La circulation des trains reprend doucement

©Photo News

Les négociations entre les syndicats et la direction n'ont pas abouti à un accord vendredi. De nouvelles actions sont prévues pour la fin de la semaine prochaine. Un préavis a été déposé pour le 12 juin

La circulation des trains sur l'ensemble du réseau est quasiment revenue à la normale samedi, mis à part une suppression ou l'autre par manque de matériel, a indiqué à Belga la porte-parole de la SNCB, Nathalie Pierard. L'arrêt total ou partiel de la circulation pendant plus d'une semaine a eu pour conséquence que le matériel roulant ne se trouve pas forcément au bon endroit ou n'a pas pu faire l'objet des entretiens planifiés. 

Seule la ligne Tournai-Lille n'est actuellement pas desservie. "Il n'y pas de trafic sur cette ligne car les rails sont rouillés", a déclaré Nathalie Pierard. Le gestionnaire de l'infrastructure des chemins de fer Infrabel est actuellement occupé à résoudre le problème. "Quand les lignes sont inoccupées pendant plus de 72 heures, elles doivent automatiquement faire l'objet d'un trajet de dérouillage", a indiqué le porte-parole d'Infrabel. "Cela devrait être résolu assez rapidement", a-t-il précisé. 

  La reprise du trafic ferroviaire avait été annoncée vendredi dans la soirée, après une réunion de six heures entre syndicats et direction de la SNCB au terme de laquelle aucun accord n'a été trouvé. Un nouveau préavis déposé par la CGSP-Cheminots est prévu à partir du dimanche 12 juin à 22h00.

Au terme de près de six heures de réunion, les syndicats CGSP-Cheminots et CSC-Transcom et les directions de la SNCB, d'Infrabel et de HR-Rail se sont quittés vendredi peu avant 16h00 sans accord. La circulation des trains sur l'ensemble du réseau devrait progressivement revenir à la normale à partir de ce samedi, avec la reprise du trafic ferroviaire annoncée dans la soirée à 22h00, a fait savoir la SNCB vendredi. "Des suppressions de trains, retards et compositions modifiées peuvent se faire ressentir jusqu'au début de la semaine." Bref, vous pouvez vous attendre à un service optimal lundi, contrairement à ce qui avait été annoncé jeudi soir (qui fait état d'un travail optimal dès vendredi soir).

 

La CGSP a déposé un préavis de grève pour le dimanche 12 juin à 22h00. "Nous devons respecter la réglementation sur les préavis", a fait valoir Michel Abdissi, président de la CGSP-Cheminots, "afin de donner une sécurité aux travailleurs. Après 10 jours d'absence injustifiées, les membres du personnel risquent la révocation", a-t-il expliqué. Ludo Sempels, de l'ACOD-Spoor (équivalent néerlandophone de la CGSP-Cheminots) a pour sa part précisé que le préavis déposé courait du 12 juin à 22h00 au 19 juin, également à 22h00.

Du côté de la CSC-Transcom, Marianne Lerouge a déclaré être "sur la même longueur d'onde" que son collègue de la CGSP. "Nous avons formulé la même proposition en matière de productivité et elle a aussi été rejetée. Je vais immédiatement présenter la situation à la base et nous déciderons (vendredi) dans la soirée ou lundi au plus tard si nous déposons aussi un préavis de grève." 

Un "climat social détestable"

Selon Marianne Lerouge, la discussion a été "très difficile". "Il y a des crispations des deux côtés de la table. Chacun campe sur ses positions."Il reste deux pierres d'achoppement", a expliqué Michel Abdissi:

• "Nous ne voulons toujours pas que l'on modifie la formule des jours de crédit"
• "Nous attendions une réponse sur les punitions administratives et les diminutions de primes (à la suite de la grève spontanée lancée mercredi dernier)"

"Sur ces deux points, nous avons reçu une fin de non recevoir" a déploré M. Abdissi. "Nous n'avons pas pu trouver de terrain d'entente. Nous avons pourtant formulé une proposition concrète", a-t-il poursuivi. "Nous avons proposé un effort d'une journée de travail supplémentaire dans le cadre de l'augmentation de la productivité. Mais, même avec cela, tout a été refusé."

Dans un communiqué, la CGSP Cheminots déplore "le climat social détestable" au sein des entreprises ferroviaires, "avec le recours systématique aux huissiers de justice, le dépôt de plaintes auprès des tribunaux et l'annonce de sanctions à l'égard des grévistes". Le syndicat reproche également aux directions de manquer "d'esprit constructif" et de présenter des textes "pratiquement identiques à l'issue des deux dernières réunions".

HR-Rail, la société qui emploie le personnel des chemins de fer, a confirmé la tenue d'une réunion de conciliation mardi prochain, "suite au dépôt d'un préavis de grève de la CGSP".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content