live

Charlie Hebdo: récit de deux jours de traque

©EPA

Des hommes du Raid et du GIGN, qui menaient jeudi près de Villers-Cotterêts (Aisne) et Crépy-en-Valois (Oise) une traque intensive des deux suspects de l'attentat contre Charlie Hebdo, les frères Chérif et Saïd Kouachi, toujours introuvables, devaient la poursuivre toute la nuit

06h30 Bonjour à tous. Rejoignez-nous dès à présent sur notre nouveau live en cliquant sur ce lien.

23:58 Malgré la nuit, la chasse à l'homme se poursuit dans le nord de la France, où ont été localisés les deux auteurs présumés de l'attentat contre Charlie Hebdo. Avec l'aide de cinq hélicoptères, les recherches vont se poursuivre de nuit, ont indiqué des sources policières. Des hommes du RAID et du GIGN, les unités d'élite de la police et de la gendarmerie, ratissaient depuis la mi-journée, sous la pluie, la région Picardie, où le niveau maximum d'alerte antiterroriste a été décrété. Armés, casqués, en uniforme noir, ils patrouillaient sur les routes, contrôlant les véhicules, fouillant les jardins de maisons, les rues de villages.

23:46 Le MI5, les services de renseignement britanniques, évoque la "probabilité importante" d'attentats d'ampleur en Occident et au Royaume-Uni, préparés par Al Qaïda en Syrie.

23:42 D'après la chaîne américaine NBC, les frères Kouachi étaient placés depuis plusieurs années sur une liste de personnes soupçonnées de terrorisme, ce qui leur interdisait l'accès au territoire américain.

23:33  Le rédacteur en chef du quotidien britannique The Guardian a annoncé que le groupe propriétaire du journal allait offrir la somme de 100.000 livres, soit près de 130.000 euros à l'équipe de Charlie Hebdo.

Guardian Media Group has pledged £100k donation to Charlie Hebdo to help ensure it's not silenced. Google giving $300k— alan rusbridger (@arusbridger) 8 Janvier 2015

23:18 L'écrivain français Michel Houellebecq a suspendu jeudi la promotion de son roman "Soumission", accusé par ses détracteurs de véhiculer l'islamophobie, après la mort d'un de ses amis dans l'attentat contre Charlie Hebdo, a annoncé son agent. Il a été "profondément affecté par la mort de son ami Bernard Maris", économiste de gauche et actionnaire du journal, a déclaré François Samuelson à l'AFP. 

23:00 Un appel d'un groupe d'Anonymous à venger Charlie Hebdo pourrait perturber l'enquête sur l'attentat contre l'hebdomadaire, a estimé Olivier Laurelli, blogueur expert en sécurité informatique. "Attendez-vous à une réaction massive de notre part", a rapidement publié sur Twitter après l'attentat, un compte baptisé @OpCharlieHebdo. "C'est pas en lançant des dénis de service (lorsqu'un site internet est inondé de requêtes pour le mettre hors service, NDLR) que l'on va régler quoi que ce soit", a expliqué ce blogueur qui travaille dans la sécurité informatique. "A partir du moment où on attaque les réseaux où les jihadistes communiquent entre eux, on interfère dans le travail des enquêteurs", a prévenu Olivier Laurelli.

22:00 Contrairement à ce que l'AFP affirmait plus tôt, des sources proches du dossier indiquent ce soir au Monde qu'il n'y a aucune confirmation que la dernière voiture empruntée par les suspects ait été abandonnée.

21:58 Le Conseil de sécurité de l'ONU a observé une minute de silence jeudi en hommage aux victimes de l'attentat

21:33 Selon un journaliste du journal Le Monde présent sur place, la trentaine de véhicules de police qui étaient déployées à Longpont sont en train de quitter la zone.

©AFP


20:57 Une explosion a eu lieu au coin de l'avenue Vaillant-Couturier et de la rue Jean-Baptiste Baudin à Villejuif dans Paris.

"La voiture qui a explosé à Villejuif était là depuis plusieurs jours, selon les sources interrogées par notre journaliste présente sur place. Beaucoup de policiers et de pompiers sont arrivés rapidement sur les lieux. L'affaire ne semble avoir aucun lien avec les événements dramatiques qui ont eu lieu mercredi à Charlie Hebdo, selon un reporter du journal Le Monde.

20:43 "Les recherches vont continuer cette nuit, avec l'aide de cinq hélicoptères", a-t-on déclaré à l'AFP.

Ces unités d'élite de la police et de la gendarmerie s'étaient déployées en milieu de journée dans une zone à cheval sur les départements de l'Aisne et de l'Oise, "où a été abandonnée la voiture utilisée par les deux suspects (une Clio grise ndlr), identifiés par un témoin", a raconté à l'AFP une source policière. 

20:39 La Tour Effeil s'éteint pour Charlie Hebdo. 

Impressionnant : la Tour Eiffel s'éteint pour #CharlieHebdo. https://t.co/109r51QBeK #jesuischarlie (via @cnni)— Martin Untersinger (@martin_u) January 8, 2015

20:25 François Hollande n'a pas encore décidé s'il participerait à la manifestation qui aura lieu dimanche à Paris pour rendre hommage aux victimes de l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo, a-t-on appris jeudi dans son entourage.

20:01 Plusieurs milliers de personnes étaient à nouveau réunies jeudi en fin d'après-midi place de la République à Paris en hommage aux victimes de l'attentat qui a fait mercredi douze morts au siège du journal satirique Charlie Hebdo.

L'actrice Lou Douillon, Place de la République ce 8 janvier 2015. ©REUTERS

19:59 Le slogan #JeSuisCharlie, qui s'est répandu sur les réseaux sociaux en signe de soutien après l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo, a déjà été utilisé dans plus de 3,5 millions de tweets dans le monde, a annoncé jeudi Twitter.

19:54 Fleur Pellerin veut "débloquer en urgence" environ un million d'euros pour Charlie Hebdo. 

19:52 Des dizaines de voitures de police viennent d'arriver près de Longpont, selon une reporter du journal Le Monde présent sur place. 

19:38 Longpont : un camion de la BRI (brigade de recherche et d'intervention) est arrivé sur place. 

19:35 "Avec toutes les forces qui sont déployées, si on ne les attrape pas dans les heures qui viennent, il faudra se poser des questions", estime Claude Moniquet, expert en contre-terrorisme. 

19:28 Le siège du journal Charlie Hebdo est devenu un lieu de rassemblement.

19:26 Les suspects étaient connus de la justice. 

19:24 Les ministres de l'Intérieur européens et américain se réuniront dimanche à Paris pour faire le point sur la lutte contre le jihadisme après l'attentat contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo.

19:20  "Nous ne tolérerons aucun acte, aucune menace visant un lieu de culte, pas plus qu'aucune manifestation hostile dirigée contre les Français en raison de leur origine ou de leur religion. Les auteurs de tels actes doivent savoir qu'ils seront eux aussi recherchés, arrêtés et punis", a déclaré M. Cazeneuve

19:06 Saïd Kouachi a été formellement reconnu comme l'un des agresseurs de Charlie Hebdo à partir de sa photo.

19:04 Le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve annonce à l'instant que neuf personnes sont en garde à vue dans le cadre de l'enquête.

18:49

Longpont : la tension est croissante, les journalistes ont été écartés, de nombreux renforts arrivent http://t.co/6UmnY2maPG #CharlieHebdo— Omar Havana (@OmarHavana) 8 Janvier 2015

18:35 Le philosophe et écrivain italien Umberto Eco a comparé jeudi les jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI) aux nazis, estimant qu'ils partageaient un "désir apocalyptique de s'emparer du monde".

18:26  Libération hébergera dès vendredi matin la rédaction de Charlie Hebdo, après l'attentat de mercredi, aussi longtemps que nécessaire, a déclaré jeudi à l'AFP le directeur opérationnel de Libération Pierre Fraidenraich. "Nous sommes ravis d'accueillir l'équipe de Charlie Hebdo, qui arrive demain matin" à Libération, a-t-il déclaré.

18:12 Parmi tous les hommages, une caricature qui résume beaucoup de choses

doc

18:00

Dans l'Aisne “@O2SR: GIPN à Longpont. Cette fois l'ambiance est plus tendue. pic.twitter.com/F3L0I4qhN8” #CharlieHebdo— Thomas Gadisseux (@tgadisseux) January 8, 2015

17:34 L'ensemble des syndicats français appellent jeudi le monde du travail et les salariés à participer aux marches organisées dimanche après l'attentat contre Charlie Hebdo, et leurs dirigeants comme Laurent Berger (CFDT) et Jean-Claude Mailly (FO)défileront à Paris. 

17:16 La radio de l'EI qualifie les auteurs de l'attaque de "héros".

"Des héros djihadistes ont tué douze journalistes et blessé plus de dix autres travaillant dans le journal Charlie Hebdo et cela pour venger le prophète Mahomet."
le bulletin de la radio al Bayane de l'EI

17h13 Soucieux d'afficher le rassemblement et l'unité après l'attentat contre Charlie Hebdo, qualifié de "11-Septembre" français par la presse, le président François Hollande multipliait jeudi les entretiens avec les dirigeants politiques du pays, conviés à une grande marche dimanche à Paris.

La question se posait cependant de savoir si le parti d'extrême droite Front national de Marine Le Pen serait convié. Cette formation dont les succès électoraux l'an dernier menacent la majorité socialiste au pouvoir comme l'opposition de droite dans la perspective de la présidentielle de 2017, a dénoncé par avance l'hypothèse d'une exclusion de cette "union nationale" proclamée par le pouvoir.

17h02 Zapping des JT du monde compilé par le Courrier International

 

16h52 La Picardie, région du nord de la France où les auteurs présumés de l'attentat contre le journal Charlie Hebdo ont été repérés jeudi, a été placée au niveau maximum d'alerte antiterroriste, ont annoncé les services du Premier ministre Manuel Valls.


Seule la région parisienne se trouvait à ce niveau depuis la tuerie qui a fait 12 morts la veille dans la capitale. Les deux djihadistes recherchés pour cette attaque ont été repérés jeudi à la mi-journée près de Villers-Cotterêts (nord), où les forces de sécurité étaient en cours de déploiement dans l'après-midi.

16h26 Petit point de l'afp sur la traque en fin d'après-midi.

Des hommes du Raid et du GIGN menaient jeudi après-midi une traque intensive et systématique des deux suspects de l'attentat de Charlie Hebdo, les frères Chérif et Saïd Kouachi, qui ont abandonné le matin même leur voiture dans le secteur de Villers-Cotterêts (Aisne). Ces unités d'élite de la police et de la gendarmerie se sont déployées dans une zone à cheval sur les départements de l'Aisne et de l'Oise, a-t-on appris de sources policières.

Elles se "sont positionnées pour vérification d'objectifs dans cette zone, où a été abandonnée la voiture utilisée par les deux suspects (une Clio grise ndlr), identifiés par un témoin", a expliqué une source policière.

Les deux hommes ont été repérés jeudi matin par le gérant d'une station d'essence au sud de cette localité, à quelque 80 km au nord-est de Paris. Après avoir été victime d'un vol, selon la même source, ce gérant a "formellement reconnu" les deux hommes, "cagoulés, avec kalachnikov et lance-roquettes apparentes". A la mi-journée, cette station-service Avia, nommée le Relais du Moulin, située en rase campagne, au bord de la Nationale 2 à quatre voies, était complètement bouclée par les forces de l'ordre. De nombreux gendarmes en tenue étaient déployés devant la station, et la presse tenue à distance.

Gendarmes et policiers levaient cependant peu à peu le camp vers 15H00. Les lieux, ou les suspects auraient été aperçus plus tôt, ont été passés au peigne fin par les enquêteurs et demeuraient interdits au public.

Le fait que les frères Kouachi se soient trouvés jeudi matin en cavale dans l'Aisne pourrait signifier que les opérations de police menées mercredi soir et dans la nuit, notamment à Reims, où l'un des deux résidait, les ont forcés à s'éloigner de la capitale de la Champagne-Ardenne, estimait-on de source proche du dossier.

Désormais les deux fugitifs n'ont a priori plus de voiture et le ratissage policier dans un secteur de surcroît très forestier risquait d'être long et compliqué.

Des hélicoptères survolaient les alentours de Villers-Cotterêts, tandis que plusieurs convois des forces de l'ordre étaient vus, filant toutes sirènes hurlantes, sur la Nationale 2 qui relie ce coin de l'Aisne à la capitale.

De Crépy-en-Valois, situé dans l'Oise voisine, aux abords de Villers-Cotterêts, la zone de recherche fait quelques centaines de km², ce qui rend ardue la tâche du GIGN et du Raid.

Dans la commune de Corcy, dans l'arrondissement de Villers-Cotterêts, un journaliste a pu observer une vingtaine d'hommes du Raid casqués et lourdement armés entourer une maison, y pénétrer et procéder à des investigations, tout en demandant à la presse de s'éloigner. Des scènes identiques se sont produites dans d'autres villages et hameaux de ce secteur, notamment non loin d'une abbaye dans la bourgade de Longpont (Aisne).

Tant que les deux hommes n'auront pas été localisés avec certitude, le ballet des hélicoptères, des convois routiers et des fouilles d'habitations avaient toutes chances de continuer au gré des ordres et des contre-ordres.  La traque, harassante et pleine de tension, risquerait d'être encore compliquée par la tombée de la nuit.

16h21

#CHARLIE_HEBDO Le niveau "alerte attentat" du plan Vigipirate est étendu à la Picardie. http://t.co/k7vtbZ0F1F— francetv info (@francetvinfo) January 8, 2015

16h20  L'UE cherche des défenses européennes contre les jihadistes. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker a annoncé son intention de proposer aux Etats membres un nouveau programme de lutte contre le terrorisme au lendemain de l'attentat meurtrier contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris. "Nous allons présenter un nouveau programme de lutte contre le terrorisme dans les semaines à venir", a-t-il annoncé au cours d'une conférence de presse avec Laimdota Straujuma, premier ministre de la Lettonie qui assure la présidence semestrielle de l'UE depuis le 1er janvier. "Il est encore trop tôt pour annoncer les détails, mais nous allons explorer un certain nombre de pistes", a-t-il précisé.

15h55 L'impressionnante carte de la propagation du #jesuischarlie

carte de #jesuischarlie

15h46

.@CharlesMichel "nous sommes vigilants et en alerte si des nouvelles menaces devaient arriver " #CharlieHebdo pic.twitter.com/ASC4n6Z3mm— Cauderlier (@FredCauderlier) 8 Janvier 2015

15h40 Mesures de sécurité renforcées en Belgique

 

.@CharlesMichel" avec le Ministre de l'Interieur nous renforçons les mesures de sécurité" #CharlieHebdo pic.twitter.com/1n79HdnZ4A— Cauderlier (@FredCauderlier) 8 Janvier 2015

15h30 Précision sur le dispositif de forces de l'ordre: elles ont été déployées sur une zone de recherche étendue (20km sur 15 km), autour de Crépy en Valois, explique Le Figaro. Le Raid se trouve au nord de cette zone et le GIGN au sud.

15h22 Le Monde publie une photo de la rédaction de Charlie Hebdo après l'attaque. Les réactions des lecteurs et des internautes sont moin d'être unanimes après la publication de ce cliché.

 

 

15h19

Les deux suspects de l'attentat contre Charlie Hebdo sont activement recherchés dans une zone entre Crépy-en-Valois (Oise) et Villers-Cotterêts
(Aisne). Un déploiement du Raid et du GIGN est actuellement en cours dans cette zone.

15h11 Selon Le Courrier Picard, "la D 17 en direction de Longpont est coupée par les gendarmes". "Une important présence policière est en place au loin, près d’une ferme. Un convoi du GIGN arrive sur place."

14h45 Le parquet antiterroriste se saisit de l'attaque de ce jeudi matin à Montrouge, qui a causé la mort d'une policière. Pour la seconde personne blessée, le pronostic vital n'est pas engagé.

14h37 Le Figaro indique que des drapeaux djihadistes et des cocktails Molotov ont été retrouvés dans la C3 abandonnée mercredi dans le XIXème arrondissement par les terroristes en fuite.

14h31 Un plaisantin a appelé les secours pour signaler une fusillade au sein de l'aéroport de Charleroi, à Gosselies. La police locale de Charleroi est intervenue rapidement pour constater le canular. Deux équipes ont été maintenues en prévention.

14h11 Vincent Ollivier, l'ex-avocat du frère cadet Chérif Kouachi, l'appelle sur BFMTV à se rendre à la police.

14h08 Les deux suspects seraient retranchés dans une habitation, selon France 3 Picardie.

13h59 Le GIGN et le raid sont déployés dans les environs de la station service où ils avaient été repérés. France 3 Picardie explique que tous les enfants de Villers-Cotterêts ont été confinés dans les écoles. Les unités d'élite de la police et de la gendarmerie nationales "sont positionnées pour vérification d'objectifs dans cette zone, où a été abandonnée la voiture utilisée par les deux suspects, identifiés par un témoin", selon l'AFP. Des hélicoptères survolent Crépy-en-Valois.

Attaque #CharlieHebdo: la préfecture de l'Oise confime une traque à Crépy-en-Valois http://t.co/XocNB783tZ pic.twitter.com/OPXWfw7pOt— i24news_FR (@i24news_FR) 8 Janvier 2015

 

13h37 Le prochain Charlie Hebdo sortira bel et bien. Il sera tiré à un million d'exemplaires, contre 60.000 exemplaires habituellement. Toutes nos infos sur le prochain numéro de Charlie Hebdo ici.

13h28 Tweet polémique de Donald Trump, qui met en cause l'interdiction du port d'arme en France.

If the people so violently shot down in Paris had guns, at least they would have had a fighting chance.— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 7 Janvier 2015

et il insiste:

Isn’t it interesting that the tragedy in Paris took place in one of the toughest gun control countries in the world?— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 7 Janvier 2015

 

Remember, when guns are outlawed, only outlaws will have guns!— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 7 Janvier 2015

13h14

Les routes du sud de l'Oise, aux abords de la Nationale 2, font l'objet de plusieurs barrages de gendarmerie. #JeSuisCharlie— Le Parisien | 60 (@LeParisien_60) 8 Janvier 2015

12h59

Même Uderzo a repris les crayons pour rendre hommage à Charlie Hebdp #JeSuisCharlie pic.twitter.com/UJ9ZMbxJSI— Mathieu Charrier (@MaTCharrier) 8 Janvier 2015

 

12h46 Le danger semble écarté à la Défense, les policiers auraient quitté les lieux.

12h43 Le colis suspect à la gare du Nord était une fausse alerte.

12h41 Un homme armé a été signalé dans le quartier de la Défense.

12h40 La Clio transportant les deux suspects a été repérée en fin de matinée dans une station Avia, située sur la RN2, d'après Le Figaro. Ils font route vers Paris. La plaque de la voiture a été maquillée, selon Le Figaro. Des hélicoptères survolent la région.

12h28 France TV Info rediffuse des images (tournées en 2004) montrant Chérif Kouachi, l'un des deux frères suspects.

 

12h20 Patrick Pelloux, chroniqueur pour Charlie Hebdo, a réagi en larmes au micro de France Inter. "Le débat, c'était 'savoir comment on lutte contre le racisme en France' (...) Charlie Hebdo s'est toujours battu contre toutes les formes d'extrémisme."

 

Je pense que Charb a dû se lever pour leur faire un bras d'honneur, avant d'être abattu.
Patrick Pelloux

12h15 La Gare du Nord (à Paris) a été évacuée suite à un colis suspect, selon des tweets.

Just arrived at Gare du Nord, which is being evacuated by the police.— Jeffrey Goldberg (@JeffreyGoldberg) 8 Janvier 2015

 

12h12 Un appel général à la vigilance a été diffusé en milieu de matinée aux forces de l'ordre française, après un signalement de deux hommes armés à bord d'une voiture et pouvant être les auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo, selon une source policière. L'appel concerne un "un véhicule en déplacement type Clio vers la capitale sur la nationale N2 avec des armes à bord dont un lance-roquette".

12h09 Hamyd Mourad, 18 ans, a été placé en garde à vue après s'être rendu à la police, apprenant que son nom était cité. Mais il a été mis "hors de cause" dans la fusillade, selon 20 Minutes.fr. Une source policière, contactée par  Le Monde,  a affirmé elle aussi qu'"aucune charge" n'avait été retenue pour l'heure contre lui.

11h56 Charlie Hebdo sortira bien la semaine prochaine. Plusieurs médias ont déjà promis leur aide afin de nourrir le contenu.

11h51 #Je suisCharlie est repris un peu partout, mais pas toujours de façon très judicieuse...

Pendant ce temps là, @3Suisses nous propose le #CMFail de la décennie. #JeSuisCharlie #CharlieHebdo v/ @tatamirugby pic.twitter.com/UO00FKuAiD— Fabrice Plazolles (@faplaz) 8 Janvier 2015

11h44 Gare à la montée de l'islamophobie. L'attentat "met les musulmans dans l'embarras car les groupes extrémistes européens vont exploiter l'incident pour attiser l'islamophobie", écrit le quotidien saoudien Al-Charq, en soulignant que les extrémistes des deux bords "portent atteinte aux communautés musulmanes" en Occident. "Les regards vont de nouveau être braqués sur la communauté musulmane de France et de la majorité des pays d'Occident comme ce fut la cas après le 11-septembre", prévient également le journal algérien El Watan.

Plusieurs journaux dans le monde arabe s'inquiètent ainsi d'une montée de l'islamophobie en Occident.

11h40 Les représentants de la communauté musulmane de France ont appelé "les imams de toutes les mosquées" du pays à "condamner avec la plus grande fermeté la violence et le terrorisme" lors de la prière de vendredi.

11h38 Le gérant d'une station-essence à proximité de Villers-Cotterêt (Aisne) a "formellement reconnu les deux hommes soupçonnés d'avoir participé à l'attentat de Charlie Hebdo", a expliqué une source proche du dossier. "Les deux hommes sont cagoulés, avec kalachnikov et lance-roquettes apparentes", a confirmé une autre source.

11h37 L'homme de 52 ans interpellé dans le cadre de la fusillade Montrouge n'était pas l'auteur des tirs. Le suspect reste en fuite. "Visiblement ce n'était pas le bon. L'homme que l'on recherche s'est enfui à bord d'une Clio qui vient d'être retrouvée à Arcueil (Val-de-Marne)", a précisé une source policière.

11h34 Marine Le Pen, la présidente du Front national souhaite un référendum sur la peine de mort. Sur France 2, elle a dit que si elle gagnait les élections présidentielles en 2017, elle prendrait une initiative en ce sens.

11h25 Parmi les personnes placées en garde à vue cette nuit, la sœur et le beau-frère des Kouachi ainsi que la femme de Said Kouachi. Le jeune homme de 18 ans lui aussi interpellé, Hamyd Mourad, serait le beau-frère d'un des Kouachi.

11h23 Selon Le Parisien, deux suspects qui pourraient être Chérif et Said Kouachi auraient été localisés ce matin dans l'Aisne, à proximité de Villers-Cotteret. Ces personnes correspondraient au signalement des deux auteurs présumés en fuite et seraient à bord d'une Clio blanche. Ils portaient des cagoules. Des armes longues étaient visibles à l'arrière du véhicule.

11h12 La brigade de recherches et d'intervention est à Montrouge.

La BRI Brigade de recherche et Intervention #montrouge policiers lourdement armés et cagoulés sur place @franceinfo pic.twitter.com/ZrRFiy1qKL— Hélène Lam Trong (@hlamtrong) 8 Janvier 2015

 

11h08 Sur les lieux de l'attaque à Montrouge, où une policière est décédée suite à des blessures graves. L'autre personne blessée a été évacuée.

©Reuters

©AFP

11h06 Des rumeurs disent que le tireur de Montrouge est retranché. Il y a un périmètre de sécurité dans la zone et un camion de la Brigade de recherches et d'intervention est arrivé avec avec une dizaine d'hommes cagoulés à son bord.

11h02 Quelques précisions sur les tirs dans des lieux de culte depuis hier soir.

Des lieux de culte musulmans ont été visés dans trois villes de France par des attentats qui n'ont pas fait de victimes. Trois grenades d'exercice ont été lancées contre une mosquée au Mans (ouest), deux coups de feu ont été tirés contre une salle de prière musulmane à Port-la-Nouvelle (sud), et un snack kebab jouxtant une mosquée a été la cible d'une explosion criminelle près de Lyon (centre-est).

10h48 La policière victime des tirs à Montrouge est décédée, selon des sources policières.

10h41 Selon des sources judiciaires, plusieurs lieux de culte musulmans sont cibles de tirs depuis mercredi soir.

10h38 Un reporter du Monde qui se trouve sur le terrain, à proximité de l'attaque à Montrouge, explique ceci: "Selon Emmanuel Cravello, du syndicat policier Alliance, il y aurait eu un accrochage ce matin vers 8 heures. Un homme, non impliqué dans la collision, aurait alors quitté son véhicule pour tirer sur la policière municipale sur place. Elle est dans un état très grave. Le suspect avait deux armes, une "arme de guerre" et une arme de poing. Il s'est enfui à bord de sa voiture. On ne peut pas établir de lien direct avec la fusillade d'hier, mais l'armement du suspect pose question.

10h10 Le dessinateur danois Kurt Westergaard avait représenté le prophète Mahomet coiffé d’une bombe en guise de turban, en 2005. Un dessin jugé blasphématoire et publié par "Charlie Hebdo" qui avait concentré les attaques  d'islamistes radicaux. Il s'est notamment exprimé sur Europe 1. "Les gens essaieront sans doute, peut-être, de se retenir davantage à l'avenir, de ne pas insulter le Prophète. Je sais que certains de mes collègues sont très soucieux d'éviter d'offenser les musulmans, et cela est bien sûr très regrettable à mon avis. Nous devons être courageux et ne pas céder à cette tentation. Dans notre partie du monde, on ne peut pas tolérer que des autorités islamiques censurent nos journaux, ce serait quelque chose de parfaitement inacceptable avec quoi nous ne pouvons pas vivre."

Si nous nous taisons, nous donnons raison aux terroristes.
Kurt Westergaard
auteur du dessin controversé sur Mahomet en 2005

Il a aussi réagi dans le journal Deense Ekstra Bladet: "Si nous nous taisons, nous donnons raison aux terroristes".

9h58 Voici une photo de la situation à Montrouge, où deux personnes ont été blessées, dont une policière dans un état très critique. Une personne aurait été interpellée, mais d'après le ministre de l'Intérieur, le tireur serait toujours en fuite.

©AFP

 

9h51 Maryse Wolinski, la veuve du dessinateur, s'est exprimée sur RTL: "Mon mari est mort avec ses camarades, avec ses frères, comme il disait de Cabu,  au service de sa chère liberté pour laquelle il s'est toujours, toujours battu, je peux estimer qu'il est tombé au champ d'honneur de sa profession". "Ce qui s'est passé hier, c'est une guerre contre la liberté. Et cette guerre, nous devons la gagner." "George n'était pas conscient, parce que mon mari n'était pas conscient de ce genre de chose, il allait de l'avant, il fallait se battre, il se battait avec ses dessins, avec son crayon penché sur sa table à dessin".

9h49 Les mots forts du maire musulman de Rotterdam, Ahmed Aboutaleb, s'adressant aux extrémistes. "Si cela ne vous plait pas que des humoristes fassent ici un petit journal, je vous le dis clairement: cassez-vous", a lancé ce politicien travailliste d'origine marocaine.

9h44 François Hollande lance des consultations avec plusieurs personnalités politiques: l'ex-président de droite et patron du parti UMP Nicolas Sarkozy,  la dirigeante du Front national (extrême droite) Marine Le Pen ainsi que d'autres chefs de partis politiques. Le but? Présenter l'image d'une union nationale. Nicolas Sarkozy est arrivé ce matin à l'Elysée:

#elysee #JeSuisCharlie pic.twitter.com/7k4f8YCsVo— Cyril Graziani (@cyrilgraziani) 8 Janvier 2015

 

9h41 Un panel de "Une" de journaux du monde entier, en ce lendemain d'attentat.

Et la Une de l'Echo de ce matin:

9h35 Voici des précisions sur la fusillade Montrouge (Paris), ce jeudi matin:

Un homme a été interpellé après avoir tiré à l'arme de guerre sur des policiers municipaux au sud de Paris, blessant très grièvement un agent de voirie et une policière. Les deux blessés sont dans un état critique. D'après les premiers éléments, il n'y a "pas de lien établi avec l'attentat de Charlie Hebdo", selon des sources proches du dossier.
L'homme, âgé de 52 ans selon l'une de ces sources, était porteur d'un gilet pare-balles, d'une arme de poing et d'un fusil mitrailleur. Vers 08H19, il a tiré dans le dos en direction des policiers qui intervenaient sur un accident de la circulation. Les tirs se sont produits dans le secteur de Montrouge/Châtillon (Hauts-de-Seine), à proximité de la porte de Châtillon, dans le sud de Paris.

Une des personnes blessées est dans un état très grave, son pronostic vital est engagé. La seconde est "sérieusement blessée" selon le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

9h32 La mobilisation se poursuit en Belgique. Plus de 300 personnes se sont rassemblées sous la pluie sur la place de l'Université, à Louvain-la-Neuve, jeudi matin, en hommage aux victimes de l'attentat. Un hommage sera rendu aux victimes de l'attentat survenu mercredi au sein de la rédaction de Charlie Hebdo, ce jeudi à Charleroi. Plus de 300 participants sont attendus sur la place Charles II. L'Association des journalistes professionnels (AJP) invite, elle, ses membres à se rassembler devant la Galerie Cartoonist (rue Haute, 11) à Bruxelles jeudi à 14h00. Plusieurs dessinateurs de presse seront présents, dont Kroll, Vadot, Dubus et Cécile Bertand.
 

9h26 Plusieurs sources signalent que le suspect de la fusillade Montrouge a été interpellé.

9h10 Selon RTL, l'auteur suspecté de la fusillade de ce jeudi, à Montrouge, serait "d'origine africaine". L'un des deux policiers au sol a été évacué dans un état apparemment très grave.

9h04

350
Combien de djihadistes sont revenus de Syrie en Belgique? 350

9h01 La situation en Belgique: Aucun projet d'attaque terroriste n'a été déjoué ces derniers temps, a indiqué sur le Première le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA). Le niveau d'alerte terroriste n'a pas été relevé à la suite des événements tragiques, mais il se situe déjà à un niveau relativement élevé - 2 sur une échelle de 4.

Ensemble avec la communauté musulmane, on doit se défendre contre les extrémismes.
Jan Jambon

8h55 Voici la liste de toutes les personnes tuées mercredi: les caricaturistes Cabu, Wolinski, Charb et Tignous; l'économiste Bernard Maris, les dessinateurs Bernard Verlhac et Honoré, le correcteur Mustapha Ourrad, la psychanlasite et chroniqueuse Elsa Cayat, Michel Renaud (ancien directeur de cabinet du maire de Clermont), les deux policiers Ahmed Merabet et Franck Brinsolaro, ainsi que l'agent d'entretien Frédéric Boisseau.

8h50 Il y a deux, et non un seul, blessés dans cette nouvelle fusillade. Il ne semble a priori pas avoir de lien avec l'attaque chez Charlie Hebdo. Ce jeudi, les assaillant sont utilisés des fusils automatiques MP5, alors que les auteurs des meurtres de mercredi avaient employé des kalachnikovs. L'un des policiers blessés ce jeudi est dans un état critique.

8h46 Nouvelle fusillade à Paris. Ce matin, Porte de Châtillon, dans le sud de Paris, une fusillade a blessé au moins un policier municipal. Il y a un ou deux assaillants, selon des sources policières.

8h30

 Sept personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'attentat qui a décimé mercredi la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo en plein Paris, et qui a fait 12 victimes dont les caricaturistes Cabu, Wolinski, Charb et Tignous.

L'une de ces personnes est un jeune homme de 18 ans, identifié sous le nom de Hamyd Mourad, un des trois suspects dans la fusillade qui a fait aussi  11 blessés, dont 4 sont dans un état grave. Cet homme s'est présenté de lui-même au commissariat de Charleville-Mézières, dans les Ardennes.

Les six autres personnes sont des proches ou des membres de l'entourage des deux principaux suspects, identifiés par la police comme étant les frères Chérif et Said Kouachi.

8h30 Patrick Pelloux (chroniqueur de Charlie Hebdo, absent des locaux au moment de la conférence de rédaction) sur France Inter: "On ne doit pas s'arrêter. Il faut que Charlie continue. On va l'écrire avec nos larmes, mais on va l'écrire."

8h17 On a plus de précisions sur les interpellations qui ont eu lieu cette nuit. Sept membres de l'entourage des auteurs présumés étaient en garde à vue jeudi matin. Hommes et femmes, ces personnes ont été placées en garde à vue tard mercredi soir. Deux personnes ont été interpellées à Charleville-Mézière - dont Hamyd Mourad, un des trois suspects dans la fusillade -, quatre l'ont été à Reims et une dernière a été arrêtée mercredi à Genevilliers par la brigade anti-gang.

8h14 Les frères habitent à Reims. D'après le correspondant de RTL à Nancy,  qui cite un voisin, l'un des deux auteurs présumés de l'attentat habitait bien dans l'appartement perquisitionné hier soir et ce matin à Reims. "Je le croisais depuis plus d'un an", a-t-il raconté. RTL ajoute que le nom des fugitifs figurait également sur la boîte aux lettre de l'appartement.

8h04 Les journaux du monde entier sont au diapason pour condamner ces meurtres.

 

Try to kill one newspaper, face hundreds. Resilience. #JeSuisCharlie pic.twitter.com/D1fZpuqL54— Philippe Bertoux (@phbertoux) 8 Janvier 2015

8h03 Selon des sources policières, sept personnes seraient actuellement en garde à vue. Manuel Valls n'a pas confirmé le nombre.

7h50 Plusieurs interpellations ont eu lieu dans le cadre de l'enquête, selon le Premier ministre français. "Il y a plusieurs interpellations cette nuit, il y a des gardes à vue", a déclaré Manuel Valls sur RTL, sans vouloir citer de chiffre alors qu'on lui demandait avec insistance s'il s'agissait de deux ou trois individus arrêtés.

7h44 Selon le Figaro, les enquêteurs ont retrouvé retrouvé la carte d'identité de Said Kouachi Chérif et Said Kouachi,     dans la Citroën C3 abandonnée par les fuyards dans le nord-est de Paris. De plus, les deux suspects ont laissé des traces derrière eux en abandonnant leur voiture: un chargeur de Kalachnikov et deux sacs de sport, selon Europe 1. Les images de sécurité prises à Pantin ont par ailleurs aidé à compléter le portrait-robot des deux fugitifs, déjà décrits par l'automobiliste qui s'était fait déloger de sa voiture par les deux tireurs (selon Le Point). Voici donc comment les enquêteurs ont réussi à obtenir l'identité des suspects.

Said Kouachi ID card reportedly found in suspects' abandoned car #CharlieHebdo pic.twitter.com/EYkibULbsd— Ben Geoghegan (@bengeoghegan) 8 Janvier 2015

 

7h30 Ce jeudi est donc jour de deuil national en France.

©REUTERS

7h10 Voici les portraits des suspects, Chérif et Said KouachiChérif et Said Kouachi,. Ils sont "susceptibles d'être armés et dangereux", prévient la préfecture de police de Paris, précisant qu'ils "font l'objet de mandats de recherche".

©EPA

 

7h07 Selon une source proche du dossier, plusieurs gardes à vue sont intervenues dans la nuit dans l'entourage des deux frères.

7h06 La police recherche donc les deux frères Said et Chérif Kouachi. Ce dernier est un djihadiste connu des services antiterroristes. Il a été condamné en 2008 pour avoir participé à une filière d'envoi de combattants en Irak où ils rejoignaient les rangs de la branche irakienne d'Al-Qaïda, dirigée à l'époque par Abou Moussab al-Zarkaoui.
7h02 Le suspect arrêté est Hamyd Mourad, 18 ans. Celui-ci s'est rendu à la police à Charleville-Mézières, dans le nord-est de la France, "après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux", a expliqué une source proche du dossier.

7h Un appel à témoins avec les photos des deux frères recherchés a été diffusé dans la nuit par la police. Ces personnes, Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans, sont "susceptibles d'être armées et dangereuses", prévient la préfecture de police de Paris, précisant qu'ils "font l'objet de mandats de recherche".

6h Le suspect a été placé en garde à vue.

3h20 On apprend qu'un des trois suspects  a été interpellé après s'est présenté au commissariat de police de Charleville-Mézières (Ardennes), a-t-on appris jeudi auprès du Parquet de Paris, alors que la police a lancé un appel à témoins pour retrouver les deux tireurs présumés.

Une porte-parole du Parquet de Paris a insisté sur le fait que le jeune homme né en 1996 s'est présenté de son plein gré aux autorités mercredi en fin de soirée. Elle n'a pas souhaité donner d'autres précisions.

00:46 D'après des informations de la chaîne ITele, l'opération en cours à Reims ne vise pas l'arrestation de suspects mais de simples fouilles et perquisitions.

00:34 Grande confusion autour de l'opération en cours à Reims, marquée par des mesures de sécurité particulièrement limitées, interprétée par certains médias comme l'indice d'une possible opération de diversion des forces de police françaises.

#CharlieHebdo. Périmètre de sécurité restreint, habitants non évacués... l'opération de police à #Reims semble être un simple lever de doute

00:18 Un périmètre de sécurité serait mis en place en ce moment, après quelques minutes de confusion, journalistes et badaux évoluant au milieu de l'opération de police. 

Fouilles en cours dans un immeuble du quartier #CroixRouge à #Reims. @itele #RAID #CharlieHebdo. photos @sinamir pic.twitter.com/ayM6FWRC8D— DJAMEL MAZI (@djamel_mazi) 7 Janvier 2015

 

00:02 Une intervention de grande envergure démarre dans le quartier Croix-Rouge à Reims.

Intervention pic.twitter.com/rSw6abAlqR

 

23:52 Une opération de la police française serait également en cours près de Charleville-Mézière, à proximité de la frontière belge.

23:34 "Soit les suspects vont réussir à prendre la fuite, soit il pourrait y avoir un échange de tirs", a expliqué un officier ddu RAID à l'AFP, appelant les journalistes présents à la "plus grande prudence".

 

Les forces de l'ordre sont en route #Reims. Intervention en cours. #CharlieHebdo pic.twitter.com/KTrb6uqDhG— Charles-Henry Boudet (@MisterCHCH) 7 Janvier 2015

23:28 Une opération policière est actuellement en cours selon plusieurs médias français et l'AFP. Des messages circulent également sur les réseaux sociaux selon lesquels deux des suspects auraient été arrêtés et le troisième tué lors d'un assaut des forces spéciales.

22:56 D'après le journal Le Point, les suspects auraient été localisés dans un quartier de Reims et une opération des forces spéciales du RAID serait imminente.

22:49 Des policiers ont mené des perquisitions à Reims, Strasbourg et dans plusieurs villes de la région parisienne dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Charlie Hebdo, des opérations qui n'avaient donné lieu à aucune interpellation en milieu de soirée.

22:40 Le président de la République française, François Hollande, recevra demain matin son prédécesseur Nicolas Sarkozy à l'Élysée, alors qu'une véritable union sacrée rassemble les hommes politiques français de tous bords.

22:22 Un cinquième dessinateur célèbre du journal satirique Charlie Hebdo, Philippe Honoré, serait également décédé, d'après plusieurs médias français. 

22:10 Le ministère de l'Intérieur dément l'interpellation des suspects mais de source policière, on confirme leur localisation et leur identification.

21:56 Une autre source a précisé que les trois individus étaient âgés de 34, 32 et 18 ans. Plusieurs perquisitions ont été menées également par les enquêteurs dans l'Est parisien mais sans résultat. Le parquet de Paris s'est refusé à tout commentaire sur ces informations.

21:47 Une source policière indique que les forces de l'ordre recherchent deux frères d'une trentaine d'années et un homme plus jeune. De même source, on précise que les deux frères sont originaires de Paris et que l'un d'eux a déjà été condamné dans le cadre d'une affaire de terrorisme.

Le troisième suspect serait originaire de la région de Reims où, selon le quotidien régional l'Union, des perquisitions ont été menées.
Une autre source a précisé que les trois individus étaientâgés de 34, 32 et 18 ans.

21:21 Selon le journal français Le Point, l'étau se resserre autour de deux suspects franco-algériens issus de Pantin (banlieue nord de Paris), et revenus de Syrie cet été. Les deux hommes ont 32 et 34 ans. L'un des deux suspects a été jugé en 2008 dans le cadre du démantèlement de la filière irakienne dite du "19ème arrondissement" de Paris. 

21:10 Selon France 2, la police suivrait une piste sérieuse dans les environs de Reims, sans plus de précisions pour le moment.

20:36 Plus de 100.000 personnes dans les rues en France en hommage aux victimes.

20:30 "Le professionnalisme de l'exécution fait penser à des combattants syriens de retour après une formation pour importer le djihadisme en Europe", a déclaré mercredi au Nieuwsblad Johan Leman, l'ancien directeur du Centre interfédéral pour l'égalité des chances, en réaction à l'attentat perpétré au siège de Charlie Hebdo à Paris.

 "J'avais prévenu qu'après la fatwa du leader de l'Etat islamique prononcée en septembre, des attentats islamistes radicaux suivraient en Europe", affirme-t-il dans l'interview.

20:25 Une vigilance accrue dans les magasins, des militaires dans les gares, des policiers armés devant les médias: Paris est devenue une capitale sous surveillance après l'attaque qui a fait 12 morts mercredi au siège du journal Charlie Hebdo.

20:23 L'Iran a dénoncé l'attentat contre le magazine satirique français Charlie Hebdo qui a fait 12 morts, estimant que "tout acte terroriste contre des innocents est étranger à la pensée et aux enseignements de l'islam".

20:11 "Notre meilleure arme, c'est notre unité. Rien ne peut nous diviser, rien ne doit nous séparer", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une adresse courte et solennelle à la Nation retransmise sur les chaînes de télévision. Les drapeaux seront aussi mis en berne pendant trois jours, a précisé François Hollande. 

©REUTERS

20:05 "La liberté sera toujours plus forte que la barbarie", a déclaré le président, appelant au "rassemblement de tous, soustous ses formes". 

20:03 François Hollande annonce une journée de deuil national demain. 

20:00 L'enquête semble progresser et la police serait en train de fouiller un appartement du XIe arrondissement.

19:58 Le caricaturiste Pierre Kroll est atterré après l'attaque terroriste et meurtrière contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. Mais plus que jamais selon lui, la caricature ira de pair avec la liberté d'expression.

19:56 L'attentat sanglant au siège de l'hebdomadaire Charlie Hebdo a décimé une bonne partie de la rédaction.

19:54 Aucune raison d'éléver le niveau de sécurité pour le moment, selon Jan Jambon.

19:52 Plusieurs rassemblements sont organisés en Belgique. 

19:42 "Le terrorisme islamiste n'a pas de frontières et il ne vise pas en premier lieu Israël, il vise à détruire toutes les sociétés des pays libres (...) il vise à déraciner toute culture humaniste pour imposer à la place la tyrannie", a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

19:40 "Ce serait bien si demain tous les journaux s'appelaient Charlie Hebdo". Philippe Val appelle à la solidarité. 

19:22 "On est tous Français parce que nous pensons que la liberté est la seule raison d'être de l'Europe et des citoyens européens" (Matteo Renzi, chef du gouvernement italien)

19:15 A Bruxelles aussi, la mobilisation est intense devant le Consulat de France, boulevard de la Régence et sur la place de Luxembourg.

#JeSuisCharlie pic.twitter.com/O2jRyQFdw8— Arnaud Van Praet (@avanpraet) January 7, 2015

Rassemblement Pl. du Luxembourg #Bruxelles #JeSuisCharlie pic.twitter.com/OOvOUDv0aZ— Arnaud Van Praet (@avanpraet) January 7, 2015

Rassemblement devant le Consulat de France à Bruxelles #SolidaireCharlieHebdo #JeSuisCharlie pic.twitter.com/RTA0Rui6Oa— Karine Lalieux (@karinelalieux) January 7, 2015

19:08 "Le fait que c'était une attaque contre des journalistes,une attaque contre notre presse libre, souligne à quel point cesterroristes craignent la liberté d'expression et la liberté dela presse", a déclaré le président américain Barack Obama.

19:05 Des dizaines de milliers de manifestants dans les villes de France après l'attentat contre Charlie Hebdo.

©AFP

19:04 Une "attaque terroriste lâche et barbare", selon le Conseil de L'ONU.

18:50 Phillipe Val a "perdu tous ses amis".

18:48 Le directeur du FBI, James Comey, a déclaré mercredi que ses services coopéraient avec la police française pour tenter de retrouver et traduire en justice les auteurs de l'attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo

18:26 L'attentat contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo a fait douze morts, dont huit journalistes, et onze blessés dont quatre graves, selon le dernier bilan officiel. 

18:21 Les tireurs criaient "Allah akbar", confirme le procureur. 

18:11 La Ligue arabe et nombre de ses pays membres ainsi qu'Al-Azhar, principale autorité de l'islam sunnite, ont tous condamné mercredi avec force l'attentat "terroriste" contre le journal satirique français Charlie Hebdo.

18:08 A leur arrivée à Charlie Hebdo, les secours ont découvert une "scène de carnage, d'exécution" avec des survivants sous le choc et une odeur prégnante de poudre.

"On a constaté le massacre, beaucoup de victimes avaient été exécutées, la plupart présentaient des plaies à la tête et au thorax", raconte Patrick Hertgen, médecin urgentistede sapeurs-pompiers.

18:06 Six compagnies de CRS et escadrons de gendarmerie mobile, soit près de 500 hommes, ont "d'ores et déjà été déployés en renfort sur Paris" après l'attentat commis contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, a annoncé mercredi le ministère de l'Intérieur.

18:01 "La tuerie (...) ne fait que renforcer notre certitude qu'il est nécessaire de lutter contre l'ignorance, l'intolérance, l'obscurantisme et le fanatisme. Il est plus que jamais indispensable de rappeler que la liberté de la presse ne se négocie pas", a réagi le directeur du quotidien Le Monde, Gilles van Kote.  

17h54 "C'était très étudié, il y a eu clairement une opération de renseignement", a déclaré à Reuters Anne Giudicelli, consultante  et fondatrice de Terr(o)risc. "Ils ont trouvé une faille dans le dispositif de protection et ont choisi un mode opératoire garantissant le succès de leur opération", a-t-elle ajouté.

Pour Alain Rodier, spécialiste du terrorisme, la piste islamiste ne fait aucun doute, même si l'on ignore la mouvance.

17h42

"La satire doit pouvoir s'appliquer aux religions"
Salman Rushdie

17h40 Manuel Valls donnera à 17h45 une conférence de presse. Près de 500 CRS et gendarmes mobiles ont été déployés en renfort à Paris.

17h30 Plusieurs personnes ont commenté cette attaque comme étant le 11 septembre de la presse.

"Je suis plus que consterné, je suis abasourdi", a déclaré Boudjellal, ancien PDG de la maison d'éditions Soleil Productions. "C'est le 11 septembre de la presse, il y aura un avant et un après", a-t-il ajouté en disant vivre "un moment très compliqué, bizarre".

17h25

"Ceux qui n'ont pas de pancartes, brandissez un stylo ! C'était leur arme à eux", lance une dame. La foule suit. pic.twitter.com/rOoWMlljyK— Ilan (@i_car) 7 Janvier 2015

 

17h23 John Kerry s'est exprimé en français lors d'une conférence de presse, pour rendre hommage aux victimes.

17h21 Edito de Charb (publié en 2012, et repris par LeMonde.fr):

"Peins un Mahomet glorieux, tu meurs.
Dessine un Mahomet rigolo, tu meurs.
Gribouille un Mahomet ignoble, tu meurs.
Réalise un film de merde sur Mahomet, tu meurs.
Tu résistes à la terreur religieuse, tu meurs.
Tu lèches le cul aux intégristes, tu meurs.
Pends un obscurantiste pour un abruti, tu meurs.
Essaie de débattre avec un obscurantiste, tu meurs.
Il n’y a rien à négocier avec les fascistes. 
La liberté de nous marrer sans aucune retenue, la loi nous la donnait déjà, la violence systématique des extrémistes nous la donne aussi.
Merci, bande de cons."
Charb

17h06 Charlie Hebdo a été créé en 1970. Toute l'histoire de ce magazine satirique ici.

17h01 Qui étaient-ils? Cabu, 76 ans, et Wolinski, 80 ans, étaient les caricaturistes les plus connus, les "pères" de toute une génération de satiristes. Le premier, de son vrai nom Jean Cabut, auteur de plus de 35.000 dessins en 60 ans de carrière, avait fait ses débuts dans les années 60 à Hara Kiri, l'ancêtre de Charlie, avec la fine fleur des caricaturistes de l'époque. Dans sa ligne de mire, les politiques, l'armée, toutes les religions...

Georges Wolinski pour sa part était un auteur de bandes dessinées et un dessinateur de presse mythique pour toute une génération : il était le père du célèbre "Roi des cons", pilier de Charlie Hebdo.

Stéphane Charbonnier, alias Charb, dessinateur de 47 ans, était aussi directeur de la publication de Charlie Hebdo. Il était sous protection policière après avoir reçu des menaces de mort à la suite de la publication de caricatures de Mahomet.

Et Tignous, de son vrai nom Bernard Verlhac, caricaturiste et dessinateur de presse français, était l'auteur de plusieurs ouvrages humoristiques

©EPA


Bernard Maris, économiste de 68 ans, était notamment connu pour ses débats et émissions sur France Inter. Il collaborait à Charlie Hebdo sous le pseudonyme d'"Oncle Bernard".

16h58 Sur Europe1, Serge July (co-fondateur de Libé) a lancé un appel à la formation d'un comité de direction de Charlie Hebdo avec plusieurs personnalités pour que le journal survive.

16h55 L'un des deux policiers abattus (l'autre étant celui qui assurait la sécurité de Charb) appartenait à la brigade en VTT. Il était âgé de 40 ans et s'appelait Ahmed. Son collègue a été blessé.

16h45 Paris en fin d'après-midi ce mercredi? Des vigiles en renfort dans les grands magasins, des militaires dans les gares, des policiers en arme devant les médias. Les Galeries Lafayette ont fermé leurs portes. Les sorties scolaires dans les académies de Paris, Créteil et Versailles et les activités en dehors des établissements ont été suspendues jusqu'à nouvel ordre par le ministère de l'Éducation nationale.

16h44  Le procureur de Paris, François Molins, tiendra une conférence de presse à 17h45 pour faire un point sur l'attaque et sur la traque des assaillants.

16h36 Il n'y aurait qu'un seul survivvant parmi les personnes présentes en conférence de rédaction: Laurent Léger, reporter pour le magazine satirique. Il s'est caché sous la table pour échapper aux tirs.

16h34 Le Monde publie la carte des lieux de rassemblement en hommage aux victimes.

16h30

Au moins 12 personnes, dont deux policiers et quatre caricaturistes (Charb, Cabu, Wolinski et Tignous ont été exécutés en pleine conférence de rédaction), ont été tuées et huit autres blessées à Paris dans une fusillade au siège de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, à Paris.
"C'est un attentat terroriste, cela ne fait pas de doute", a déclaré François Hollande.

Trois hommes lourdement armés, habillés de noir, le visage camouflé par une cagoule, ont fait irruption vers 11h00 au siège du journal, dans le XIe arrondissement.

Sur les vidéos prises par des témoins, les tireurs, qui ont crié à plusieurs reprises "Allahou", ont dit en quittant les lieux : "On a vengé Mahomet. On a tué Charlie Hebdo." Les assaillants ont quitté les lieux calmement et ont braqué un automobiliste porte de Pantin, dans le XIXe arrondissement.

Le siège de l'hebdomadaire satirique, alors dans le XXe arrondissement, avait été incendié en 2011 après l'annonce de la sortie d'un numéro baptisé "Charia Hebdo", avec "Mahomet rédacteur en chef". Le sinistre n'avait pas fait de blessé. Le site internet du journal avait par ailleurs été piraté.

 

16h19 Le Monde a contacté Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, en vacances à Londres. Voici ce qu'il a dit à nos confrères français: "Je suis effondré... et indigné en même temps. Je ne réalise toujours pas. (...) Je trouve important et normal que les réactions soient unanimes dans les médias en France. J'espère qu'il n'y aura cette fois personne pour nous dire que nous sommes des laïcards intégristes ou des provocateurs." "Ces derniers temps, malgré les menaces, nous n'avions pas peur, nous n'avions pas eu de nouvelles alertes précises. De toute façon, on ne peut pas faire un journal en vivant avec la peur. On ne pensait pas à tout. En tout cas, on ne pensait pas à ça... Que peut-on faire d'autre ? Que peut-on faire d'autre si en France, en Europe, on abandonne face à ça. Ils ont gagné? Que fait un Etat démocratique dans une situation pareille?"

16h10 Le mode opératoire des tueurs impliqués dans l'attentat contre l'hebdomadaire français Charlie Hebdo, leur calme, leur détermination et leur efficacité, est la marque d'hommes ayant subi un entraînement poussé, de type militaire, selon des sources policières. Les images, prises sur leurs téléphones portables par des témoins de l'attaque, montrent le professionnalisme des assaillants qui ont mené une attaque soigneusement planifiée, soulignent un ancien membre d'un service de protection rapprochée et un ancien de la police judiciaire. "On le voit clairement à la façon dont ils tiennent leurs armes, dont ils progressent calmement, froidement. Ils ont forcément reçu une formation type militaire. Ce ne sont pas des illuminés qui ont agi sur un coup de tête", assure l'un des policiers. Il souligne qu'ils tiennent leurs kalachnikovs serrées près du corps, tirent au coup par coup et non par rafales, ce qui démontre qu'ils ont été entrainés à s'en servir.

16h05 Le niveau de menace terroriste n'est pour le moment pas relevé en Belgique à la suite de l'attaque sanglante perpétrée mercredi en fin de matinée à la rédaction de l'hebdomadaire français Charlie Hebdo à Paris, a confirmé mercredi le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA). Actuellement, c'est le niveau 2 qui est d'application, sur une échelle de 4. "Nous suivons la situation minute par minute, mais il n'y a actuellement aucune raison de céder à la panique en Belgique", a affirmé le ministre de l'Intérieur, interrogé dans les couloirs de la Chambre.

15h50 La thèse de la probable vengeance des radicaux islamistes prend de l'ampleur. Les tueurs ont semblé suivre les consignes données notamment par le groupe Etat islamique et parachever une vengeance liée à la publication des caricatures de Mahomet par l'hebdomadaire en 2006. Sur une vidéo amateur filmée pendant l'attaque depuis un toit voisin, on peut entendre l'un des tireurs en tenue noire, kalachnikov en main, hurler "Allah akbar !" ("Dieu est le plus grand !") puis un autre "On a tué Charlie Hebdo !", avant que l'un d'eux n'achève à bout portant, d'une balle dans la tête, un policier blessé gisant à terre. Depuis près de neuf ans, l'hebdomadaire satirique est menacé par la mouvance islamiste radicale - ses locaux ont été incendiés en 2011, son directeur promis à la décapitation - et depuis des mois des jihadistes et des responsables islamistes au Moyen Orient et en Afrique appellent des volontaires à passer à l'action contre la France, à laquelle ils reprochent son implication militaire sur plusieurs théâtres.

Fin novembre, une série de vidéos avaient été mises en ligne qui montraient de jeunes français radicalisés, ayant rallié les rangs du groupe Etat islamique en Syrie, qui exhortaient les candidats au jihad à suivre leur exemple ou, à défaut, à "tuer des mécréants", à semer l'angoisse et la terreur dans la société française. A cause de cela, depuis des mois une attaque de ce genre, par un ou des tireurs équipés d'armes de guerre, était redoutée par les autorités, qui avaient notamment renforcé la surveillance des lieux publics lors des fêtes de fin d'année.

En France, un millier de personnes sont concernées par les filières jihadistes menant à la Syrie et à l'Irak, avec près de 400 enrôlés dans les rangs de l'EI ou du groupe Jabat al-Nosra, affilié à Al Qaïda, et environ 120 qui sont rentrés en France après avoir subi un entraînement, participé aux combats ou assisté à des scènes ultra-violentes.

15h44 Les réactions à chaud des dessinateurs Nicolas Vadot (L'Echo, Le Vif) et Frédéric duBus (La Dernière Heure):

• Frédéric duBus

 Jusqu’ici, est-ce que vous avez dû vous " modérer " face à certaines menaces?

Pour ma part, je ne suis pas dans le même type d’humour que Charlie Hebdo, qui cherche constamment la bagarre et joue clairement la surenchère.  Je n’ai donc pas le même genre de soucis qu’ils peuvent avoir. Je n’ai jamais eu de menaces de mort… Mais jusqu’à présent, je ne me suis jamais interdit de dessiner quelqu’un ou quelque chose.

L’attaque contre Charlie Hebdo va-t-elle changer votre façon de travailler?

Il est vrai que l’on a de plus en plus de problèmes avec des gens ou des groupuscules qui pensent que ce qu’on publie n’est pas bien.  Je ne suis pas client du  fonds de commerce de Charlie Hebdo, mais avec cette attaque, je trouve que cela suffit et que cela commence à bien faire. Cette tuerie me donne envie de m’abonner à Charlie Hebdo. Cela me pousserait plutôt à en rajouter une couche dans de prochains dessins plutôt que de m’écraser.

 

• Nicolas Vadot 

Jusqu’ici, est-ce que vous avez dû vous " modérer " face à certaines menaces?

Notre travail est devenu plus délicat et de plus en plus difficile ces dernières années avec les attentats et l’ affaire des caricatures de Mahomet. On dessine toujours des barbus, mais on fait un peu plus attention à certaines choses simples au niveau personnel. Mon numéro de téléphone est sur une ligne restreinte. Je n’ai pas mon nom sur ma sonnette…

Que vous inspire cet événement?

On est frappé d’effroi, car des collègues sont morts, même si je ne les connaissais pas personnellement. Tour cela pour des petits dessins... Si je fais ce métier aujourd’hui, c’est notamment grâce à Cabu (décédé dans l’attaque, ndlr).  Il faudra voir maintenant comment vont réagir les musulmans de France, et les premières réactions me semblent aller dans le bon sens.

L’attaque contre Charlie Hebdo va-t-elle changer votre façon de travailler?

On est un peu pris de court car cela vient de se passer. Le problème maintenant avec les réseaux sociaux, c’est que nos dessins et nos caricatures sont visibles partout dans le monde et qu’on trouvera toujours quelqu’un pour se plaindre de ce qu’on a fait ou pour trouver que l’on va trop loin. Donc, oui, quelque part, cela peut aboutir à une restriction de la liberté d’expression.  Cela m’effraie de voir où on en est aujourd’hui. Cela pose de grandes questions à la démocratie. On ne pourrait plus faire le film " La vie de Bryan " des Monty Python aujourd’hui.

(Propos recueillis par Olivier Gosset)

 

15h36  "Je préfère mourir debout que vivre à genoux ", disait Charb, caricaturiste né en 1971 et tué dans l'attentat.

15h30 L'attentat n'a pas été revendiqué, mais il est confirmé que l'un des auteurs a crié "On a vengé le prophète", selon plusieurs vidéos.

15h25 Le dessinateur Cabu, décédé dans l'attentat, avait été popularisé par l'émissin Récré A2 (avec Dorothée...) dans les années 80. Beaucoup d'entre nous se souviennent de lui à cette époque. Retrouvez-le ici.

Et voici aussi une vidéo dans laquelle il répondait à la question "Peut-on encore rire de tout?".

 

15h23 Un témoin disant avoir assisté au fait a raconté la scène à 20 minutes. Selon lui, deux hommes sortent d’une voiture noire, armés d’un lance-roquettes, et ont braqué la voiture d’une personne "d’une soixantaine d’années. "Une voiture noire était arrêtée au milieu de la rue. Deux grands blacks habillés de façon militaire étaient sortis, dont un avec un lance-roquettes. Ils ont sorti un homme de la voiture qui était derrière. Et ils sont montés en disant "vous direz aux médias que c’est Al-Qaïda au Yémen".J’étais à 5 ou 10m, ils sont repartis et la police est arrivée 5 minutes plus tard". Selon lui, les deux hommes sont repartis au volant de ce qu’il croit être une Clio II grise. Le propriétaire du véhicule a été très rapidement entendu par les forces de l’ordre. "Il leur a même dit "attendez, aissez-moi mon chien!" Et ils l’ont laissé sortir."

15h21 La sécurité a été renforcée autour du journal danois qui avait choqué avec des caricatures de Mahomet, à la suite de la sanglante attaque ayant visé l'hebdomadaire français Charlie Hebdo, selon un mémo interne publié dans la presse.

Le Jyllands-Posten a informé ses salariés que les mesures pour les protéger allaient être renforcées, d'une manière qui n'a pas été précisée

15h20 Le Premier ministre Charles Michel a présenté au Président français François Hollande ses sincères condoléances aux familles des victimes et au peuple français, au nom du gouvernement belge, après l'attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo dans laquelle 12 personnes, dont deux policiers, ont été tuées. Via Twitter, le président du MR Olivier Chastel s'est dit "profondément choqué par le massacre commis au siège de Charlie Hebdo". "Je pense en premier lieu aux proches des victimes, tout mon soutien." Le président du PS Elio Di Rupo est lui "terriblement heurté par l'horrible drame à Charlie Hebdo. Toutes mes pensées vont aux familles des victimes". Le cdH a fait part de sa "solidarité avec les victimes, journalistes, policiers et les Français. Plus que jamais, défendons la liberté d'expression". Par communiqué, les co-présidents d'Ecolo Emily Hoyos et Olivier Deleuze ont fait part de leur "profonde tristesse et de (leur) solidarité envers les journalistes et le personnel du journal Charlie Hebdo ainsi qu'envers les familles et les proches des policiers abattus".

15h19 Chez nous, le Premier ministre Charles Michel a convoqué le "collège du renseignement et de la sécurité" après l'attentat de Paris. Le collège composé de représentants du comité ministériel du renseignement et de la sécurité sera présidé par le conseiller en sécurité du Premier ministre. Le "niveau de sécurité" sera analysé lors de cette réunion.

15h18 Nicolas Sarkozy a réagi:  "Cette attaque est une tragédie nationale, c'est une atteinte directe, sauvage, à l'un de nos principes républicains les plus chers : la liberté d'expression. (...) Notre démocratie est attaquée. Nous devons la défendre sans faiblesse. La fermeté absolue est la seule réponse possible. (...)  Notre nation est endeuillée, frappée au cœur, la République doit se rassembler.  J’appelle tous les Français à refuser la tentation de l’amalgame." (Selon Le Monde)

15h17 La Ligue arabe et Al-Azhar condamnent l'attaque contre Charlie Hebdo.

15h14 Obama "condamne" une fusillade "terrifiante".
"Je suis profondément choqué par l'attaque brutale et inhumaine qui a frappé les locaux de Charlie Hebdo. C'est un acte intolérable, une barbarie qui nous interpelle tous en tant qu'êtres humains et Européens", a réagi Jean-Claude Juncker (Commission européenne).
"La lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes doit se poursuivre sans relâche", a pour sa part affirmé Donald Tusk, le président du Conseil européen.

,

15h13 L'économiste Bernard Maris, autre pilier de la rédaction de Charlie Hebdo, serait également mort. Bernard Maris, né à Toulouse en 1946, était collaborateur de nombreux médias. Il signait dans Charlie Hebdo sous le pseudonyme "Oncle Bernard". Il était également actionnaire de l'hebdomadaire à hauteur de 11%.

15h02 Tignous et Charb et Cabu.

Tignous, Charb et Cabu. ©AFP

 

15h Une réunion interministérielle de crise est en cours à l'Elysée.

14h58 Un tweet de Plantu

De tout coeur avec Charlie Hebdo. pic.twitter.com/8KwTipn3Wp— PLANTU (@plantu) 7 Janvier 2015

14h50 De notre caricaturiste Tine:

 

14h48 Le président russe, Vladimir Poutine, a dénoncé le terrorisme "sous toutes ses formes" après l'attentat selon son porte-parole.

14h47 C'est confirmé: les caricaturistes vedettes de Charlie Hebdo, Charb, Cabu, Wolinski et Tignous, figurent bien parmi les douze morts de l'attentat sanglant: cette annonce résulte d'une identification faite sur place par un survivant, a précisé le parquet.

14h44 Le Conseil français du culte musulman (CFCM), instance représentative des musulmans de France, a condamné mercredi comme un "acte barbare" l'attentat d'inspiration islamiste contre l'hebdomadaire.

"Cet acte barbare d'une extrême gravité est aussi une attaque contre la démocratie et la liberté de presse", affirme au nom des "musulmans de France" le CFCM, instance représentative de la première communauté musulmane d'Europe, forte de 3,5 à 5 millions de membres.

 

14h39 Témoignages :

"J'étais dans le bâtiment au bout du couloir. Des gens sont rentrés, ils cherchaient Charlie Hebdo puis ils ont tiré pour nous impressionner", raconte  une postière qui a pu s'enfuir.
"J'ai vu deux gars sortir du bâtiment, tirer, rentrer dans une C3 noire et partir en direction du boulevard Richard-Lenoir", Regina, qui patientait dans une salle d'attente d'un centre ophtalmologique à une centaine de mètres de là.
"Ils étaient cagoulés, avec des armes kalachnikov ou M16", décrit un voisin, qui a jugé les assaillants "sérieux" au point de penser que "c'était des forces spéciales à la poursuite de trafiquants de drogue". "On se croyait sur le tournage d'un film".
"J'allais en cours, je suis sortie du métro et j'ai entendu des coups de feu... peut-être trois", raconte Lilya Mohdeb, une étudiante de 24 ans. "Des gens m'ont dit: 'ça tire, baissez-vous!'", explique la jeune femme qui n'a "pas réfléchi" et est "rentrée tout de suite dans le métro". Sous le choc, elle a "mis une heure avant de revenir" dans la rue.
Bocar Diallo, lui, travaille alors dans un garage Volvo situé à proximité et confie avoir "vu des policiers en train de tirer, cela a duré au moins trois ou quatre minutes". "On a voulu sortir mais on a entendu des rafales et des policiers nous ont dit de rentrer", explique-t-il après avoir accueilli dans son garage un policier "blessé par un éclat venu se soigner".

(via l'AFP)

14h38 Le Monde situe sur une carte les principaux lieux

14h36 Les assaillants auraient crié "Allah Akbar", selon certaines sources.

14h35 Le Premier ministre Manuel Valls a activé la cellule interministérielle de crise.

14h32 Les organes de presse, les grands magasins, les lieux de culte et les transports sont placés en "protection renforcée" en région parisienne après l'attaque meurtrière mercredi contre Charlie Hebdo, dont les auteurs n'ont pas encore été interpellés, a indiqué Matignon.

14h19 Le Monde livre ce témoignage poignant de Jean-Yves Camus, proche de la rédaction de Charlie Hebdo:

"Tous les gens que je connaissais sont morts, ce que je peux vous dire, c'est qu'on a jamais vu, dans l'histoire de notre pays, un organe de presse être méthodiquement décimé selon un mode opératoire militaire. Aucun journal n'a été ainsi attaqué, car il y a un principe qui est celui de la liberté de la presse, qui était respecté jusqu'à présent. C'est un stade de l'escalade inimaginable. Les gens qui travaillaient à Charlie Hebdo n'ont aucun sentiment de haine envers qui que ce soit, surtout pas envers les musulmans. Ils sont dans la critique des religions. Ceux qui ont commis ces attentats n'ont rien compris. On est dans la haine absolue, la négation absolue de la pensée. En France, on a depuis trois siècles une presse qui a contribué à faire tomber bien des pouvoirs, la presse est libre et les Français y sont attachés, si les auteurs pensent qu'ils pourront faire tomber ainsi la liberté de la presse, ils se trompent. La première victime de l'idéologie islamiste radicale, comme le disait Charlie, ce sont les musulmans".       

14h17 3.000 policiers sont mobilisés

14h16 Les auteurs de la fusillade sont au nombre de trois (et non deux, comme annoncé précédemment)

14h15 On apprend que la voiture des assaillants a été retrouvée à Pantin (Seine-Saint-Denis).

 

Elle est inspectée par les experts et la police. Mais les auteurs restent introuvables.

 

 

 

14h13 Voici un point en images (RTL): cliquez ici

14h08 Voici des images filmées par le journaliste Martin Boudot, de l'agence Premières Lignes (source: francetvinfo)

14h05

Voici le dernier dessin de Charb (caricaturiste et directeur de la publication)

 

 

 

 

 

 

14h04 Cette image et ce texte font le tour des réseaux sociaux:le hashtag est #jesuischarlie

Je suis libre. Je suis libre de penser. Je suis libre de tolérer. Je suis libre de caricaturer. Je suis un Charlie. pic.twitter.com/0R4PYwevux— Max ⚓️ Haes (@MaximeHaes) 7 Janvier 2015

 

14h03 La sortie des classes est suspendue à Paris, les enfants sont bloqués dans les écoles.

13h53 Les caricaturistes Cabu, Charb, Tignous et Wolinski figurent parmi les victimes. Ils sont décédés. De même que le policier chargé de la protection de Charb.

13h20 Y a-t-il un lien avec cette attaque? Charlie Hebdo a fait la Une de son dernier numéro paru ce mercredi avec "les prédictions du mage Houellebecq: en 2015 je perds mes dents... En 2022 je fais Ramadan !".

Le livre de l'écrivain français controversé paru mercredi, "Soumission", prédit l'arrivée au pouvoir d'un parti musulman en 2022. 


 

 

13h20 Le bilan est revu à la hausse: il y a douze morts, dont deux policiers, selon le parquet.

13h19 Les tueurs présumés face à une voiture de police. D'après uen vidéo postée sur Facebook, ils parlaient français, sans accent.

Deux terroristes présumés face à une voiture de police. ©AFP

13h04 Voici la video de l'intervention de François Hollande.

"Nous punirons les agresseurs", a-t-il ajouté, promettant qu'ils seront "pourchassés aussi longtemps que nécessaire".

Le chef de l'Etat a fait état de plusieurs attentats déjoués ces dernières semaines. "Nous savions que nous étions menacés", a-t-il dit, en promettant de répondre avec fermeté, "avec
toujours le souci de l'unité nationale".

 

13h02 Le Premier ministre britannique David Cameron a condamné l'attaque terroriste "révoltante" perpétrée mercredi contre le siège de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris, et exprimé sa solidarité avec la France dans la lutte contre le terrorisme.

The murders in Paris are sickening. We stand with the French people in the fight against terror and defending the freedom of the press.— David Cameron (@David_Cameron) 7 Janvier 2015

 

12h56

"Nous sommes agressés parce que nous sommes un pays de liberté. Nous punirons les agresseurs" @fhollande #CharlieHebdo— Fédé de Paris du PS (@PS_Paris) 7 Janvier 2015

 

12h50 François Hollande a évoqué un acte d'une "exceptionnelle barbarie".

"La fusillade contre Charlie Hebdo est un attentat terroriste, cela ne fait aucun doute."
François Hollande

12h49 Le président François Hollande devait se rendre sur place dans la journée et une réunion de crise a été convoquée à la présidence à 13H00 GMT, a annoncé l'Elysée.

12h40 Matignon annonce que le plan Vigipirate est relevé au niveau "alerte attentats", le niveau le plus élevé, dans toute l'Ile de France.

En image

La dernière caricature de Charb se passe de commentaires... ©charb
Charb (Directeur de la redaction) - Luz (Dessinateur) Conference de presse de la redaction de Charlie Hebdo au theatre du Rond Point en 2011 ©Photo News
Des journaux du monde entier ont choisi de dédier leur Une au massacre. ©AFP
Des soldats français sont arrivés en renfort à l'aéroport Le Bourget près de Paris tard mercredi soir alors que le niveau d'alerte en France a été relevé. ©AFP
Partout dans le monde, les journaux parlent de la fusillade de Charlie hebdo. Ici, un stand de presse à Islamabad. ©AFP
©EPA
Des rassemblements ont encore lieu dans plusieurs pays du monde en signe de solidarité aux victimes de la fusillade. ©AFP
Un des suspects de l'attaque, Said Kouachi. ©Photo News
©Photo News
Le Président français, François Hollande, s'est exprimé mercredi soir en direct à la télévision pour dénoncer l'horreur de ces attaques. ©Photo News
Les soldats français ont investi la ville de Paris où la vigilance est à son maximum. ©REUTERS
Jeudi matin, un homme s'agenouille pour allumer une bougie près du bâtiment de la rédaction de Charlie Hebdo. ©AFP
Recueillement sur la place de la République au soir de la fusillade de Charlie Hebdo. ©Photo News
Au sein de la rédaction du journal néerlandais De Telegraaf, les journalistes respectent une minute de silence. ©ANP
La Brigade de recherche et d'intervention (BRI) française en renfort. ©AFP

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité