La Belgique s'accorde pour réduire de 55% les émissions européennes de CO2 d'ici 2030

Alexander De Croo sera en charge de défendre cet objectif devant le sommet européen de cette fin de semaine ©Photo News

Une délégation de la coalition Climat a rencontré lundi matin le Premier ministre Alexander De Croo dont le gouvernement a annoncé qu'il soutiendrait une réduction des émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 55%.

C'est une scène insolite qui s'est déroulée ce lundi au 16, rue de la Loi. Quelques centaines de lettres et dessins d'enfants réalisés dans le cadre de la campagne de la Coalition Climat lancée le 20 novembre ont été remis au Premier ministre par le saint patron des écoliers en personne. Le grand barbu, accompagné de plusieurs membres du groupe écologiste a rencontré le Premier avec pour objectif d'encourager son gouvernement à faire de la Belgique une bonne élève en matière climatique.

Saint Nicolas est sorti du 16 rue de la Loi en fin de matinée ©Photo News

"Alexander De Croo nous a dit qu'il espérait vraiment encore pouvoir arriver au sommet européen avec une ambition renouvelée de la part de la Belgique", s'est félicité Nicolas Van Nuffel, président de la coalition Climat qui plaide pour une réduction de minimum 60% des émissions de gaz à effet de serre européennes d'ici 2030. "Des négociations intenses ont lieu actuellement entre le gouvernement fédéral et les trois Régions."

L'annonce du résultat de ces négociations est tombée quelques minutes plus tard. C'est finalement sur une réduction européenne à hauteur d'au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030, par rapport aux chiffres de 1990, que le fédéral et les entités fédérées se sont mis d'accord.

La Flandre tempère

Pour la première fois, la Belgique prendra position en fin de semaine en faveur de cette hausse des ambitions climatiques de l'UE telle que proposée par la Commission européenne. C'est Alexander De Croo qui défendra cet objectif lors du sommet européen des chefs d'Etat et de gouvernement fin de semaine.

Le cabinet de la ministre fédérale du Climat, Zakia Khattabi, parle d'une collaboration "constructive" avec les autres niveaux de pouvoir. Côté flamand, la ministre compétente Zuhal Demir (N-VA) a tempéré l'enthousiasme de la ministre écologiste, soulignant que des conditions "importantes et strictes" devront être remplies pour que la Belgique soutienne formellement le nouvel objectif 2030.

-55%
C'est l'objectif qui devrait être défendu par la Belgique pour la réduction des gaz à effets de serre européens.

La ministre Khattabi indique en effet dans un communiqué que notre pays mettra en avant "des points d'attention importants", comme le fait que "l'objectif doit être réparti entre les Etats membres sur une base équitable, de solidarité et tenant compte du coût-efficacité". Des sources proches du gouvernement flamand confirment que la Flandre ne veut soutenir l'ambition 2030 à -55% que s'il y a une "flexibilité internationale" et que l'effort est réparti en tenant compte des réalités locales de "coût-efficacité".

Actuellement, l'UE est engagée sur un objectif de -40% d'émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. Elle veut revoir cette ambition à la hausse, dans le cadre du "Green Deal", élément central de la politique de la nouvelle Commission. Le Parlement européen s'est quant à lui prononcé en faveur d'une diminution de 60% des émissions d'ici à 2030, tandis que de nombreuses ONG pointent qu'il faudrait en réalité viser -65% pour avoir des chances de respecter les principes de l'Accord de Paris, qui fête cette semaine son 5e anniversaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité