La Corée du Nord tire un missile et défie le nouveau président sud-coréen

©EPA

La Corée du Nord a effectué un nouveau tir de missile balistique. Quatre jours après l'élection en Corée du Sud du modéré Moon Jae-in, soucieux de dialoguer avec le Nord...

Deuxième tir nord-coréen en 15 jours. Lancé de la base militaire nord-coréenne de Kusong, dans la province du Nord Pyongan, le projectile a parcouru environ 700 km avant de s'abîmer en mer du Japon, selon l'état-major interarmes sud-coréen. Le commandement américain du Pacifique a estimé de son côté qu'il ne s'agissait vraisemblablement pas d'un missile intercontinental. Ce missile a atteint une altitude de plus de 2.000 kilomètres et pourrait représenter un nouveau type d'arme du régime nord-coréen.

Pyongyang teste visiblement le nouveau président sud-coréen... Celui-ci s'est montré partisan d'une reprise du dialogue sur le dossier nucléaire nord-coréen.

Moon a dénoncé une "provocation irresponsable", quand Donald Trump a lui demandé un durcissement des sanctions contre le Nord.

"Que cette nouvelle provocation soit un appel à toutes les nations pour mettre en oeuvre des sanctions bien plus fortes contre la Corée du Nord", selon la Maison Blanche dans un communiqué.

Il y a deux semaines, un précédent essai de missile avait échoué, le projectile ayant explosé en vol après quelques minutes. C'était le quatrième échec consécutif essuyé par l'armée nord-coréenne depuis mars. ©AFP

Après une réunion d'urgence avec ses conseillers à la sécurité nationale,  Moon a affirmé que son gouvernement condamnait fortement ce "défi grave à la paix et la sécurité sur la péninsule coréenne et à la communauté internationale",selon son porte-parole Yoon Young-Chan.

Contrairement à sa prédécesseur Park Geun-Hye,  Moon défend l'idée d'un dialogue avec le Nord pour apaiser une situation particulièrement tendue sur la péninsule. Mais il avertit aujourd'hui qu'un tel dialogue serait possible "seulement si le Nord change d'attitude".

Alors, pourquoi ce tir, maintenant?

Le régime de Pyongyang a multiplié ces derniers mois les tirs de missiles balistiques susceptibles de transporter une charge nucléaire, considérés comme des provocations par la communauté internationale. ©AFP

"Le Nord cherche apparemment à tester M. Moon et à voir comment prendront forme sa politique nord-coréenne ainsi que la coordination politique entre le Nord et les Etats-Unis", a déclaré Yang Moo-Jin, professeur à l'Université des études nord-coréennes de Séoul. Ce tir vise à "maximiser l'influence politique du Nord", dans la perspective d'éventuelles négociations avec les Etats-Unis, a-t-il encore estimé. "Le Nord entend montrer, avant des négociations, qu'il ne renoncera pas aussi facilement à ses armes puissantes et précieuses."

L'inquiétant programme nord-coréen

La Corée du Nord, qui cherche ouvertement à développer des missiles intercontinentaux susceptibles de porter le feu nucléaire sur le sol américain, a réalisé cinq essais nucléaires, dont deux depuis le début 2016. Dans ce laps de temps, elle a aussi effectué des dizaines de tirs de missiles.

©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content