La Corée du Nord menace de frapper l'île américaine de Guam

L'île de Guam accueille notamment des installations militaires nucléaires américaines. ©REUTERS

La Corée du Nord dit "examiner soigneusement" un projet de frappe sur le territoire américain de l'île de Guam, quelques heures après les déclarations de Donald Trump promettant "feu" et "colère" à Pyongyang en cas de nouvelle menace.

L'île de Guam, dans le Pacifique, abrite une base militaire américaine comptant un escadron de sous-marins, une base aérienne et un groupe de garde-côtes. Une cible "de choix" pour la Corée du Nord...

La menace: "La force stratégique de l'APC (Armée populaire de Corée, NDLR) examine désormais avec soin un plan opérationnel en vue d'un feu enveloppant sur les zones autour de Guam, avec des fusées balistiques de moyenne à longue portée Hwasong-12, afin de contenir les principales bases militaires américaines sur Guam et notamment la base aérienne d'Anderson", affirme un porte-parole de l'APC.

©Mediafin

Dans sa déclaration, l'armée du régime communiste affirme "envisager sérieusement une attaque d'encerclement" pour envoyer un "message d'avertissement" à Washington, démontrant que la Corée du Nord peut neutraliser ses bases dans le Pacifique. Ce projet sera finalisé "et sera mis en pratique de manière consécutive et simultanée, dès que Kim Jong Un, le commandant suprême de la force nucléaire le décidera", a ajouté l'agence.

"La Corée du Nord devrait ne plus proférer la moindre menace contre les Etats-Unis", a dit Donald Trump mardi lors d'une intervention à Bedminster, dans l'Etat du New Jersey, promettant dans le cas contraire une puissance de "feu et de colère telle que le monde n'en n'a jamais vu". ©REUTERS

Pourquoi maintenant? Cette annonce du porte-parole de l'armée nord-coréenne, cité par l'agence officielle KCNA, survient quelques heures après les propos fracassants du président américain Donald Trump qui a promis "feu et colère telle que le monde n'en n'a jamais vu" à Pyongyang en cas de nouvelle menace. Quelques jours auparavant, les Nations Unies avaient adopté une volée de nouvelles sanctions envers de le régime de Kim Jong Un.

Les tirs expérimentaux menés le mois dernier par la Corée du Nord suggèrent des progrès techniques, mais il n'est pas certain que Pyongyang ait réussi à construire un missile balistique intercontinental, une tête nucléaire miniaturisée, et une coiffe de missile suffisamment solide pour tout porter. ©AFP

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content