Trump prêt à intervenir en Corée du Nord sans la Chine

©AFP

La Corée du Nord est prête pour la "guerre". Donald Trump est prévenu, alors qu'un porte-avions américain et sa flotte font route vers la péninsule coréenne. Il a de son côté affirmé pouvoir "résoudre le problème" nord-coréen sans la Chine.

Le président américain Donald Trump réaffirme être prêt à "résoudre le problème" nord-coréen sans l'aide de la Chine, alors qu'un porte-avions américain fait route vers la péninsule coréenne, provocant la colère de Pyongyang. 

"La Corée du Nord cherche des ennuis. Si la Chine décide d'aider, ça serait formidable. Sinon, nous résoudrons le problème sans eux! USA", a-t-il écrit sur son compte Twitter personnel, quelques jours après un sommet avec son homologue chinois Xi Jinping. 

L'administration Trump a fait savoir que tout était possible, y compris les frappes militaires, comme en Syrie dans la nuit de jeudi à vendredi derniers. Le président a récemment demandé à ses conseillers de lui préparer toute la gamme des options possibles pour faire pression sur le régime de Pyongyang et l'obliger à interrompre son programme d'armement nucléaire.

"Insensé"

©EPA

La Corée du Nord a dénoncé le déploiement "insensé" du parte-avions, en se disant prête à la "guerre", au moment où la tension monte dans la région. "La République Populaire démocratique de Corée est prête à réagir, quel que soit le type de guerre voulu par les Etats-Unis", a annoncé un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangère.

"Le déploiement insensé américain pour envahir la RPDK (République populaire démocratique de Corée, ndlr) a atteint une phase préoccupante", a déclaré le porte-parole. Cette nouvelle réponse nord-coréenne suggère que le régime de Kim Jong-Un n'entend pas changer d'attitude: "Nous prendrons les mesures de contre-attaque les plus fermes contre les provocateurs, afin de nous défendre par la voie des armes."

Test nucléaire

Les spéculations s'emballent actuellement sur un test nucléaire imminent de la part de la Corée du Nord, alors que le régime de Pyongyang s'apprête à célébrer samedi le 105e anniversaire de son fondateur. De fait, ces cérémonies sont souvent le prétexte à un déploiement de forces militaires. La Corée du Nord a d'ores et déjà mené cinq essais nucléaires, dont deux en 2016.

Le président sud-coréen par intérim Hwang Kyo-ahn a ordonné à l'armée d'intensifier la surveillance de la Corée du Nord et de rester en contact étroit avec les Etats-Unis.

"Il est possible que le Nord se livre à des provocations plus importantes, comme un essai nucléaire synchronisé avec divers anniversaires et notamment l'Assemblée populaire suprême (APS)", a déclaré le président Hwang Kyo-ahn, qui assure l'intérim depuis la destitution de l'ancienne présidente dans une affaire de corruption.

©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content