Le Plan Climat est approuvé. Ça change quoi?

©Photo News

Le Plan Climat doit permettre à la Belgique de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 35% à l'horizon 2030.

Le gouvernement fédéral et les exécutifs flamand, wallon et bruxellois, réunis en comité de concertation, ont approuvé le Pnec (Plan national énergie climat) belge, attendu par la Commission européenne pour le 31 décembre au plus tard. Ce plan doit permettre à la Belgique de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 35% à l'horizon 2030, mais aussi contribuer à ce que l'objectif européen d'une part d'au moins 32% d'énergie renouvelable dans le mix énergétique soit atteint à la même échéance.

La nécessaire collaboration entre les ministres du Climat est là et sera renforcée dans les prochains mois.
Philippe Henry
Ministre wallon du Climat

Qu'avaient décidé précédemment les différents acteurs du pays?

Le volet flamand de ce plan s'est longtemps fait attendre. Juste avant le sommet sur le climat de l'ONU à Madrid la semaine dernière, l'exécutif Jambon est finalement parvenu à s'entendre pour réduire les émissions de CO2 de la Flandre de 32,6% d'ici 2030, avec l'espoir que les 35% soient tout de même atteints grâce à des innovations technologiques.

La Wallonie vise quant à elle une réduction de ses émissions de 55% d'ici 2030 et la neutralité carbone d'ici 2050, tout comme la Région de Bruxelles-Capitale, qui ambitionne elle de faire baisser ses émissions d'au moins 40% d'ici 2030.

Le volet fédéral du plan porte lui l'ambition de renforcer le transport ferroviaire en investissant 35 milliards d'euros sur la période de référence. Ce montant représente l'évolution des moyens de la SNCB et d'Infrabel à dotation constante auxquels seraient ajoutés 5 milliards d'euros. Il prévoit aussi d'établir un plan en 2021 pour réduire et puis supprimer les subsides pour l'énergie fossile en 2030.

Que change ce PNEC?

Rien. Les plans élaborés par les régions et le fédéral ont été joints de manière à constituer un ensemble. Aucune nouvelle mesure n'a été décidée, mais quelques détails techniques - entre autres sur les rénovations de bâtiments - devaient encore être examinés par les ministres.

"Certes, nous n'exprimons pas tous le même niveau d'ambition et nous devrons certainement mettre en œuvre des mesures correctrices en matière d'énergie renouvelable et d'efficacité énergétique, mais la nécessaire collaboration entre les ministres du Climat est là et sera renforcée dans les prochains mois", a souligné le ministre wallon, Philippe Henry.

La ministre flamande Zuhal Demir (N-VA) a assuré que sa Région "n'entravera jamais l'ambition climatique", mais veillera à ce qu'aucune illusion dans ce domaine ne voie le jour au nord du pays. 

Lire également

Publicité
Publicité