1. Dossiers
  2. Concertation sociale

"Il faut un service minimum"

Après un an et huit mois de suédoise, Charles Michel défendait ce matin les réformes du fédéral et répondait aux questions de sept citoyens, invités par Bel RTL.
  • Fin du live

    Ce sera tout pour ce live, qui prend maintenant fin. Merci de nous avoir suivi. On vous quitte sur le pronostic de Charles Michel pour le match Belgique-Suède de ce soir. Optimiste, le Premier ministre prédit un 2-0 en notre faveur.

    Bonne journée à toutes et à tous.

  • Résumé (suite et fin)

    Contestation sociale: le langage est musclé. Charles Michel dénonce ce qu'il appelle "un radicalisme syndical": "Je remarque qu'il y a une démarche systématique contre le gouvernement, avant même les premières propositions".

    Réforme du travail: face à la question d'un citoyen appelant à une réduction du temps de travail, Charles Michel dénonce une "désinformation" à propos de la semaine dite des "45 heures". Il rappelle que la présente réforme a pour but premier d'annualiser le temps de travail, et d'offrir plus de flexibilité aux employeur pour favoriser l'emploi.

    Consultation populaire et referendum: le mois passé, le Premier ministre avait suggéré d’organiser un referendum sur " les choix sociétaux importants ", dans une interview donnée au Standaard. Interrogé à ce sujet ce matin, il a un peu balayé la question, en rappelant que la tenue de consultations populaires devait d'abord être penser au niveau local, et qu'elle n'était pas envisageable à court terme à d'autres niveaux. Pas vraiment question ici de "grands choix sociétaux", donc.

  • Résumé (suite)

    Droit au travail: Charles Michel rappelle son engagement pour protéger le droit au travail. Il souligne notamment que des mesures ont été prises pour casser les barrages lors des blocages routiers. Rappelant sa volonté d'ouvrir le débat avec les syndicats, il déclare néanmoins que si aucun accord ne voit le jour à propos du service minimum, la question être renvoyée au Parlement.

    Réforme des pensions: le Premier ministre reconnait qu'une adaptation devra voir le jour, afin de coller à la situation des personnes effectuant un travail "pénible".

  • Résumé des échanges

    Dans les grandes lignes,

    Petits indépendants: Charles Michel a défendu son tax shift, soucieux de balayer l'idée selon laquelle les indépendants seraient mis de côté. Il rappelle notamment les mesures prises pour alléger les charges patronales sur les petits employeurs indépendant, notamment l'abaissement à zéro des cotisations sociales pour le premier employé.

    Sécurité des policiers: notre Premier ministre se positionne pour le port d'arme 24h/24 pour les policiers, dans certaines circonstances. La question de la sécurité des policiers a été ravivé dernièrement par le drame de Magnanville, près de Paris, où un policier et sa femme ont été assassinés à leur domicile par un individu se revandiquant de l'EI.

  • Fin de la rencontre

    Fin du débat entre Charles Michel et plusieurs citoyens belges au Lambermont. Au final, les échanges furent relativement brefs. 

    Le mot d'ordre de l'exercice: rétablir la vérité sur les réformes du gouvernement. Le Premier Ministre dénonce en effet un mouvement de "désinformation" à propos des mesures prises par le fédéral.

  • Protection des policiers

    Sur le port d'arme permanent des policier. "Je suis pour, dans certaines circonstances, le port d'armes 24h/24h". "Je suis également favorable à ce qu'on durcisse les sanctions contre les attaques à l'encontre des policiers"

  • Charles Michel: "A la fin de carrière, il faut adapter le type de travail", afin de réduire la pénibilité. 

  • Démocratie directe: pas dans le court terme

    Charles Michel: "Je continue à penser que la démocratie directe est unel chose à laquelle on doit réflchir dans les prochaines années", mais rappelle que c'est un processus qui ne se fera pas à court terme.

  • Referendum

    Autre question d'un citoyen: "Vous engagez-vous vraiment pour la tenue de referendum sur les questions sociétales importantes?"

  • Sécurité et enseignement

    Sur le rôle de l'enseignement pour renforcer la sécurité: "L'enseignement doit être une institution qui organise l'égalité des chances"

  • Indépendants

    Les indépendants sont-ils les oubliés du tax shift? Charles Michel s'en défend: "Ce n'est pas correct, nous avons par exemple encouragé les indépendants à créer de l'emploi, notamment en baissant à zéro les cotisations patronales sur le 1er employé" #faceauxbelges 

  • Pour un service minimum

    "Le droit de grève n'est pas absolu. Il faut un service minimum, notamment dans les prisons." @CharlesMichel #FaceauxBelges— Bel RTL (@BelRTL) June 22, 2016

  • Droit au travail

    Pour Charles Michel, si la concertation sociale ne permet pas de déboucher sur un service minimum, notamment dans les transports en commun, il faudra renvoyer la balle au Parlement.

  • Le débat est lancé!

    Martin, Ham-sur-Heure, 17 ans: impacté  par les grèves, Martin voudrait savoir si le Premier ministre compte légiférer sur "le droit au travail."

  • Pour Charles Michel, travailler moins pour gagner plus ne fonctionne pas

    Charles Michel: "La France a voulu réduire le temps de travail, et est un des endroits en Europe où il y  a le plus de difficultés économiques"

  • "Semaine des 45h"

    Réponse de Charles Michel: "On ne va pas passer aux 45h/semaine, on reste sur 38h/semaine mais cela va etre recalculé sur base annuelle"

  • C'est reparti!

    1ère question de Thierry, 51 ans, Liège, à Charles Michel: "Chiche d'oser la réduction du temps de travail et de proposer les 32 heures/semaine?"

  • Face aux citoyens

    Ces citoyens auront l'occasion de débattre avec le Premier ministre dans l'heure qui vient

    Avant l'antenne, les auditeurs refont le monde. Le débat avant le débat #FaceauxBelges @BelRTL @rtlinfo pic.twitter.com/1cy8P25Jst— Vincent Chevalier (@Vince_Che) 22 juin 2016

  • Brève interruption

    Charles Michel revient dans quelques instants sur BelRTL, juste après la tranche info. 

  • Pour les Twittos

    Pour suivre la rencontre entre Charles Michel et sept citoyens belges sur Twitter, le hashtag de mise est:

  • Brexit

    Charles Michel à propos du Brexit: "Je pense que c'est mieux pour tout le monde que le Royaume-Uni reste dans l'europe. Mais que ce soit oui ou non, l'Europe ne sera pas pareil après le referendum".

  • Concertation sociale, réformes, Brexit... au menu

  • Taxe sur les transactions financières

    La taxe sur les transaction financière va-t-elle venir? Pour Charles Michel, la réponse est "oui". Mais en mettant en place des mécanismes qui n'alourdiront pas encore plus la dette belge.

  • On attaque avec la grève nationale qui est prévue pour ce vendredi.

    Charles Michel: "Je ne veux pas utiliser le mot "grève politique", mais je remarque qu'il y a une démarche systématique contre le gouvernement, avant même les premières propositions"

  • La paix sociale

    Charles Michel, à propos de la grève prévue vendredi: "Je regrette, car, je ne pense pas que cette grève améliorera notre image à l'étranger".

  • Ca commence

    Charles Michel revient d'abord sur les évènements de hier matin, et considère qu'il était entièrement justifié qu'il suive la situation depuis le centre de crise.

  • En attendant ...

    Notre journaliste Martin Buxant est déjà sur place, accompagné d'Olivier Schoonejans

     

    @Le_Bux et @OliSchoonejans attendent @CharlesMichel Rdv à 7h50 @BelRTL pic.twitter.com/N9NQRzq95X— Mertens Barbara (@MertensB) June 22, 2016

  • Début imminent

    Cette rencontre, qui débutera à 7h50, est à suivre en streaming

  • Une rencontre reportée

    L'échange entre le Premier ministre devait avoit lieu hier matin, mais a été repoussé à aujourd'hui suite à l'interpellation d'un individu dans le cadre de l'alerte à la bombe et du bouclage de la Rue Neuve.

  • Charles Michel répond aux questions des Belges

    Bonjour à toutes et à tous,

    Ce matin, Bel RTL et notre journaliste Martin Buxant prennent leurs quartiers dans le bureau de Charles Michel, aux côtés de sept citoyens. Pendant plus d'une heure, ils auront l'occasion de passer le Premier ministre sur le grill. Réforme fiscale, contestation sociale et sécurité en contexte de menace terroriste, voilà une partie de ce qui attend notre Premier ministre  jusque 9h. Merci de suivre cet échange avec nous.

    ©REUTERS



Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content