Le sort des prépensionnés est en discussion

©debby termonia

Les anciens travailleurs bénéficiant d'une mise au chômage avec complément d'entreprise (ex-prépension) doivent rester disponibles pour un emploi jusqu'à 65 ans. Le Groupe des 10 discute d'un assouplissement de la disposition.

Le président du CD&V Wouter Beke a plaidé dimanche pour que le dossier controversé des prépensionnés, contraints d'être à nouveau disponibles pour un éventuel emploi, soit traité "avec soin".

Invité sur le plateau de l'émission De Zevende Dag (VRT), Beke a appuyé son argumentation en citant le cas de l'usine Ford à Genk, contrainte à la fermeture récemment.

"Ces personnes ont conclu un accord avec leur ancien employeur pour prendre leur prépension (rebaptisée chômage avec complément d'entreprise, ndlr). Ces gens ont payé financièrement pour cela, ils ont reçu un moindre salaire. Mais qu'en est-il de cette disponibilité active? Il faut pour cela qu'il y ait des emplois vacants, et s'il n'y en a pas, c'est naturellement un problème."

En décembre dernier, la gouvernement Michel a décidé que les anciens travailleurs bénéficiant d'une mise au chômage avec complément d'entreprise (ex-prépension) devaient rester disponibles pour un emploi jusqu'à 65 ans. Seules les personnes âgées de plus de 60 ans à la fin de l'année dernière sont exemptées de cette obligation. Selon "De Standaard", 26.000 prépensionnés au total sont concernés. L'âge d'accès à la prépension ayant été reculé, certains candidats - notamment des anciens travailleurs de Ford Genk ou ArcelorMittal - se retrouvent à nouveau disponibles sur le marché de l'emploi. Renonçant à une prime, ils avaient pourtant décidé de raccrocher après la restructuration de leur entreprise.

→ Le Groupe des 10, qui réunit patrons et syndicats, se réunit ce lundi pour discuter d'un assouplissement de la disposition. Si patrons et syndicats tombent d'accord sur certains assouplissements, le gouvernement analysera à nouveau le dossier.

Mais en attendant, FGTB, CSC et CGSLB comptent déposer un recours devant le conseil d'Etat. Pour eux, il n'est pas normal de changer les règles rétroactivement.

Réuni en Conseil sous la présidence d'Olivier Chastel, le MR a plaidé ce lundi "pour un ajustement de la mesure, notamment lorsqu'elle impose aux travailleurs déjà prépensionnés et âgés de moins de 60 ans au 31 décembre 2014 de rester disponibles sur le marché de l'emploi". Le parti du Premier ministre Charles Michel précise qu'il "suivra avec intérêt les propositions du Groupe des 10 en la matière".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés