La Corée du Nord promet une "réponse sans pitié" à toute provocation américaine

La Corée du Nord pourrait effectuer son sixième essai nucléaire au moment où Washington a ordonné au groupe aéronaval "Carl Vinson" de faire route vers la péninsule coréenne. Le groupe comprend le porte-avions à propulsion nucléaire "Carl Vinson", deux destroyers et un croiseur. ©REUTERS

Quand c'est la Russie et la Chine qui tentent d'apaiser les esprits, on se dit que le problème est vraiment lourd... Les provocations entre les USA de Donald Trump et la Corée du Nord ne font qu'enfler.

Donald Trump avait prévenu: les Etats-Unis vont s'occuper du "problème" nord-coréen, avec ou sans la Chine.

Pour l'heure, les USA évaluent leurs options militaires pour riposter à la poursuite du programme d'armement nord-coréen. Un haut responsable américain dit s''attendre à ce que Pyongyang procède à un nouveau test, soit de missile balistique soit nucléaire, la question restant de savoir "quand".

"Les options militaires sont déjà en train d'être étudiées", a déclaré un conseiller en politique étrangère de la Maison Blanche, sous couvert d'anonymat.

Pour rappel, Donald Trump a annoncé l'envoi vers la péninsule coréenne du porte-avions Carl Vinson, escorté par trois navires lance-missiles, puis évoqué une "armada" comprenant des sous-marins. Un tel porte-avions transporte en général 70 à 80 avions ou hélicoptères, dont une cinquantaine d'avions de combat.

Mise en garde de Pékin

Voilà qui fâche bien le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi. Quiconque provoquerait un conflit dans la péninsule coréenne "devra assumer une responsabilité historique et en payer le prix", a martelé le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, après de nouvelles menaces de Donald Trump envers Pyongyang.

"Le vainqueur ne sera pas celui qui tient des propos les plus durs ou qui montre le plus ses muscles. Si une guerre a lieu, le résultat sera une situation dont personne ne sortira vainqueur. (...) Un conflit pourrait éclater à tout moment. Le dialogue est la seule issue."

Estimant qu'un nouvel essai - tir de missile balistique ou test nucléaire - était "possible", le conseiller en politique étrangère de la Maison Blanche a ajouté (à propos du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un): "Malheureusement, ça ne nous surprend pas, il continue de développer son programme, il continue de lancer des missiles en mer du Japon. Avec ce régime, la question n'est pas de savoir si (cela va arriver) mais juste de savoir quand".

Et si Pékin tente d'apaiser les esprits, Pyongyang promet une "réponse sans pitié" à toute provocation américaine.

A Moscou, on se dit très inquiet et on appelle à la retenue.

• Samedi, jour important...

De nombreux observateurs s'attendent à ce que le régime communiste marque le 105e anniversaire samedi de la naissance de Kim Il-Sung, premier dirigeant du pays, avec un nouveau tir de missile balistique ou même son sixième test nucléaire, tous deux interdits par la communauté internationale.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content