Plus de 4.000 pertes d'emploi annoncées en 15 jours

©BELGA

Plus de 4.000 emplois sont menacés par des restructurations révélées depuis début septembre en Belgique, selon un décompte réalisé par l'agence Belga.

Avec les mauvaises nouvelles annoncées ce jeudi matin, on dénombre pas moins de 4.020 emplois menacés en Belgique par des restructurations d'entreprises.

Si Caterpillar et la perte de 2.200 emplois directs sur le site de Gosselies occupent principalement les syndicats et les autorités publique, d'autres plans d'envergure, notamment dans le secteur des banques et des assurances, ont plombé le moral des travailleurs dans toutes les régions du pays.

Un Ford Genk en deux semaine

 

Ce jeudi ont été annoncées la fermeture de l'usine Jacobs Douwe Egberts à Grimbergen et la faillite des boutiques MS Mode en Belgique. Quelque 274 emplois sont ainsi en danger après que la direction de Jacobs Douwe Egberts a annoncé son intention de fermer l'usine de Grimbergen. Le même jour, MS Mode, qui occupe 220 personnes, a admis devoir demander la faillite pour ses magasins belges.

4.020
Au total, 4.020 travailleurs sont directement touchés par ces différentes annonces intervenues au cours des deux premières semaines du mois de septembre. A noter qu'il ne s'agit que d'intentions de licenciements, le nombre effectif de personnes perdant leur emploi n'étant pas encore défini et ne tient pas comptes des emplois indirects.

Le jeudi noir se poursuit avec l'annonce du groupe américain de services pétroliers Halliburton qui envisage de fermer son site de Drogenbos, ont indiqué les syndicats au terme d'un conseil d'entreprise extraordinaire. 50 emplois sont menacés de disparaître. La phase 1 de la loi Renault va être enclenchée.

Axa a exprimé son intention de supprimer 650 emplois en deux ans, pour 300 d'ici 2020 chez P&V. A ce triste décompte s'ajoutent la fermeture de l'imprimerie de Printing Partners à Grand-Bigard qui met quelque 158 emplois sur la sellette à l'horizon 2021.

En septembre ont aussi été annoncées l'intention du métallurgiste Dana, à Bruges, de licencier 40 travailleurs; celle d'Eurostation (filiale de la SNCB) mettant en péril 40 emplois; et le plan de licenciement de CP Bourg, à Ottignies, de 88 personnes.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés