Une belle brochette de nouilles

©Aude Vanlathem

Et donc, dimanche dernier, c’était la journée internationale du collier de nouilles. Ainsi que du grand n’importe quoi. Vous en avez sans doute entendu parler, et c’est bien dommage. Une école bruxelloise a décidé de faire l’impasse sur la sacro-sainte fête des mères, parce que coller d’office tous les élèves à l’atelier glorification maternelle pourrait bien heurter ceux qui n’en ont pas, de mère. Ou pas vraiment. Ou plusieurs. Ou que sais-je? Ce n’est pas la première école à franchir le pas, soit dit en passant.

"Une attaque radicale contre nos valeurs occidentales", a prestement jugé Zuhal Demir (N-VA), la secrétaire d’Etat en charge de l’Egalité des chances. Zuhal, quelque part, c’est Theo Francken, en version féminine.

Sur internet, c’est parti dans tous les sens. Rafale de haine. Et ces sales étrangers à qui l’on donne tant et qui nous chipent tout, jusqu’à la fête des mères. à l’image de cette policière bruxelloise bavant sur les réseaux sociaux sa haine des autres et suggérant que l’on fasse cramer cette école du diable.

Résultat: le lundi, l’école était sous surveillance policière – sans le secours de Madame la pyromane, apparemment. Ah c’est sûr, elles ont fière allure, nos belles valeurs occidentales.

Et puis, qui peut croire que des bambins ânonnant une chanson mièvre constituent le fondement de notre civilisation? D’accord, les origines de cette fête remontent à l’Antiquité. Mais depuis, elle a été instrumentalisée en 1941 par le maréchal Pétain. Pour être ensuite passée à la moulinette commerciale, annexée par le lobby des fleuristes et la fédération des producteurs de pâte à modeler.

Notez que les fines gâchettes de la N-VA n’auront pas été les seules à rebondir sur l’affaire. Le cdH s’y est mis aussi. Inévitable – la famille, c’est son filon. La décision de l’école n’a "aucun sens", a jugé le président Lutgen. "Absurde, a lynché l’ancienne gloire Milquet. La mère est universelle."

Ce qui est comique, c’est que le lendemain, lundi donc, c’était la journée internationale des familles. Véridique. Le nirvana, au cdH, dont les équipes ont pu déambuler dans l’espace public affublées de K-Way orange, en distribuant des petits papiers.

Que disent-ils, ces petits papiers? Que les humanistes veulent des avancées pour les familles monoparentales, recomposées, adoptives ou d’accueil. On ne devrait donc pas leur expliquer, au cdH, que la famille ce n’est plus forcément papa-maman. Qu’il y en a sans figure maternelle. Qu’il y en a avec deux. Et que parfois, c’est plus compliqué encore. Et que la fête des mères n’a sans doute plus rien d’universel – si tant est qu’elle l’ait jamais été.

Beaucoup de bruit pour rien, donc. Enfin, du moment qu’ils ne touchent pas à la fête des pères… Renoncer à mon cendrier en terre glaise? Jamais!

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content