Charlie Hebdo met un Dieu assassin à la Une

Un Dieu barbu, armé d'une kalachnikov et à l'habit ensanglanté, avec ce titre : "1 an après, l'assassin court toujours": telle sera la couverture du prochain Charlie Hebdo, un an après le terrible attentat qui a touché la rédaction.

Pour le premier anniversaire de l'attentat jihadiste qui avait décimé son équipe, l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo sortira ce mercredi un numéro spécial avec en Une un Dieu barbu, armé d'une kalachnikov et à l'habit ensanglanté, sous ce titre : "1 an après, l'assassin court toujours".

Ce numéro doit être tiré à environ un million d'exemplaires, dont des dizaines de milliers expédiés à l'étranger.

Il comprend un cahier de dessins des dessinateurs disparus - Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré - et des contributeurs extérieurs, dont la ministre française de la Culture Fleur Pellerin, des stars comme Isabelle Adjani, Charlotte Gainsbourg, Juliette Binoche, des intellectuels comme Élisabeth Badinter, la bangladaise Taslima Nasreen, l'américain Russell Banks, le musicien Ibrahim Maalouf.

Le dessinateur Riss, patron du journal, grièvement blessé le 7 janvier dernier, y signe un éditorial rageur pour défendre la laïcité et dénoncer les "fanatiques abrutis par le Coran" et les "culs-bénits venus d'autres religions" qui avaient souhaité la mort de ce journal pour "oser rire du religieux".

Mais "les convictions des athées et des laïcs peuvent déplacer encore plus de montagnes que la foi des croyants", promet-il.

Douze personnes avaient perdu la vie dans l'attaque par des djihadistes de l'hebdomadaire à l'irrévérence assumée envers les religions, qui avait publié des caricatures du prophète Mahomet

Une semaine après l'attentat, il avait publié un "numéro des survivants" qui s'était arraché à 7,5 millions d'exemplaires en France et dans le monde.

Actuellement, il se vend à environ 100.000 exemplaires en kiosque, dont 10.000 à l'international, auxquels s'ajoutent 183.000 abonnements.

Avant l'attentat, Charlie Hebdo, qui traversait de grandes difficultés financières, ne se vendait qu'à environ 30.000 exemplaires par semaine.

Tignous, Charb et Cabu ont été tués le 7 janvier 2015. ©AFP

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés