chronique

Saletés de bobos et de féministes!

Benoît Mathieu

"Notre ambition éco-socialiste à nous n’est pas qu’on vende à Uccle des poulets de ferme impayables au marché bio/bobo du samedi matin mais de pouvoir nourrir sainement tous les hommes." On a dû se pincer. Ce vieux cliché tout moisi, c’est le chef de file du PS en Wallonie qui le manie, en novembre 2017, lors du congrès censé remettre la doctrine socialiste sur les rails et au goût du jour.

 Pierre-Yves Dermagne, un "petit jeune", présenté comme l’avenir du parti. Eh bien, on croirait surtout entendre le mauvais Sarko aux abois de 2016.

On n’a rien contre Pierre-Yves Dermagne; il est juste le dernier d’une longue série. Qui nous chipote depuis un moment. Depuis quand "bobo" a gagné ses galons d’insulte – parce que ça l’est devenu, pas de doute là-dessus?

On s’interroge. En quoi, et à qui, ces "bouffeurs de quinoa" ont-ils causé du tort?
Benoît Mathieu
Journaliste

"Personne d’un milieu aisé, généralement urbain et cultivé, qui se veut non conformiste et attaché à des valeurs écologistes" – c’est le Robert qui le dit. En quoi, et à qui, ces "bouffeurs de quinoa" ont-ils causé du tort? Ils poussent plutôt dans le bon sens, non, alors que la planète étouffe de pollution, que des espèces s’éteignent et qu’on nous annonce qu’on n’a encore rien vu, en termes de catastrophes naturelles? Et que l’Europe a décidé d’autoriser cinq ans de plus la "trempette" façon Roger Rabbit concoctée par le duo Bayer/Monsanto.

Notez que les bobos ne sont pas les seuls à bénéficier de ce traitement de faveur. Les féministes sont bien servis également, si pas mieux encore – on a déjà lu "féminazi", pas encore "bionazi".

À nouveau, ce bon vieux Robert à la rescousse. Le féminisme est une "doctrine qui préconise l’égalité entre l’homme et la femme, et l’extension du rôle de la femme dans la société". On a dit égalité, hein, et pas castration forcée de tous les mâles, alors on respire un coup.

À nouveau, qui peut se permettre de ne pas les écouter, quand les hashtag #metoo et consorts ont révélé qu’elles étaient bien rares, les femmes de notre entourage à n’avoir jamais été l’objet de harcèlement? Quand on acquitte des hommes de viols de gamines de 11 ans en pérorant sur le possible "consentement" de gamines prépubères? Pas au Pakistan, en Arabie saoudite ou en Bordurie. En France. En 2017.

Mais enfin! N’en fait-on pas trop? N’exagèrent-elles pas à un moment, ces armées de bobos féministes, donneuses de leçons, chantres de la bien-pensance, armées de leurs positions intransigeantes?

On a un outil infaillible pour en juger. Prenez un cas de harcèlement. N’était-ce pas, au final, de la drague un peu appuyée, voire maladroite? Ne l’avait-elle pas un peu cherché, tout de même? Eh bien, remplacez cette femme anonyme par votre fille, ou votre petite-fille, peu importe. Vous l’aurez direct, votre réponse. Ça marche aussi avec l’écologie, l’alimentation et tous ces trucs de planète: ça vous botte que votre progéniture ingurgite de la chimie douteuse? Vous voyez, c’est efficace.

Quant à ceux qui doutent encore, on leur souhaite des heures d’écoute forcée de Benjamin Maréchal. Vengeance de bobo féministe.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content