interview

Tout le paradoxe de la SNCB

©BELGA

Le CEO de la SNCB, Jo Cornu, fait face au malaise des chemins de fer. Quel est son diagnostic?

Lundi et mardi, les navetteurs ont à nouveau subi une grève des chemins de fer.

→ Le boss de la SNCB, Jo Cornu, est l'invité de Martin Buxant (L'Echo) sur Bel RTL.

Toutes ces grèves à la SNCB, est-ce la faute du patron? Cornu distingue les grèves interprofessionnelles et les grèves contre le plan de la ministre Galant. Il se dit déçu parce que les discussions sur un accord social à la SNCB ont démarré.

Réaliser entre deux et trois milliards d'économies à la SNCB d'ici 2019, comment le faire en donnant une place centrale pour le client? Pour cela, Jo Cornu dit qu'il faut réfléchir en terme de mobilité, en encourageant les gens à prendre le train (en investissement dans l'accueil, par exemple les parkings et le service, comme l'accès aux quais.)

Concernant la satisfaction des clients, Jo Cornu explique combien c'est un paramètre difficile à cerner pour une entreprise publique telle que la SNCB.

Le patron des chemins de fer rappelle qu'il y a de nouveaux codes de conduite pour les filiales de la SNCB.

Sur la gare de Mons et sa propre vision de la gare du futur, Jo Cornu se veut modéré. Pour lui, ce n'est pas la beauté de la gare qui prévaut...

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés