La Corée du Nord a présenté un "événement majeur"

©REUTERS

Les journalistes étrangers présents en Corée du Nord étaient invités ce jeudi à Pyongyang par le pouvoir communiste pour un "important événement". Lié au programme nucléaire nord-coréen? Non. Kim Jong-un voulait juste inaugurer une nouvelle artère dans la capitale...

En ce jeudi, quelque 200 journalistes étrangers sont présents dans la capitale nord-coréenne, Pyongyang, pour la plus importante fête nationale, le "Jour du soleil". Aucun détail n'a été donné aux journalistes, ni sur la nature de l'événement ni sur son lieu. Inquiétant, vu que cette invitation intervenait dans un contexte de fortes tensions diplomatiques avec Washington. D'autant que la Corée du Nord s'apprête à célébrer samedi le 105e anniversaire de la naissance de son fondateur, Kim Il-sung, grand-père de l'actuel dirigeant Kim Jong-un.


La Corée du Nord pourrait effectuer son sixième essai nucléaire au moment où Washington a ordonné au groupe aéronaval "Carl Vinson" de faire route vers la péninsule coréenne. Le groupe comprend le porte-avions à propulsion nucléaire "Carl Vinson", deux destroyers et un croiseur.

• En 2012, le régime communiste avait lancé une fusée de longue portée transportant un satellite pour marquer l'événement.

  Mais finalement, l'invitation du leader nord-coréen était liée à l'inauguration d'une nouvelle artère dans la capitale. Ouf...

Kim Jog-un a présenté le complexe de Ryomyong Street, qui abrite 5.000 logements, rassemble plusieurs immeubles et tours de différentes formes. Certaines sont rondes, d'autres carrées ou encore octogonales. La plus haute compte 70 étages et culmine à 234 mètres. Ce complexe est sorti de terre non loin du Palais du Soleil Kumsusan, où reposent les corps des deux premiers dirigeants de la Corée du Nord, Kim Il-Sung et Kim Jong-Il, grand-père et père de l'actuel leader Kim Jong-Un. Bref, pas de quoi s'inquiéter à ce propos, semble-t-il.

Cependant, le contexte général reste inquiétant.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a en tous cas supervisé des manoeuvres militaires de ses forces spéciales. L'agence officielle nord-coréenne KCNA a rapporté que le leader nord-coréen avait assisté depuis un poste d'observation à des manoeuvres consistant au parachutage depuis des appareils légers de commandos des forces spéciales qui sont tombés "comme la grêle" pour "aller détruire sans pitié des cibles ennemies". Tout sourire, Kim Jong-Un a couvert ses troupes d'éloges pour leur précision, expliquant que "les balles semblent avoir leurs propres yeux", rapporte KCNA, qui ne dit pas quand ces exercices ont eu lieu.

"Cet exercice montre à nouveau que les envahisseurs imprudents testeront le goût des balles de notre Armée populaire coréenne et de la guerre", poursuit l'agence.

Pyongyang tente de se doter de missiles intercontinentaux capables de porter ses bombes nucléaires sur le territoire continental américain.

Selon le groupe 38 North, qui assure une suivi de la Corée du Nord à partir de Washington, des images satellitaires prises mercredi montrent une activité autour du site d'essais nucléaires de Punggye-ri, près de la côte Est.

A Tokyo, le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a estimé que la possibilité existait que la Corée du Nord "ait déjà la capacité d'équiper ses têtes de missile de gaz sarin". "Il est possible que la Corée du Nord soit déjà capable de lancer une ogive contenant du sarin", a déclaré Shinzo Abe à une commission de défense et de diplomatie du Parlement, ont indiqué la chaîne publique NHK et les grands quotidiens nationaux.

• Quel est le contexte?

La Corée du Nord a promis de répondre à l'envoi "insensé" d'un groupe aéronaval américain vers la péninsule coréenne, avertissant qu'elle était prête pour la "guerre".

Le président américain Donald Trump a pour sa part menacé d'une action unilatérale américaine contre la Corée du Nord si la Chine ne réussissait pas à faire entendre raison à son turbulent voisin.

©EPA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content