Le salaire minimum ne sera pas augmenté de 1,1% en juillet

©BELGA

La question du salaire minimum grippe à nouveau la concertation sociale - on se rappellera que c'est elle qui avait empêché les partenaires sociaux de conclure, en mars dernier, un accord interprofessionnel (AIP) en bonne et due forme. La FGTB avait calé sur le salaire minimum, et calait ce mardi encore.

Le salaire minimum interprofessionnel ne pourra pas être augmenté d'1,1% en ce début du mois de juillet, car la FGTB n'a pas voulu signer la convention collective de travail (CCT) qui l'aurait permis, déplore ce mardi la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) qui dit "prendre acte" de la décision du syndicat socialiste. "Les CCT interprofessionnelles n'ont valeur de loi que si toutes les parties concernées les signent", rappelle l'organisation patronale dans une brève réaction. La FEB souligne qu'un consensus a pourtant déjà été trouvé pour les autres chapitres de l'accord interprofessionnel (AIP), comme l'enveloppe bien-être, les emplois de fins de carrière, etc. La norme salariale, soit +1,1% sur deux ans, a quant à elle été mise en œuvre par le gouvernement.

 La FGTB confirme ne pas avoir voulu signer la CCT relative au salaire minimum. Le syndicat socialiste rappelle qu'après le rejet, par ses soins, du projet d'AIP, il avait été convenu que les interlocuteurs sociaux se réunissent fréquemment, au sein du Conseil national du travail (CNT) et du Conseil central de l'économie (CCE), et ce afin de trouver des pistes permettant une augmentation substantielle du salaire minimum. "Le groupe de travail s'est réuni à plusieurs reprises dans un climat constructif et serein, souligne-t-on à la FGTB. Il a été demandé à l'Office national de la sécurité sociale de calculer l'impact de différents scénarios envisagés." Mais voilà, les choses ont accéléré ce mardi. "Malgré un climat serein et constructif, certains se précipitent et souhaiteraient nous mettre le couteau sous la gorge.

"De l'indécence, voire du mépris"

Alors la FGTB a calé. Logique, puisqu'elle avait fait de même en mars dernier. Conséquence, le salaire minimum garanti, ou revenu minimum mensuel moyen garanti (RMMMG), fixé à quelque 1.593 euros brut par mois, soit quelque 9,7 euros de l'heure, ne pourra augmenter en juillet. 

Question, tout de même: 1,1% de hausse, n'aurait-ce pas été mieux que rien? De quoi faire bondir la FGTB. "On parle d'une augmentation d'à peine 10 cents de l'heure pour un peu moins de 60.000 personnes. Ce n'est pas mieux que rien, c'est moins que rien. C'est de l'indécence, voire du mépris à l'égard des travailleurs."

De son côté, la CSC trouve "incompréhensible" la réaction de la FGTB. "Il est incompréhensible qu'un syndicat renonce à cette avancée parce qu'elle entraîne automatiquement une augmentation du bonus social et fiscal. En outre, conformément à ce qui a été prévu dans le projet d'AIP, nous poursuivons les négociations avec les employeurs concernant une deuxième augmentation plus substantielle du salaire minimum. Vu leur complexité, il importe que ces négociations puissent se dérouler en toute sérénité. Une première augmentation de 1,1% favoriserait cette sérénité."


Lire également

Publicité
Publicité