Grève: automobilistes, armez-vous de patience

©BELGA

Suite à l'appel de la CGSP, le réseau STIB, la SNCB et de nombreuses administrations fonctionnent au ralenti ou sont tout à fait à l'arrêt. Sur les routes, cela embouteille sec. Demain, la circulation ne sera pas forcément plus évidente: la police a annoncé une opération de contrôle de vitesse, qui pourra toutefois être impactée par une grève. Et, sommet européen oblige, il est déconseillé de venir dans le centre de Bruxelles en voiture.

La grève des services publics de ce 22 avril remporte un certain succès. Les perturbations touchent tout le pays. La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) "juge la grève menée aujourd'hui par la CGSP irresponsable, inacceptable et disproportionnée". L'organisation déplore la paralysie provoquée dans les services publics, touchant "une nouvelle fois des milliers de citoyens et d'entreprises", via les perturbations dans les transports, la distribution du courrier, ou encore les administrations.

"Faire la grève avant de dialoguer semble de plus en plus fréquent, alors que les accords interprofessionnels en vigueur prévoient l'inverse", déplore la FEB, pointant un impact "trop important" de la décision de "quelques-uns" (la CGSP).

Et la suite? Y aura-t-il d'autres grèves ou perturbations dans les prochaines semaines? Le comité fédéral du syndicat socialiste FGTB décidera la semaine prochaine s'il mène une nouvelle action de grève le 12 mai prochain, selon De Standaard. Une réunion est prévue le 28 avril: l'ensemble des centrales professionnelles et des régionales sont représentées au comité fédéral du syndicat. Si deux tiers des membres de ce comité approuve la proposition, les leaders de la FGTB décrèteront une grève nationale de 24 heures le mercredi 12 mai.

Et demain? Demain, il faudra encore s'armer de patience au volant. La police fédérale et certaines zones de police locale organisent ce jeudi une nouvelle opération de contrôle contre la vitesse excessive qui durera 24 heures.

Cette action intervient durant la semaine "sans amende" lancée à l'appel des syndicats policiers et pourra donc être perturbée. Les syndicats SLFP-Police, CGSP, CSC-Services publics et SNPS ont appelé leurs membres à ne plus verbaliser cette semaine les infractions mineures en matière de roulage pour protester contre l'évolution des négociations dans le dossier 'Pension'. Une action de grève est aussi planifiée jeudi lors de l'opération de contrôle de vitesse. "Lors de la précédente action de grève durant une opération de contrôle de vitesse, près de la moitié du personnel avait participé, et nous nous attendons à une situation similaire cette fois-ci", indique Vincent Houssin, du SLFP-Police.

Autre danger potentiel: le sommet européen qui se tient jeudi à Bruxelles. La zone de police de Bruxelles-Ixelles déconseille de s'aventurer dans le centre de la capitale en voiture. Surtout dans les environs du rond-point Schuman. Le quartier Schuman (le rond-point Schuman, la rue Froissart entre Schuman et la rue Juste Lipse et la rue de la Loi entre Schuman et le boulevard Charlemagne) sera totalement fermé à la circulation, au plus tard à 13h45 et ce jusqu'à la fin du sommet. Dans d'autres rues du quartier, seul le trafic local sera toléré, avec de possibles interruptions. La station de métro Schuman sera elle aussi fermée. Ce n'est pas tout: dès midi, le tunnel Reyers en direction du centre fermera ses portes.

 

LES PERTURBATIONS DANS LES TRANSPORTS

  • Sur les routes

Les navetteurs bruxellois doivent prendre leur mal en patience mercredi après-midi pour circuler dans la capitale. Des embouteillages ont ainsi été recensés dans de nombreux tunnels, vers 17h00, indique Bruxelles-Mobilité. Les embarras de circulation sont ainsi un peu plus prononcés à certains endroits de la ville que lors d'un jour normal. Tout comme mercredi matin, Bruxelles Mobilité observe que "d'habitude, les jours de grève, les gens prennent leurs dispositions, avec le télétravail, etc, et la circulation apparait plus 'light' ces jours-là. Ce n'est pas le cas aujourd'hui".

Des ralentissements sont actuellement à déplorer du tunnel Cinquantenaire au tunnel Loi et dans le tunnel Reyers en direction du centre de la capitale, où un véhicule est en panne et obstrue une bande de circulation. Sur la petite ceinture, il faudra compter davantage de temps que d'habitude pour parcourir la distance entre les tunnels Léopold II et Arts-Loi en direction de la gare du Midi. Dans l'autre sens, le trafic est perturbé entre les tunnels Louise et Léopold II.

On roule également au ralenti dans le tunnel Van Praet vers l'A12 ou encore dans le tunnel Georges-Henri en direction de la place Meiser.

Autour de la capitale, cela coince également, annonce le centre flamand du trafic (Vlaams Verkeerscentrum). Sur la portion nord du Ring, les embouteillages ont ainsi commencé assez tôt dans l'après-midi et n'ont fait que s'accroître depuis lors. Il faut désormais près d'une heure pour rejoindre Grand-Bigard depuis Zaventem. La circulation est aussi assez ralentie dans l'autre sens. Les perturbations se prolongent en outre entre Crainhem et les Quatre Bras de Tervuren. Au sud de la capitale, c'est entre Beersel et Anderlecht, en direction de Grand-Bigard, que les principales difficultés sont observées.

Dans le reste du pays en revanche, la circulation se fait sans trop de perturbations.

  • La STIB

Le réseau de la Stib était toujours fortement perturbé mercredi à 16h00. Une quinzaine de lignes de bus, tram et métro sont toutefois exploitées. Sur ces lignes qui ne sont pas à l'arrêt, au minimum la moitié des véhicules circulent par rapport à un jour normal. Concernant les bus, seules une dizaine de lignes sont exploitées. Du côté des trams, la moitié des lignes 3, 4, 7, 82 et 92 est opérationnelle. Soit, une ligne de plus que ce matin. Quant au métro bruxellois, environ la moitié des rames 1 et 5 est de sortie.

Vu la fréquence fortement diminuée, la STIB prie ses voyageurs de tenir compte de temps d'attente plus importants que d'habitude.

Lignes exploitées à 16h00 M : 1, 5 T : 3, 4, 7, 82, 92 B : 12, 13, 21, 29, 71, 78, 87, 95 #STIB #greve22avril pic.twitter.com/cyEsc47H86— STIB-MIVB (@STIBMIVB) 22 Avril 2015

 

  • La SNCB

Environ 5% des trains circulent. Les grandes villes ne sont pas accessibles par voie ferroviaire et les quelques trains qui font de la résistance sont surtout de petits trains locaux, concentrés en Flandre. Quelques trains circulent sur la ligne entre Ottignies et Louvain ainsi qu'entre Anvers et les Pays-Bas. La SNCB recommande donc aux voyageurs de ne pas compter sur les trains pour se déplacer mercredi.

 

Malgré la journée de grève au sein des services publics, la circulation ferroviaire a été partiellement maintenue au sein du port d'Anvers, bien que celle-ci soit moins importante que d'habitude, a-t-on appris mercredi auprès de la SNCB Logistics. De nombreuses entreprises ont en effet anticipé et pris leurs dispositions. La circulation des trains depuis et vers le port est, elle, à l'arrêt. Contrairement au personnel de la SNCB détaché chez Logistics, où le mouvement est suivi à 35%, personne ne fait grève au sein des propres travailleurs de l'entreprise de transport de marchandises, qui n'a, en outre, pas connaissance de piquets de grève.

  • Les Tec

Les TEC montraient une grande disparité de suivi de la grève dans les différentes provinces. 59% des services étaient ainsi assurés en province de Namur, et 70% en province de Luxembourg. En Brabant Wallon, 86% des bus sont restés au dépôt, les autres circulant avec des retards très importants. Le réseau du TEC Liège-Verviers est quant à lui actuellement à l'arrêt. A Charleroi, six bus ont quitté le dépôt de Jumet. Les autres dépôts, dont le principal dépôt stratégique Genson de Montignies-sur-Sambre, sont à l'arrêt. Les métros étaient toutefois opérationnels sur les lignes M3 et M4. Seules les navettes de bus vers l'aéroport circulent. Enfin, à Tournai et Mouscron (TEC Hainaut), seuls les bus privés roulent, tandis que dans la région d'Ath, il y a très peu de perturbations. Plus d'informations sur le site infotec.be

  • Thalys & Eurostar

Aucun train Thalys ne circule mercredi, à l'exception de deux trains en soirée entre Paris-Nord et Bruxelles-Midi. "Quelles que soient leurs conditions tarifaires, tous les billets réservés pour les trains concernés sont échangeables selon les disponibilités ou remboursables sans frais supplémentaires auprès du point de vente initial", assure encore l'entreprise ferroviaire. 

Aucun train Eurostar ne roule non plus mercredi en Belgique. Les trains, qui relient en principe Bruxelles et Londres, ne pourront circuler qu'entre Lille et Londres.

Le trafic aérien ne devrait toutefois pas subir de perturbation.

Les Jeunes MR ont lancé, mercredi matin, une campagne sur le web pour contrer la grève dans les services publics. "C'est un peu notre façon de faire grève contre la désinformation", commente Mathieu Bihet, le président national des Jeunes MR.

Sur le site jefaisgreve.be, les jeunes libéraux relaient des déclarations de politiques et de responsables syndicaux, auxquelles ils répondent en expliquant pourquoi ils estiment qu'elles ne sont pas correctes. 

 

AUTRES PERTURBATIONS

  • Administrations

La CGSP avait prévu des services tournant au ralenti dans les administrations locales et régionales. A Verviers en tout cas, entre 150 et 200 affiliés ont organisé un piquet de grève au sein des ateliers communaux et devant la maison communale de Herve.

Pareil dans la région de Charleroi. A Gilly, Marcinelle et Marchienne-au-port, des piquets ont été mis en place devant les maisons communales. L'Onem, le Forem, le ministère des Finances et l'AWIPH ont également été bloqués par des piquets. Enfin, même destin pour le siège de l'intercommunale Brutélé (VOO) à Farciennes et pour les centres de tri postaux de Bruxelles, Charleroi et Liège. En Flandre, les centres de tri de Gand et Anvers fonctionnent au ralenti, une partie des membres du personnel étant en grève.

Des piquets sont aussi en place devant la tour des finances.

  • Pompiers et policiers

Certains policiers et pompiers sont également en grève. Les syndicats policiers ont demandé à leurs membres de ne plus verbaliser cette semaine les infractions mineures en matière de roulage. Ce sera donc une semaine sans amende.

  • Écoles

En plus des élèves et enseignants qui ne savent pas se rendre dans leur à cause du manque de transports en commun, des actions sont observées dans plusieurs établissement. Un piquet a été posté devant l'école communale Cobaux, à Charleroi. La CGSP a confirmé la présence de piquets dans des écoles de la région de Mons. La grève également bien suivie auprès des écoles de Molenbeek-Saint-Jean. Les athénées Till Lorrain et Verdi, à Verviers, ont été fortement impactés tout comme l'enseignement provincial qui sera à l'arrêt. Des écoles communales de Verviers et Dison ont également été touchées par le mouvement.

A l'ULB (Université libre de Bruxelles), un piquet filtrant est soutenu par l'USE (Union syndicale étudiante).

Faudrait-il instaurer un service minimum dans les écoles? Ecoutez le point de vue de Joëlle Milquet.

  • Et le reste...

Les hôpitaux fonctionnent en service minimum dans la région de Liège. Et des piquets sont présents devant l'hôpital Brugmann à Laeken. Le Centre hospitalier régional (CHR) de Huy fonctionne ainsi en service minimum.

La centrale nucléaire de Tihange est aussi en grève. Une quinzaine de membres de la FGTB sont présents depuis 6H00 ce matin au pied du site.

La radio-télévision publique RTBF a allégé ses programmes, diffusant de la musique, à l'exception des flashs d'information et de la retransmission de la classique cycliste La Flèche wallonne.

Dans les prisons, où l'appel à la grève de la CGSP a été suivi par 50 à 70% du personnel, quelque 150 policiers ont été appelés en renfort pour assurer la sécurité. Cela concerne les prisons d'Arlon, de Saint-Hubert, de Marche-en-Famenne, de Leuze et de Tournai. Les travailleurs insistent toutefois pour parler d'une manifestation et non d'une grève. Leur but n'est pas de tout bloquer, mais bien de montrer leur mécontentement vis-à-vis des décisions prises par le gouvernement Michel.

Aucun train Thalys ou Eurostar ne permet de quitter la Belgique ce mercredi. ©BELGA
Sur le rail, plus aucun train ne circule en Wallonie à l'exception de quelques convois sur la ligne entre Ottignies et Louvain. ©BELGA
Des militants CGSP, représentés en nombre ce mercredi devant les divers services publics, ont notamment allumé un feu sur le campus de la VUB à Bruxelles, pour protester contre les coupes que doit subir l'enseignement. ©BELGA
Récapitulatif des actions syndicales sous les gouvernements Michel et Di Rupo. ©Mediafin
Les perturbations sur le rail ont commencé mardi soir à 22h. ©BELGA
La CGSP a organisé plusieurs manifestations ce mercredi en Belgique en plus de la grève des services publics. Des dizaines de manifestants ont bloqué un carrefour à Bruxelles en s'allongeant sur la route. ©BELGA
Parmi les actions mises en place par la CGSP, ces manifestants tirent au fusil à eau sur des policiers qui sont tenus de maintenir l'ordre public en ce jour de grève national. ©BELGA
Les transports en commun étant à l'arrêt ou fonctionnant au ralenti, les routes belges sont particulièrement embouteillées, surtout à Bruxelles où les automobilistes doivent faire preuve de patience. ©BELGA
De nombreux trams sont restés au dépôt ce mercredi matin. Seuls les métros 1 et 5 et les trams 3, 4, 7, 82 et 92 circulent à Bruxelles. Leur fréquence a toutefois été revue à la baisse. ©Photo News
Le secrétaire fédéral de la centrale CGSP Rudy Janssens a été symboliquement assassiné dans une baignoire pleine de sang. Cette image fait référence à l'assassinat du révolutionnaire français Jean-Paul Marat. ©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés