Publicité

Ces contrats chinois qui sauvent Dragone

©AFP

Dans le plan déposé en vue de sortir de la PRJ introduite à Mons, on apprend que les relations ont repris en Chine avec le groupe Wanda. Lisez, le business repart avec les Chinois qui ont recommencé à payer pour les spectacles fournis.

C’est un peu la question à 1.000 euros qui chiffonne ceux qui suivent de près les affaires de Franco Dragone. Comment, en cinq mois, la société Productions du Dragon a-t-elle pu passer d’une situation de quasi-faillite avec licenciements à la clé à l’annonce du dépôt d’un nouveau plan qui devrait permettre de sauver l’emploi et de rembourser les créanciers (à hauteur de 50% à l’exception notoire de la SRIW, voir ci-dessous)? C’est grâce à la Chine, messieurs dames. En l’occurrence, c’est grâce au réchauffement des relations avec Wang Jianlin, le patron du groupe Wanda, que le groupe Dragone arrivera sans doute à tirer son épingle du jeu.

Lors de la visite d’État emmenée par le roi Philippe en Chine en juin 2015, Franco Dragone avait fièrement annoncé la signature d’un contrat de 1,5 milliard d’euros avec le groupe Wanda portant sur la construction de six théâtres en Chine censés abriter six spectacles permanents. Ce montant astronomique portait en réalité sur l’aspect immobilier de l’opération, un volet qui ne concernait pas Dragone. Deux théâtres (Wuhan et Xishuangbanna) avaient lancé les festivités avant que les relations entre partenaires ne deviennent… plus compliquées! Lors des plaidoiries du mois d’octobre, les avocats de Franco Dragone avaient expliqué que la relation avec le groupe Wanda était rompue. Les deux spectacles continuaient à tourner, mais les Chinois ne payaient pas!

Six spectacles en Chine

Depuis, l’eau a coulé sous les ponts et les relations sont revenues au beau fixe. Une nouvelle collaboration sur base du gentlemen agreement de 2015 a permis de relancer différents projets, peut-on lire dans la note déposée dans le cadre de procédure de réorganisation judiciaire (PRJ) introduite à Mons. À terme, si tout se déroule comme prévu, ce sont donc six spectacles qui devraient tourner en Chine.

On l’a écrit, Wuhan et Xichuangbana (près de la frontière avec le Laos) tournent déjà. Un nouveau spectacle vient d’être signé à Wuxi et il devrait être joué jusqu’à la fin 2019. Deux autres spectacles devraient voir le jour à Shengdu et à Shongquing. Concernant ces deux villes, tout n’est pas encore signé, mais les parties en sont dans la phase du "Concept Development Agreement (CDA)", soit celle qui précède généralement la signature du contrat.

Enfin, des discussions sont en cours autour d’un sixième show à Guangzhou.

Et même s’il est difficile de chiffrer précisément la portée de ce retour en grâce chinois, ces différents projets portent sur enveloppe oscillant entre 100 et 200 millions de dollars Du côté de chez Dragone, on est conscient de l’utilité, à terme, de mieux répartir la fourchette géographique des investissements, estimant qu’il serait peut-être temps de ne plus faire porter autant de poids par la Chine.

Entre-temps, la difficulté pour Dragone sera d’expliquer pourquoi il compte rembourser les créanciers à 50% alors que l’argent (re) venu de Chine est en train de rentrer dans les caisses.

©rv

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés