"L'objectif ultime" de la Corée du Nord

Le chef de la diplomatie nord-coréenne, Ri Yong Ho, dénonce à l'ONU les propos tenus cette semaine par Donald Trump contre son pays, qualifiant le président américain de "personne dérangée", de "mégalomane" et de "roi menteur". ©REUTERS

Menace nord-coréenne à l'ONU à l'égard des USA, tweet d'intimidation du président Trump, démonstration militaire...

La tension entre la Corée du Nord et les USA a encore augmenté ce week-end, tant à travers les joutes verbales, par discours ou tweets interposés, que sur le terrain. En effet, une démonstration militaire des Etats-Unis a voulu faire passer un "message clair", via le survol près des côtes nord-coréennes d'un bombardier B-1B et d'un chasseur F-15 de l'armée US.

Pour rappel, on a cru samedi à un nouvel essai nucléaire après que la terre a tremblé en Corée du Nord. Mais il semble qu'il s'agissait d'un phénomène "naturel", engendré par l'essai précédent dont la violence se fait encore sentir au coeur de la terre plusieurs jours plus tard.

Côté verbiage, voici ce que ça a donné:

Les Nord-Coréens

Le spectre d'un nouvel essai nucléaire a contribué à une escalade verbale considérable entre Donald Trump et Kim Jong-Un. ©EPA

Le ministre des Affaires étrangères a déclaré à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies que "l'objectif ultime" de la Corée du Nord était de parvenir à un équilibre des forces avec les Etats-Unis. Jusque là, ce serait presque paisible. Mais la suite: Donald Trump a commis une "faute irréversible" en surnommant "rocket man" Kim Jong-un, a ajouté Ri Yong-ho, et rendu "encore plus inévitable" la "venue de nos fusées sur l'ensemble du territoire continental des Etats-Unis".

Les USA

Trump a réagi en tweet: "Je viens d'entendre le ministre des Affaires étrangères nord-coréen parler aux Nations Unies. S'il se fait l'écho des pensées de Little Rocket Man ("le petit homme à la fusée", sobriquet déjà utilisé par Trump pour qualifier Kim Jong-un, NDLR), ils ne seront plus là pour très longtemps!". Un tweet menaçant qui s'ajoute à beaucoup d'autres.

Pendant ce temps, des dizaines de milliers de Nord-Coréens ont manifesté samedi sur la place Kim Il-Sung de Pyongyang en soutien à leur dirigeant et pour dénoncer les propos de Trump.

©AFP

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content