Trump affirme qu'il n'a "peut-être pas été assez dur" avec la Corée du Nord

©AFP

Donald Trump affirme que sa mise en garde à Pyongyang n'était "peut-être pas assez dure".

Donald Trump a défendu ce jeudi avec énergie sa formule controversée de mise en garde à la Corée du Nord, à qui il a promis "le feu et la colère", estimant qu'elle n'était "peut-être pas assez dure". "Il est grand temps que quelqu'un parle haut et fort pour les habitants de notre pays et les habitants d'autres pays", a-t-il déclaré depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, où il passe des vacances.

©REUTERS

Interrogé sur d'éventuelles frappes préventives visant la Corée du Nord pour contrer le développement de ses programmes nucléaire et balistique, le président américain s'est refusé à tout commentaire. "Nous ne nous exprimons pas là-dessus. Je ne le fais jamais (...) Nous verrons ce qui se passera", a-t-il dit, mettant une nouvelle fois en garde le régime de Pyongyang.

"Si la Corée du Nord fait quoi que ce soit - ne serait-ce qu'en songeant à attaquer des gens que nous aimons, ou nos alliés, ou nous - ils devront vraiment s'inquiéter", a-t-il martelé. "Et ils devraient être très très inquiets car des choses qu'ils n'avaient jamais cru possible leur arriveront", a-t-il ajouté.

Manifestation de soutien au pouvoir en Corée du Nord. ©AFP

Réaffirmant que la Chine, principal partenaire économique de Pyongyang, pouvait "faire beaucoup plus" pour mettre la pression sur la régime de Kim Jong-Un, le président américain a affiché son optimisme sur ce front. "Je pense que la Chine fera beaucoup plus (...) Ils savent ce que j'en pense. Cela ne va pas continuer comme ça", a-t-il affirmé.

Pyongyang a présenté ce jeudi son projet détaillé pour tirer une salve de quatre missiles au-dessus du Japon vers le territoire américain de Guam, dans le Pacifique. Ce plan visant un avant-poste stratégique des forces américaines sur la route de l'Asie, constituera "un avertissement crucial aux Etats-Unis", a prévenu la Corée du Nord.

Cet avertissement fait suite à un tweet menaçant du chef de la Maison Blanche affirmant que l'arsenal nucléaire américain était "plus fort et plus puissant que jamais".

Manifestation de soutien au pouvoir en Corée du Nord. ©AFP

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content