Publicité

Selon l'ONU, les catastrophes climatiques ont fait 2 millions de morts en 50 ans

L'ouragan Katrina, survenu en 2005, a ravagé les États-Unis. Il incarne la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire, selon l'étude Atlas, menée par l'OMM. ©AFP

Une étude réalisée par l'OMM, met en lumière différents chiffres sur les catastrophes climatiques. Les impacts, tant à échelle humaine qu'économique, sont interpellants.

Le nombre de catastrophes naturelles, telles que les inondations et les vagues de chaleur, provoquées par le changement climatique a été multiplié par cinq au cours des 50 dernières années, faisant plus de deux millions de morts avec un impact économique négatif de 3.640 milliards de dollars (3.100 milliards d’euros), a indiqué mercredi l'Organisation météorologique mondiale de l'ONU (OMM).

Le rapport fait état d'une tendance à la hausse, le nombre de catastrophes ayant presque quintuplé entre 1970 et 2019.

L'OMM estime que son étude "Atlas" est la plus complète jamais réalisée sur la mortalité et les pertes économiques dues aux phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes.

Des chiffres quintuplés

Elle recense quelque 11.000 catastrophes survenues entre 1970 et 2019, y compris des catastrophes majeures telles que la sécheresse de 1983 en Éthiopie, qui a été l'événement le plus meurtrier avec 300.000 décès, et l'ouragan Katrina en 2005, le plus coûteux, avec des pertes économiques de 163,61 milliards de dollars (139 milliards d’euros).

1.380
Milliards de dollars
Les coûts générés par ces catastrophes sont passés de 175,4 milliards de dollars dans les années 1970, à 1.380 milliards de dollars dans les années 2010.

Le rapport fait état d'une tendance à la hausse, le nombre de catastrophes ayant presque quintuplé entre 1970 et 2019, ce qui confirme que les phénomènes météorologiques extrêmes sont de plus en plus fréquents à cause du réchauffement de la planète.

Plus coûteux

L'OMM attribue cette croissance au changement climatique, mais aussi à l'amélioration des études sur les catastrophes.

Les coûts générés par ces catastrophes sont passés de 175,4 milliards de dollars (149 milliards d’euros) dans les années 1970 à 1.380 milliards de dollars (1.170 milliards d’euros) dans les années 2010, lorsque des ouragans comme Harvey, Maria et Irma ont ravagé les États-Unis.

"Les pertes économiques augmentent à mesure que l'exposition [aux risques climatiques] s'accroît", a expliqué le secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas.

Des pays plus touchés que d'autres

Mais si ces catastrophes sont devenues plus coûteuses et plus fréquentes, le nombre annuel de décès est passé de plus de 50.000 dans les années 1970 à environ 18.000 dans les années 2010, indiquant qu'une meilleure planification porte ses fruits.
"L'amélioration des systèmes d'alerte rapide multidangers a permis de réduire considérablement la mortalité", a ajouté Petteri Taalas.

91%
Des décès
Plus de 91% des deux millions de décès comptabilisés par l'OMM sont survenus dans des pays en voie de développement.

L'OMM espère que ce rapport, qui offre une ventilation régionale détaillée, permettra aux États d'améliorer les politiques visant à mieux protéger leurs populations.
Plus de 91% des deux millions de décès comptabilisés sont survenus dans des pays en voie de développement, selon le rapport qui souligne que seule la moitié des 193 membres de l'OMM dispose de systèmes d'alerte rapide multidangers.

Le rapport ajoute que de "graves lacunes" dans les observations météorologiques, notamment en Afrique, nuisent à la précision des systèmes d'alerte rapide.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité