Toujours pas de TEC à Charleroi

©Photo News

La situation dans les TEC Hainaut s'apaise avec la levée progressive des piquets dans les dépôts, mais des perturbations subsistent. Dans la Région de Charleroi, les véhicules sont de nouveau bloqués.

Les piquets de grève sont en train de se lever progressivement dans les différents dépôts des TEC Hainaut. Après une semaine de blocage presque total au cours de laquelle seuls quelques bus étaient sortis des petits dépôts de Casteau et de Roisin, la situation semble s'apaiser petit à petit. Il n'y a plus de piquets aux dépôts d'Eugies et de Mons, mais des perturbations sont encore à craindre. Le TEC Hainaut indique ainsi que 15 bus sur 17 sont sortis à Eugies et à Roisin, soit 92%. A Mons, par contre, seuls 19% des services sont assurés avec 6 bus sortis sur 32.

Pas de piquet non plus à La Louvière, ce qui est le cas depuis vendredi, où 32 services sur 37 sont assurés lundi matin, soit 86%. Par contre, aucun bus n'est sorti avant 5h45 dans la zone de Tournai où des discussions seraient en cours.

Charleroi à l'arrêt

En revanche, les sorties de véhicules sont à nouveau bloquées devant les principaux dépôts des TEC de la région de Charleroi, a-t-on appris auprès de la CSC Services publics.

Les dépôts de Jumet et de Montignies-sur-Sambre (Genson) subissent cette fois encore les blocages puisque des piquets ont été mis en place et des pneus disposés devant les deux dépôts, alors que des travailleurs voulaient prendre leur service. A Anderlues, des pneus et des voitures ont été placés devant les dépôts. Seul le dépôt de Nalinnes a laissé sortir des véhicules. Aucun métro ne circule par ailleurs sur les lignes de Gilly, de Gosselies et d'Anderlues.

Ce nouvel arrêt survient alors que, dimanche, le trafic avait pu reprendre de manière partielle. La direction avait fait évacuer les bus qui bloquaient les accès à ces dépôts. Les chauffeurs qui avaient souhaité prendre leur service n'en avaient pas été empêchés.

L'assemblée générale de vendredi n'avait pas permis d'aboutir à un vote sur la poursuite du mouvement, et une nouvelle assemblée avait été fixée à ce mardi. L'entrevue qui avait eu lieu vendredi soir entre une délégation syndicale et la direction avait permis la courte relance partielle des activités dimanche, avec la levée des barrages constitués par des bus.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content