La Catalogne a "jusqu'à jeudi" pour clarifier sa position

Josep Lluis Trapero, le chef de la police de Catalogne ©REUTERS

Madrid presse le président séparatiste de la région, Carles Puigdemont, d'accélérer le mouvement pour déterminer sa position.

Le président séparatiste de Catalogne a comme prévu adressé une lettre au chef du gouvernement espagnol. Qu'écrit-il?

→ Il annonce à Mariano Rajoy son souhait de "suspendre" pendant deux mois le mandat confié par les Catalans d'aller vers un pays indépendant pour entamer un dialogue.

"Pendant les deux prochains mois, notre principal objectif est de vous amener à dialoguer", écrit-il au chef du gouvernement Mariano Rajoy, après avoir évoqué la "suspension du mandat" confié par les Catalans qui ont selon lui voté pour l'indépendance.

Puigdemont répond ainsi à la question du gouvernement qui lui avait laissé jusqu'à lundi pour répondre s'il avait déclaré ou non l'indépendance. Mais il ne répond pas directement à la question sur la proclamation d'indépendance et, au lieu de cela, suggère que Mariano Rajoy et lui-même se rencontrent le plus rapidement possible pour engager un dialogue dans les deux mois à venir.

La Vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, donne désormais à Puigdemont jusqu'à jeudi pour affirmer qu'il n'a pas proclamé l'indépendance.

Les conditions de Madrid

Le leader catalan avait jusqu'à ce lundi pour clarifier sa position - et jusqu'à jeudi pour changer d'avis s'il persistait quant à une sécession. Et Rajoy avait averti  que Madrid suspendrait l'autonomie de la Catalogne si Carles Puigdemont optait pour l'indépendance.

Le parquet avait requis lundi le placement en détention provisoire pour le chef de la police de Catalogne Josep Lluis Trapero, dans le cadre d'une instruction pour sédition menée à Madrid. La juge en charge du dossier a toutefois décidé en fin de journée de le laissé libre, mais sous contrôle judiciaire.

Par ailleurs, la vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, estime que Carles Puigdemont n'avait pas répondu aux autorités espagnoles sur le fait de savoir s'il avait ou non déclaré l'indépendance de la Catalogne. Elle lui offre un nouveau délai: d'ici jeudi, il doit clarifier sa position. "Monsieur Puigdemont a encore l'occasion de s'orienter vers une sortie de crise, il doit pour cela répondre 'oui' ou 'non' à laquestion d'une déclaration d'indépendance." "La persévérance dans la confusion est incompréhensible", a-t-elle ajouté.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content