chronique

Paul Magnette sur un fil

L’événement politique de la semaine, c’est la divulgation des notes de l’informateur Paul Magnette. Ce n’est pas un accord de gouvernement, loin s’en faut, mais une esquisse, des contours, qu’il faudra ensuite détailler, corriger, compléter…

Quand ce genre de "fuite" dans la presse est organisée, ce n’est jamais innocent. Il s’agit souvent soit de torpiller les négociations, soit de "tester" telle ou telle mesure. Qu’en est-il en l’occurrence? Le projet de Magnette est de constituer une majorité "arc-en-ciel" sans la N-VA. Pour réussir, l’opération nécessite surtout qu’Open Vld et CD&V lâchent leur partenaire nationaliste, le premier parti de Flandre, avec lequel ils sont en majorité dans le gouvernement flamand et avec qui ils formaient la "suédoise". Autrement dit, le sort de l’arc-en-ciel dépend des libéraux et des démocrates-chrétiens flamands.

Dès lors, la divulgation des notes de l’informateur participe d’un travail de pression et de conviction sur les deux partis nordistes au moment même où le débat en leur sein fait rage. Pour Magnette, il faut être rassurant et tentant. Les notes démontrent noir sur blanc aux deux partis flamands qu’une coalition arc-en-ciel peut leur permettre de concrétiser certaines de leurs revendications. Les textes contiennent bien sûr des points chers aux socialistes ou aux écologistes. Mais ils ne détricotent pas les acquis socio-économiques de la suédoise, ce qui est un point clé, en particulier pour les libéraux. Par exemple, la pension à 67 ans, la modération salariale, le "tax shift", voués aux gémonies par le PS pendant cinq ans, ne sont pas remis en cause. Le système des voitures de société est conservé. Par ailleurs, les notes ne contiennent pas grand-chose en matière de budget, on n’y décèle aucune "rage taxatoire". Bref, le message sous-jacent, c’est que les textes de Magnette n’ont rien d’un catalogue des horreurs.

Ainsi, l’Open Vld et le CD&V voient dans quel jeu ils pourraient jouer. Une coalition arc-en-ciel n’est peut-être pas alléchante mais elle est présentée sous un jour acceptable. Cela montre aussi que le PS est prêt au compromis. Et l’Open Vld surtout, et le CD&V dans une moindre mesure, savent qu’ils sont indispensables: ils peuvent donc tranquillement faire monter les enchères…

Puis, ce n’est pas écrit, mais c’est au moins aussi important: une participation, ce sont des portefeuilles ministériels et des cabinets pour placer des collaborateurs. Et, pour l’Open Vld ou le CD&V, c’est aussi la très forte probabilité de décrocher le poste de Premier ministre. Dans une négociation politique, il ne faut jamais oublier les egos et les ambitions personnelles…

De là à dire que ce travail de persuasion fonctionnera, il y a un grand pas. L’Open Vld et le CD&V envoient ces derniers jours des signaux contradictoires sur leur intention de choisir l’arc-en-ciel. Vendredi, la tendance était plutôt au "non". Il nous revient qu’en interne, beaucoup ne sont pas convaincus et voudraient au moins "mouiller" la N-VA d’abord, la piste "paarsgeel" (un gouvernement PS/N-VA) n’ayant pas été explorée à fond, selon eux. L’Open Vld trouverait notamment les projets de Magnette trop dispendieux. Et le CD&V est fâché sur les avancées éthiques (avortement, euthanasie) défendues par leurs futurs partenaires potentiels à la Chambre.

Deux scénarios probables pour l’avenir: soit Magnette arrive à convaincre l’Open Vld et le CD&V d’opter pour l’arc-en-ciel et une vraie formation peut débuter; soit il échoue, la crise s’accentue, et un informateur N-VA entre en piste…

Lire également