Trois prisons rejettent déjà le protocole d'accord

©REUTERS

La grève dans les prisons ne semble pas arriver à sa fin. La prison de Saint-Gilles, la première à voter, a rejeté le protocole d'accord établi entre les syndicats et le ministre de la Justice Koen Geens. Elle a été suivie par celle d'Andenne et de Dinant.

C'est non! Les gardiens de la prison de Saint-Gilles ont voté contre le protocole d'accord. Concrètement, le vote s'est terminé sur une égalité entre le pour et le contre, indique jeudi Serge Pieters, de l'ACV Services publics. "Cela signifie que la proposition est rejetée. Les gardiens trouvent qu'il n'y a pas assez d'éléments dans ce document pour reprendre le travail."

Petite précision: à peine 35 personnes ont voté, sur les 350 membres du personnel. La grève des trains a empêché une grosse partie des travailleurs d'arriver sur leur lieu de travail. "Normalement, il faut une majorité de 66% des votes pour continuer de faire grève", explique Gino Hoppe, responsable syndical socialiste. "Nous ne pouvons pas accepter que 10% des travailleurs décide sur cette proposition", ajoute-t-il. "Un nouveau vote au sujet du protocole d'accord sera organisé lundi au plus tôt" à la prison de Saint-Gilles, indique Edy De Smedt, du VSOA, pendant flamand du SLFP. 

Andenne aussi

Le personnel de la prison d'Andenne a également "rejeté à l'unanimité ce jeudi" le protocole d'accord, indique Marc Peeters, délégué syndical CSC. "Cela signifie que nous maintenons la grève jusqu'à nouvel ordre", indique Marc Peeters. "Nous protestons notamment contre les 4% d'économies prévues dans le protocole", poursuit-il.

... Et Dinant

Le personnel de la prison de Dinant a rejeté à l'unanimité, lors d'une assemblée générale, le protocole d'accord. "Le ministre nous resert la même chose mais avec des termes différents. Il n'y a, pour nous, aucune avancée significative. En clair, les revendications que nous exprimons ne sont pas rencontrées", a estimé Pascal Denis, délégué CGSP à la prison de Dinant. Le mouvement de grève est donc maintenu jusqu'à nouvel ordre.

Initialement, le protocole devait être soumis au vote du personnel lundi, mais l'échéance a été avancée compte tenu de la tension qui règne au sein du personnel. La grève dans les prisons a été entamée le 25 avril dernier.

• Le recrutement de 480 statutaires, c’est 75 de plus que proposé dans le dernier protocole.

 Le gel de toute économie sur le personnel en 2016. Tout agent pénitentiaire partant sera remplacé.

Le personnel des prisons qui appliquera la nouvelle méthode de travail recevra, pour certaines heures notamment pendant la nuit, une prime de flexibilité.

La surpopulation carcérale sera ramenée à 10.000 détenus.

 Des améliorations de l’infrastructure pénitentiaire sont prévues pour un montant de 56 millions d’euros.

L’exercice du "travailler autrement" sera poursuivi en concertation dans l’ensemble du pays, par prison et sur base volontaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content