La Corée du Nord menace des bombardiers américains

Des bombardiers américains ont volé samedi près des côtes nord-coréennes pour envoyer un "message clair" à Pyongyang, selon le Pentagone. ©EPA

Trump a "déclaré une guerre" à la Corée du Nord, affirme Pyongyang qui se réserve le droit de riposter, y compris en abattant des bombardiers américains qui ne se trouveraient pas dans son espace aérien.

La guerre des mots entre Donald Trump et Kim Yong-un va-t-elle se transformer en guerre tout court? C'est en tout cas que la "bonne" voie. Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères a accusé le président américain d'avoir "déclaré la guerre" à la Corée du Nord par des propos tenus au cours du week-end. Donald Trump a notamment traité le président nord-coréen de "Rocket Man" (l'Homme-fusée). Il a également assuré que le chef de la diplomatie de Pyongyang ne "serait plus là pour très longtemps" s'il se faisait l'écho des pensées de Kim Jong-un.

"Le monde entier devra se souvenir clairement que ce sont les Etats-Unis qui ont été les premiers à déclarer la guerre à notre pays."
Ri Yong-ho
Ministre nord-coréen des Affaires étrangères

Pyongyang ne compte pas se laisser faire et manie les menaces sans nuance. Sa nouvelle cible? Les bombardiers américains s'approchant de ses côtes. "Puisque les Etats-Unis ont déclaré la guerre à notre pays, nous avons le droit de prendre des mesures de riposte, y compris le droit d'abattre les bombardiers stratégiques américains même s'ils ne sont pas dans l'espace aérien de notre pays", a déclaré le ministre Ri Yong-ho.

Il faut dire que samedi, les États-Unis avaient aussi joué les gros bras en envoyant des bombardiers voler près des côtes nord-coréennes pour envoyer un "message clair" à Pyongyang. Mais de là à avoir déclaré la guerre? Washington se défend: "Nous n'avons pas déclaré la guerre à la Corée du Nord et, franchement, une telle suggestion est absurde", a déclaré Sarah Huckabee-Sanders, porte-parole de l'exécutif américain.

Du calme!

Le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, a mis en garde contre l'escalade verbale à laquelle se livrent la Corée du Nord et les Etats-Unis qui risque de conduire à des erreurs fatales, a indiqué son porte-parole lundi. "La seule solution est politique."

L'émissaire chinois aux Nations unies, Liu Jieyi, a également insisté sur les dangers que comporte cette guerre des déclarations entre Washington et Pyongyang. "Nous souhaitons que les choses s'apaisent. Cela devient trop dangereux et ce n'est dans l'intérêt de personne."

"Nous souhaitons que les choses s'apaisent. Cela devient trop dangereux et ce n'est dans l'intérêt de personne."
Liu Jieyi
L'émissaire chinois à l'ONU

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content