EXPO | Alechinsky, arpenteur du monde

©centre de la gravure

Pierre Alechinsky, "Les palimpsestes", jusqu’au 5 novembre au Centre de la Gravure et de l’Image imprimée - La Louvière.

La peinture et surtout l’art imprimé de Pierre Alechinsky ont certes fait l’objet de nombreuses expositions: des expos généralistes où apparaissaient de temps à autre des palimpsestes. Mais aucune n’avait jusqu’ici mis en lumière cet aspect particulier de sa démarche.

L’expo présentée par le Centre de la Gravure de La Louvière réunit le travail de ce curieux, ce farfouilleur, puisque, dans le cas des palimpsestes, il s’agit de documents, cartes, plans de villes, manuscrits ou imprimés existants que l’artiste utilise comme supports d’une nouvelle création, le titre de celle-ci se voulant un clin d’œil au document de base.

Le rez-de-chaussée du musée réunit les estampages, le premier étage tout ce qui concerne les manuscrits, les écritures, les livres, les imprimés; le second regroupe les grands formats réalisés à partir de cartes géographiques ou de plans de ville.

Reportage sur Pierre Alechinsky

Alechinsky s’est notamment focalisé sur les plaques d’égout pour l’estampillage. "Il va y poser, explique Catherine de Braekeleer, directrice du Centre et commissaire de l’exposition, une brosse dure et de l’encre, puis frotter. Vont apparaître les marques, la trace, le pourtour de ce mobilier urbain modeste." Cette empreinte est ensuite intégré dans un tableau. "Il m’a paru intéressant, dit-elle, de rassembler les œuvres par nature, d’autant que Pierre a réalisé un catalogue qui répertorie tous les palimpsestes déclinés depuis les années quarante." Au final, chaque étage possède son atmosphère: le rez-de-chaussée se révèle majestueux et dépouillé, le premier et son plafond bas se veulent très dense, à l’image d’un cabinet de curiosité; le second fonctionne par séries, dans un espace ouvert sur les cartes exposées, "comme si le visiteur devenait arpenteur du monde", ajoute la directrice commissaire. Alechinsky réalise aussi des palimpsestes sur des partitions: elles évoquent le côté espiègle d’Érik Satie, qui reprenait lui aussi des thèmes musicaux populaires pour y mettre de nouvelles notes… D’ailleurs, l’expo révèle un magnifique clavecin que le bientôt nonagénaire a entièrement décoré.

Pierre Alechinsky, "Les palimpsestes", jusqu’au 5 novembre au Centre de la Gravure et de l’Image imprimée, 10 rue des Amours à La Louvière, une expo présentée dans le cadre de la biennale ARTour dans la région du Centre jusqu’au 10 septembre, www.centredelagravure.be.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés