Plus de 100 patrons belges signent pour une politique climatique forte

Le lancement de la campagne Sign for my Future a eu lieu ce mardi matin à La Monnaie. ©Jean Fassiaux sur Twitter

Dans la mobilisation pour le climat, voilà venue l’heure de la grande pétition. Une campagne d’un genre inédit a été lancée ce mardi: "Sign for my Future". Née d’une initiative citoyenne, cette campagne invite la Belgique à signer son "appel aux prochains gouvernements pour une politique climatique forte." Parmi les premiers à signer, de nombreux dirigeants d'entreprise.

Après les marches pour le climat (citoyennes ou lycéennes), après la proposition d'une loi climat clef sur porte par un panel d'experts universitaires, après la tentative d'Ecolo-Groen de faire voter cette loi au plus vite, voici 'Sign for my Future': cette campagne aux ambitions nationales invite tout un chacun à signer son "appel aux prochains gouvernements pour une politique climatique forte".

Le mandat climatique

« Je veux que les prochains gouvernements prennent ensemble toutes les mesures nécessaires pour maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 degrés, en visant un plafond de 1,5 degré.  La Belgique doit atteindre la neutralité climatique à l’horizon 2050 et réduire significativement ses émissions au cours des 5 prochaines années. Je veux l’instauration d'une loi sur le climat, d'un programme d'investissement pour aider les citoyens et entreprises à effectuer la transition, et d’un conseil climat indépendant assurant le suivi de la politique menée. Je suis conscient que cet objectif nécessitera des efforts de la part de chacun d’entre nous, mais je pense également qu'il fera naître des opportunités et est indispensable pour préparer notre avenir. »

"Le seul objectif est de créer une large plateforme pour une politique climatique ambitieuse en obtenant un maximum de signatures" d’ici début mai, à l’avant-veille des élections européennes, législatives et régionales, situe l’asbl Mandat Climatique - Klimaatmandaat, à l'origine de la campagne. L’espoir est de voir cet appel appuyé - signé - par des "centaines de milliers de citoyens, d’organisations civiles et de chefs d’entreprises, afin que les responsables politiques prennent les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs climatiques de Paris".

La demande de Sign for my Future est triple :

une loi sur le climat: un cadre légal avec des objectifs intermédiaires afin que la Belgique soit climatiquement neutre d’ici 2050 et que la prochaine législature prenne toutes les mesures nécessaires pour réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre. Ce cadre juridique devrait entrer en vigueur au plus tard d’ici fin 2020.

un plan d’investissement: un plan d’investissement solide et juste sur le plan social, afin d’aider et d’encourager les citoyens et les entreprises à participer à la transition vers une société climatiquement neutre. Ce plan d’investissement doit entrer en vigueur au plus tard à la fin 2022.

un conseil climat: une évaluation indépendante de la politique menée par un conseil climat neutre, composé d’experts.

Pour signer la pétition:

→ Sign for my Future: signformyfuture.be

Pour amorcer la pompe, l’asbl Mandat Climatique, créée pour l’occasion, a demandé à une kyrielle de personnalités de la société civile de signer l'appel et d’endosser le rôle d’ambassadeur. Ils sont plus de 300 à avoir dit "oui" et ce n’est sans doute qu’un début. Parmi eux, les responsables de nombreuses organisations actives sur le terrain environnemental ou social, d’universités ou de syndicats, mais aussi un nombre impressionnant de dirigeant(e)s d’entreprise.

Parmi eux, les CEO de grandes entreprises comme Bart De Smet (Ageas), Jan De Witte (Barco), Koen Van Gerven (bpost), Max Jadot (BNP Paribas Fortis), Jef Colruyt (Colruyt), Xavier Piesvaux (Delhaize), Luc Vandenbulcke (DEME), Roger Kesteloot (De Lijn), Grégoire Dallemagne (EDF Luminus), Thierry Geerts (Google), Olivier Legrain (IBA), Erik Van Den Eynden (ING Belgique), Eddy Duquenne (Kinepolis), Didier Ongena (Microsoft Belux), Eric Domb (Pairi Daiza), Jacques Vandermeiren (Port d’Anvers), Dominique Leroy (Proximus), Michel Croisé (Sodexo), Ilham Kadri (Solvay), Marc du Bois (Spadel), Sophie Dutordoir (SNCB), Brieuc de Meeûs (Stib), John Porter (Telenet), Sophie Souied (Unilever Belgium), etc. La liste comprend à ce stade une centaine de CEOs, dont les dirigeants de la plupart des groupes de presse belges. A commencer par Mediafin, l'éditeur de L'Echo et du Tijd.

"Les solutions existent déjà, mais nous avons besoin des autorités pour les déployer à grande échelle et les rendre accessibles à tout le monde. Les autorités peuvent y arriver en réfléchissant à long terme, en faisant des choix et en s’y tenant."
L'asbl Mandat Climatique

Tant de capitaines d’industrie pour lancer cette campagne: ne nage-t-on pas ici en plein greenwashing? "Le fait que ces dirigeants d'entreprise soutiennent Sign for my Future ne veut pas dire que leur organisation fait déjà tout ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris", répond l’asbl. "C'est une réalité que la campagne ne cherche pas à cacher. Ce que les dirigeants d'entreprise montrent, c'est leur intention de participer à la construction d'une Belgique climatiquement neutre d'ici 2050, et de prendre leurs responsabilités. Ils demandent donc eux aussi une loi climat, un conseil climat et un plan d'investissement qui assure une certitude nécessaire dans le long terme. Et cela est nécessaire pour rendre cette transition réalisable."

©Tim Dirven

"Tout le monde contribuera naturellement à la cause, citoyens et entreprises comprises", insiste l’asbl Mandat Climatique. "Cependant, dans un premier temps, une politique s’avère indispensable pour veiller à ce que la société évolue dans son ensemble. Les solutions existent déjà, mais nous avons besoin des autorités pour les déployer à grande échelle et les rendre accessibles à tout le monde. Les autorités peuvent y arriver en réfléchissant à long terme, en faisant des choix et en s’y tenant. C’est pourquoi nous demandons l’élaboration d’une loi et d’un plan d’investissement: ceux-ci garantiront la sécurité – plus que nécessaire – à long terme."

L'asbl Mandat Climatique a été créée en juillet dernier par une quinzaine de personnes venant d'horizons professionnels variés, entre défense de l'environnement, médias, pub et investissement.

> Le lien pour signer la pétition: → signformyfuture.be

Lire également

Publicité
Publicité