Publicité

Rassemblement à Bruxelles: entre 8.000 et 10.000 militants

©REUTERS

Quelque 7.500 personnes selon la police et 10.000 personnes selon les syndicats se sont rassemblées mercredi place de la Monnaie à Bruxelles à l'appel du front commun syndical. Les militants ont quitté la place de la Monnaie peu après 12h00. Découvrez les images de la concertation.

L'appel à une concentration de militants lancé par le front commun syndical a été entendu: entre 8.000 et 10.000 personnes ont gagné la place de la Monnaie à Bruxelles ce mercredi matin vers 11h, selon les syndicats. Dans leurs discours, les leaders syndicaux ont rappelé leurs revendications, dont leur opposition farouche au saut d'index. Un calendrier d'actions a également été établi pour la fin du mois de mars.

Le 19 mars prochain, les services publics mèneront une action similaire. Dix jours plus tard, le 29 mars, le front commun syndical appelle à participer à l'action du collectif "Hart boven hard - tout autre chose". Enfin, les syndicats appellent  à "des manifestations de masses" dans les provinces du 30 mars au 4 avril, selon les termes utilisés par Marc Goblet, sans préciser à ce stade la manière dont ces manifestations se dérouleront.

Cliquez sur l'image ci-dessous pour visionner notre diaporama

"Quand patrons et syndicats s'entendent, ce n'est pas pour faire joli", a de son côté indiqué Olivier Valentin, secrétaire national de la CGSLB. Son collègue néerlandophone Jan Vercamst a pour sa part qualifié le gouvernement Michel d'"enquiquineur." ©BELGA
L'objectif était de faire pression sur le gouvernement afin de l'amener à revoir ses positions sur la fiscalité, les mesures en matière de chômage et de disponibilité, la réforme des pensions, le pouvoir d'achat, le saut d'index et les services publics, selon les syndicats. ©EPA
"La disponibilité adaptée signifie qu'on va devoir revoir la notion d'emploi acceptable. Que va-t-il se passer après? Quelles seront les conséquences pour les travailleurs", s'interroge le secrétaire général de la FGTB ©BELGA
"Le saut d'index, c'est 2% de perte de salaire", a indiqué Rudy De Leeuw, du syndicat socialiste ABVV, dans son disours. ©REUTERS
Quelque 7.500 personnes selon la police et 10.000 personnes selon les syndicats se sont rassemblées mercredi place de la Monnaie à Bruxelles. ©BELGA
"On ne gouverne pas à coups de slogan et de mépris", a pour sa part indiqué Marie-Hélène Ska de la CSC. "Dire que l'on veut lutter contre la fraude fiscale et, dans le même temps, réduire les moyens de l'administration et de la Justice, ce n'est pas du bon sens." ©REUTERS
Une place de la Monnaie rouge, verte et bleue ©REUTERS
Enfin, le front commun syndical appelle à "des manifestations de masses" dans les provinces du 30 mars au 4 avril, selon les termes utilisés par Marc Goblet, sans préciser à ce stade la manière dont ces manifestations se dérouleront. ©BELGA
En marge du rassemblement de la Monnaie, quelques 400 militants, selon la police, se sont rendus en front commun mercredi à 13h00 devant la Tour des Finances. Un "mur de la honte" en carton a été symboliquement brûlé. ©EPA

 

Notre journaliste Benoît Mathieu était dans la foule:

  Pas de faille dans le front syndical? Place de la Monnaie, les vestes rouges sifflent quand même les vertes. #manif— Benoît Mathieu (@benmathieu) 11 Mars 2015

  Pas de faille dans le front syndical? Place de la Monnaie, les vestes rouges sifflent quand même les vertes. #manif— Benoît Mathieu (@benmathieu) 11 Mars 2015

"Quand patrons et syndicats s'entendent, ce n'est pas pour faire joli", a de son côté indiqué Olivier Valentin, secrétaire national de la CGSLB. Son collègue néerlandophone Jan Vercamst a pour sa part qualifié le gouvernement Michel d'"enquiquineur." ©BELGA

"Nous ne sommes pas là pour donner un avis parmi d'autres. Nous sommes au cœur de la politique sociale." Olivier Valentin, @CGSLB #manif— Benoît Mathieu (@benmathieu) 11 Mars 2015

 

 

“@benmathieu: La Monnaie est noire de monde. Enfin, noire - verte, rouge et bleue, plutôt. #manif” #11mars #taxeShift— Black Muzungu (@mad_african) 11 Mars 2015

 

©BELGA

"Si le gouvernement ne comprend pas, il faut repartir à l'action!" @GobletMarc #manif— Benoît Mathieu (@benmathieu) 11 Mars 2015

 

 

Y a rien à faire, @GobletMarc, il sait parler à une foule. #manif— Benoît Mathieu (@benmathieu) 11 Mars 2015

 

"La disponibilité adaptée signifie qu'on va devoir revoir la notion d'emploi acceptable. Que va-t-il se passer après? Quelles seront les conséquences pour les travailleurs", s'interroge le secrétaire général de la FGTB ©BELGA

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés