de Carrefour en Belgique

En Belgique, Carrefour emploie 11 500 personnes (8 500 équivalents temps plein), dont 800 personnes au siège d'Evere, sans compter le personnel des magasins franchisés. Le nombre d'employés à temps partiel est supérieur aux temps pleins. Carrefour compte en Belgique 45 hypermarchés, dont 44 en gestion propre et un franchisé, 443 supermarchés, dont 39 en gestion propre et 296 magasins "Express", tous franchisés.

Rappelons toutefois que la dernière importante restructuration du groupe en Belgique avait entraîné la destruction de 1 700 emplois dans 14 magasins.

♦ Un gigantesque plan de restructuration

Mardi, Alexandre Bompard, patron du groupe Carrefour, avait annoncé le lancement d'un grand plan stratégique destiné à rebooster l'entreprise, actuellement en perte de vitesse. Dans son plan, Alexandre Bompard a annoncé la suppression en France de 2 400 des quelque 10 500 salariés. Il a par ailleurs souligné l'importance, selon lui du format hypermarché. Il assure qu'il n'y aura aucune fermeture d'hypermarchés, tout au plus une réduction des surfaces.

Il n'avait toutefois dit aucun mot sur le sort qui serait réservé aux magasins et salariés belges. Chez nous, rappelons en effet que les hypermarchés sont au centre de toutes les craintes. Ils sont peu rentables, voire en perte. "La situation de Carrefour en Belgique n'est ni bonne ni mauvaise", expliquait pourtant Gino Van Ossel, spécialiste de la distribution à la Vlerick School.

"Le nettoyage des magasins déficitaires a été effectué il y a huit ans. On peut encore franchiser quelques points de vente, mais cela me semble compliqué pour les hypers, là où cela va le plus mal", avait-il ajouté.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content