La Corée du Nord fait se réunir le conseil de sécurité

©AFP

La Corée du Nord a tiré (au moins) quatre missiles balistiques. Washington et Tokyo veulent une réunion d'urgence du Conseil de sécurité.

La Corée du Nord a tiré lundi quatre missiles balistiques à partir de sa base de Tongchang-ri, près de la frontière avec la Chine, dont trois sont tombés à proximité des côtes japonaises, ont annoncé la Corée du Sud et le Japon. Il ne s'agissait probablement pas de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), susceptibles d'atteindre les Etats-Unis, a-t-elle dit. "La Corée du Sud et les Etats-Unis mènent une analyse conjointe approfondie", a déclaré l'état-major à Séoul.

Pyongyang avait menacé la semaine dernière de prendre de "fortes mesures de représailles" contre les exercices militaires annuels conjoints que mènent depuis mercredi dernier la Corée du Sud et les Etats-Unis.

"Provocations"

Les Etats-Unis et le Japon ont demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU. Elle pourrait être organisée mercredi, lorsque les ambassadeurs seront rentrés d'une mission dans les quatre pays riverains du lac Tchad, a indiqué un diplomate du Conseil.

La France, via son ministère des Affaires étrangères, a fait savoir qu'elle était en contact avec ses partenaires du Conseil de sécurité de l'Onu pour "bâtir une réponse ferme et déterminée".

Le Royaume-Uni, autre membre permanent des Quinze, qui assure actuellement la présidence tournante du Conseil, a lui aussi "condamné" les tirs et appelé Pyongyang à "cesser ses provocations" par un communiqué de son ministre des Affaires étrangères Boris Johnson.

©AFP

En Corée du Sud, le président par intérim, Hwang Kyo-ahn, a vu dans ces nouveaux tirs un défi direct lancé à la communauté internationale. Il a ajouté que Séoul déploierait rapidement ses systèmes de défense antimissiles, en dépit des objections de la Chine.

La Chine a pris note de ces tirs et, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, appelé toutes les parties à la retenue, leur demandant "de ne rien faire qui puisse irriter l'autre et aggraver les tensions régionales".

A Moscou, le Kremlin s'est dit "sérieusement préoccupé" par ces nouveaux tirs, tandis que le ministère des Affaires étrangères a appelé "toutes les parties concernées à la retenue et à un développement des initiatives pour rechercher des moyens politiques et diplomatiques de résoudre "le problème de la péninsule coréenne".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content