interview

Rejet de l'AIP: "La FGTB appauvrit les gens" (Georges-Louis Bouchez)

Georges-Louis Bouchez, porte-parole de campagne du MR. ©Photo News

Le porte-parole de campagne du MR, Georges-Louis Bouchez, s’interroge sur la légitimité de Robert Verteneuil, président de la FGTB, après le rejet de l'Accord interprofessionnel par la base du syndicat socialiste.

"La FGTB flingue la concertation sociale pour la deuxième fois en six ans. Ca devient compliqué de continuer avec eux."

Le MR est donc fâché sur la FGTB?

On s’interroge sur la légitimité de Robert Verteneuil. Il négocie un accord qu’il valide avant de retourner vers sa base qui le désavoue. Franchement cela pose question. La FGTB flingue la concertation sociale pour la deuxième fois en six ans. Ca devient compliqué de continuer la concertation sociale avec eux. On a accusé le gouvernement de saper cette concertation sociale mais lui n’était pas à la table, contrairement à la FGTB. On s’interroge sur la démocratie interne à la FGTB et le travail de pédagogie mené par ses cadres pour expliquer cet accord aux affiliés.

Ce n’est pas exceptionnel que la base rejette un accord? 

On a déjà vu ça par le passé. A l’époque, le responsable du syndicat démissionnait. Quand on incarne un organe, et que cet organe ne vous suit plus, on doit s’interroger sur son rôle. Ce rejet est d’autant plus inexplicable que c’est le meilleur AIP depuis 10 ans. Il y a un milliard d’euros pour les allocations sociales, pour la première fois depuis 10 ans, on augmente le salaire minimum. Idem pour la norme salariale dont l’augmentation a été de zéro sous Di Rupo. Je le répète, on se demande au nom de qui M. Verteneuil parle. Madame Ska a été suivie par la CSC car il y a eu une explication solide vis-à-vis de la base. M. Verteneuil n’est qu’un notaire qui fait des aller-retour entre la table des partenaires sociaux et sa base. Comment poursuivre une concertation sociale digne de ce nom dans ces conditions ?

"Le rejet de la FGTB est d’autant plus inexplicable que c’est le meilleur AIP depuis 10 ans."

A quoi attribuez-vous ce rejet, si cet AIP est si bon que cela?

On assiste à une double course électorale. Le première concerne le 26 mai avec une compétition intense entre le PS et le PTB. Et la seconde concerne les élections sociales qui se profilent elles-aussi. Entre PS et PTB, on assiste à une course au tout gratuit. Des augmentations de salaire, des hausses du salaires minimum avec de l’argent qui pousse sur les arbres! Mais à l’arrivée, la FGTB appauvrit les gens. Sans AIP, le milliard pour les allocations sociales n’est pas là, l’augmentation salariale non plus. Cela représente 500 euros nets perdus pour les travailleurs.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité