Les Belges, vice-champions du gaspillage

©BELGAIMAGE

En Europe, un tiers des aliments finit chaque année à la poubelle. Le Parlement européen veut réduire ce gaspillage de moitié d’ici 2030. La Commission européenne est invitée à agir.

Chaque année, les Européens gaspillent près de 90 millions de tonnes de denrées alimentaires, soit plus de 173 kilos par personnes. Le constat est sidérant, quand on sait qu’un humain sur neuf ne mange pas à sa faim. Les premiers responsables de ce gaspillage sont les ménages (53%) et l’industrie de transformation des matières premières (19%).

©Mediafin

Pour enrayer ce phénomène, le Parlement européen a adopté hier à une majorité écrasante des mesures visant à réduire de moitié ce chiffre d’ici 2030. Pas moins de 623 députés ont voté en faveur du rapport de Biljana Borzan, l’eurodéputée social-démocrate (S&D) en charge du dossier. "Nous assistons à un vrai scandale. Le Parlement est unanime, il faut changer les choses", assène-t-elle.

Exemples à suivre

Levée des restrictions au don alimentaire, clarification des informations aux consommateurs, changement des modes de stockage et d’emballage, applications pour smartphones… Le texte envisage plusieurs moyens pour parvenir à cet objectif en s’inspirant des pays exemplaires.

La Commission européenne est invitée à prendre des initiatives. Mais le Parlement n’a pas le pouvoir de la contraindre à agir dans cette matière. Or ces derniers temps, la Commission Juncker est peu encline bouger sur ce dossier sensible pour l’industrie. "Un rapport de la Cour des comptes montre que les ambitions de la Commission ont diminué, indique Biljana Borzan. C’est une question complexe, qui nécessite la coopération de plusieurs directions générales de la Commission." Les 28 États européens ne sont pas beaucoup plus motivés.

Ce n’est pas la première fois que le Parlement invite la Commission et le Conseil à agir dans cette matière sans que cela ne soit suivi d’effet. "Les choses vont devoir changer. Vu le résultat du vote, ce sera difficile, tant pour la Commission que pour les États membres, de ne pas tenir compte de l’avis du Parlement", souligne un observateur.

Le rapport épingle également certaines "pratiques déloyales" de l’industrie alimentaire. "Le problème, c’est que les consommateurs sont souvent incités à acheter plus qu’il ne le faut, par exemple par des promotions offrant deux produits pour le prix d’un", ajoute la députée croate.

"Nous assistons à un vrai scandale. Le Parlement est unanime, il faut changer les choses."
Biljana borzan
eurodéputée s&d

"Un tiers de la nourriture des Européens est jeté chaque année à la poubelle. Changer cette réalité suppose des objectifs et des moyens. Dans cette mesure, le rapport est une bonne nouvelle, réagit Philippe Lamberts, le coprésident des Verts européens. Mais c’est frustrant que cette proposition n’ait aucune valeur législative. Si c’était le cas, elle ne serait pas soutenue par autant de députés."

Les Belges, grands gaspilleurs

La Belgique devra mettre les bouchées doubles si elle veut atteindre les objectifs de 50% envisagés par le Parlement européen. Notre pays est le deuxième de l’Union européenne à gaspiller le plus.

Le Belge jette en moyenne 347 kilos de denrées alimentaires chaque année, ce qui représente deux fois plus que les Allemands, les Luxembourgeois ou les Français. Seuls les Pays-Bas font pire (voir infographie).

"Quel immense gâchis! Pourtant, les moyens ne manquent pas pour profondément changer de cap vers une consommation plus responsable", enchaîne l’eurodéputé Belge Marc Tarabella (S&D). Le rapport met en exergue des mesures dissuasives comme, en France, l’interdiction faite aux grandes surfaces de jeter la moindre denrée alimentaire.

Exonération fiscale

L’une des mesures propose de modifier la directive TVA de manière à autoriser de façon explicite les exonérations fiscales sur les dons alimentaires.

Une autre prévoit de sensibiliser les consommateurs à mieux comprendre les informations figurant sur les étiquettes. Selon une enquête d’Eurobaromètre, plus d’un Européen sur deux ne comprend pas la signification de la mention "à consommer de préférence avant le" ou "à consommer jusqu’au".

Les eurodéputés suspectent aussi certaines marques de raccourcir la date de péremption des produits à longue conservation (pâtes, riz…) afin de pousser les citoyens à racheter de nouveaux produits. Le rapport suggère de mettre de l’ordre dans la législation afin d’éviter ces comportements. "Nous proposons d’exclure les étiquettes de certains produits qui ne gâtent pas facilement, comme le sucre par exemple", précise Biljana Borzan.

Le rapport comporte aussi des mesures misant sur les nouvelles technologies, comme le développement des emballages intelligents changeant de couleur selon l’état des produits.

Le gaspillage alimentaire représente une perte économique de 850 milliards d’euros par an dans le monde (143 milliards en Europe).

Dans les pays industrialisés, les denrées alimentaires sont pour la plupart gaspillées dans les derniers maillons de la chaîne, à savoir la distribution et la consommation. Dans les pays en développement, le gaspillage se concentre dans les premières phases de la production en l’absence de techniques avancées.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés