1
chronique

Gloire soit rendue au Grand Rempart des peuples!

On a bien ri, la semaine dernière, l’air de rien. Juste un peu dommage que ce soit plutôt jaune.

Plus que par les propositions imbéciles portées par les bas de plafond du micro-parti Islam, qui refont curieusement surface tous les six ans, on a surtout été subjugué par la teneur des réponses qui y ont été apportées. Avec une mention spéciale à Joëlle Milquet, sortie de son mutisme pour expliquer… qu’il vaudrait mieux ne pas trop en parler. Et une autre au duo Bouchez-Di Rupo, qui a réussi à incorporer la polémique dans son bras de fer montois.

Mais il n’y a rien à faire. Le champion toutes catégories, c’est indubitablement Theo Francken. Dont le "jubilomètre" a explosé – le garçon s’est même fendu de plusieurs tweets en français, c’est dire. Et, évidemment, il y a eu un petit visuel. Fond jaune, demi-visage de Theo. Et du slogan, bien gras. "Geen sharia. Nu niet. Nooit niet."

Voici donc Theo, Grand Rempart des peuples contre l’obscurantisme.

Héros de la lutte contre les discriminations faites aux femmes, que des monstres voudraient voir compartimentées dans les transports en commun.

On est curieux de voir la proportion de femmes que nos formations si démocratiques vont bombarder tête de liste à l’occasion de la vaste bataille électorale qui se profile.

Ce qui nous chipote, c’est la haute teneur en sélectivité de cette belle indignation.

On ne peut s’empêcher de le trouver cocasse, ce "no pasaran" lancé par la N-VA à la face d’un parti foulant aux pieds nos valeurs démocratiques. Parle-t-on bien du même parti nationaliste qui s’est mis en tête de siphonner l’électorat du Vlaams Belang, quitte à en singer certaines méthodes et thématiques chéries?

(Au passage, une petite parenthèse à l’attention des partis qui se sont offusqués de voir Islam balayer l’éventualité de refiler la tête de liste à une femme, au motif que celle-ci doit se situer derrière l’homme, là pour la protéger. On est curieux de voir la proportion de femmes que nos formations si démocratiques vont bombarder tête de liste à l’occasion de la vaste bataille électorale qui se profile.)

Parle-t-on du même secrétaire d’État à l’Asile et la Migration qui, dans la foulée, s’est réjoui de la "victoire massive" de Viktor Orban aux législatives hongroises?

On passera sur le bilan global de celui que Juncker accueillait il n’y a pas si longtemps par un "salut, dictateur" bon enfant. Soupçons de corruption, contrôle des médias, emprise accrue du gouvernement sur la Justice, réaffirmation des valeurs chrétiennes ou encore xénophobie affirmée. Tels sont les bonheurs simples de la "démocratie illibérale". Pour pointer ceci: en cette riante contrée, on apprend à ces chères têtes blondes que les filles ne disposent pas des mêmes aptitudes intellectuelles que les garçons. Et qu’en somme, celles-ci sont juste bonnes à pondre des marmots et passer la serpillière.

Ca, par contre, ça ne semble pas générer de levée de boucliers. Et passe plutôt tranquille. On vous parlait d’indignation sélective: le sexisme le plus abject, c’est non quand ce sont des musulmans qui s’y mettent, mais entre gens biens, on peut s’y adonner sans souci? Au risque de caricaturer: nul besoin de barbares pour discriminer nos femmes, on y arrive très bien tout seuls entre bons chrétiens.

Allez, pour l’appellation "Rempart des peuples", il faudra repasser. Pour l’heure, "Mirador qui canarde tout ce qui ne lui ressemble pas" semble mieux convenir. Même si cela a moins de gueule, il faut en convenir.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content