La Corée du Nord jette encore de l'huile sur le feu

©REUTERS

Le régime de Pyongyang a averti qu'il était prêt à mener un sixième essai nucléaire "à n'importe quel moment".

La Corée du Nord a averti lundi qu'elle était prête à mener "à n'importe quel moment" un sixième essai nucléaire, une déclaration qui intervient alors que la tension est déjà à son comble sur la péninsule.

Le climat s'est particulièrement détérioré en Corée ces derniers mois du fait de la poursuite, par Pyongyang, de ses programmes balistique et nucléaire interdits, et d'affirmations du président américain qui s'est notamment dit prêt à régler seul et par la force le problème nord-coréen.

De nombreux spécialistes pensent depuis plusieurs semaines, en s'appuyant sur l'analyse d'images satellites, que Pyongyang est effectivement prêt à réaliser un sixième essai nucléaire.

Lundi, un porte-parole du ministère nord-coréen de la Défense a affirmé que Pyongyang était "totalement prêt à répondre à toute option prise par les Etats-Unis". Le régime continuera à renforcer ses capacités en matière d'"attaques nucléaires préventives", à moins que Washington ne renonce à ses politiques hostiles, a indiqué ce porte-parole.

"Les mesures de la RPDC (République populaire et démocratique de Corée) pour renforcer au maximum la force nucléaire seront menées avec succès à n'importe quel moment et sur le lieu que décidera sa direction suprême", a ajouté ce porte-parole en allusion à un possible sixième essai nucléaire.

Le Carl Vison à proximité de la péninsule coréenne 

Le porte-avions Carl Vinson. ©REUTERS

De son côté, Donald Trump a multiplié dimanche les gestes en direction de ses partenaires asiatiques pour s'assurer de leur coopération contre la Corée du Nord. Le président américain s'est entretenu avec le Premier ministre thaïlandais et son homologue singapourien, lors de deux appels téléphoniques centrés sur la Corée du Nord, et les a tous deux invités à Washington, ont annoncé des responsables américains.

Ces appels surviennent deux jours après un nouvel essai de missile de Pyongyang, qualifié d'échec par Washington et Séoul. Le groupe aéronaval mené par le porte-avions Carl Vinson, arrivé à proximité de la péninsule coréenne, a commencé samedi des exercices conjoints avec la marine sud-coréenne, douze heures après le tir, a annoncé un responsable de la flotte sud-coréenne.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content