interview

"Je ne mets pas tous les socialistes dans le même sac"

©Photo News

Maxime Prévot, vice-Président cdH du gouvernement wallon, fait le point sur la crise politique qui agite la Wallonie et Bruxelles depuis que son président de parti a décidé de ne plus gouverner avec le PS.

Difficile de faire équipe quand le partenaire de coalition ne veut plus travailler avec vous. C'est l'ambiance qui prédomine actuellement au sein de l'exécutif wallon. Exemple encore la semaine dernière, le cdH a bloqué le projet de suppression de la télé-redevance, malgré un accord entre présidents de parti en avril 2016. En guise de représailles, le PS menace de paralyser les travaux du cdH au Parlement wallon.

Au premières loges de la querelle entre les deux partis, Maxime Prévot (cdH). Le ministre wallon des Travaux publics est notamment revenu sur l'épisode 'Télé-redevance' au micro de Martin Buxant dans la matinale de Bel RTL, "suppression qui ne peut pas se faire gratis".

Pour le Namurois, "le cdH ne se sent pas coupable" de la situation de blocage actuelle. Le ministre explique qu'il y a du pain sur planche et qu'il temps de "rebrancher la prise". Le gouvernement wallon verra par exemple atterrir sur la table une proposition du ministre Prévot sur les allocations familiales, "à l'agenda ce jeudi". Reste à savoir quel sera l'accueil que les socialistes réserveront à la mesure du vice-Président cdH de leur gouvernement.

Pour arrondir les angles, Maxime Prévot, qui n'a pas manqué d'égratigner le PS dans la presse de ce week-end, a tout de même tenu à ne "pas mettre tous les socialistes dans le même sac", précisant qu'il a "de l'estime pour un Paul Magnette, par exemple".

L'interview de Maxime Prévot dans son intégralité

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content