Un embargo sur le pétrole menace la Corée du Nord

©REUTERS

L'ONU veut presser la Corée du Nord de plus en plus fort sur le plan commercial pour la pousser à discuter de son programme nucléaire qui représente une importante menace à la stabilité géopolitique.

Les Etats-Unis sortent la grosse artillerie commerciale pour faire face à la menace nord-coréenne. Voici ce qu'on trouve dans un projet de résolution diffusé mercredi aux 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU:

1. Obtenir un embargo sur le pétrole ainsi que les produits raffinés et le gaz liquide à destination de la Corée du Nord

2. Empêcher ses exportations de textile nord-coréen 

3. Geler les avoirs contrôlés directement ou indirectement par le numéro un nord-coréen, Kim Jong-Un

4. Arrêter le financement des expatriés nord-coréens dans le monde, estimés à plus de 50.000 dans le monde, en refusant de les engager et de les rémunérer

5. Fermer les joint-ventures et coopérations commerciales existantes avec la Corée du Nord et interdire la mise en place de nouvelles

6. Autoriser les Etats membres de l'ONU d'inspecter tout navire en haute mer soupçonné de contrevenir aux résolutions de l'organisation

Russie et Chine frileux

Washington, soutenu par Londres et Paris, a annoncé vouloir l'adoption dès lundi prochain de cette résolution mais elle ne fait pas l'unanimité.

- La Russie a déjà fait part de ses doutes sur une décision aussi rapide. Elle juge de nouvelles sanctions inutiles.
- La Chine, premier soutien de la Corée du Nord et destinataire de 90% des exportations nord-coréennes, réclame que la solution de la crise nord-coréenne passe par un dialogue.

Ces deux pays disposent d'un droit de veto au Conseil de sécurité. Le 5 août, tous les deux avaient approuvé un septième train de sanctions contre la Corée du Nord, prévoyant de priver ce pays d'un milliard de revenus annuels tirés de ses exportations de charbon, de fer et de sa pêche.

©AFP

La nouvelle résolution proposée par Washington vise à sanctionner encore plus durement la Corée du Nord après un sixième essai nucléaire mené dimanche à un niveau inégalé. Quelques jours avant, le Conseil de sécurité avait déjà condamné à l'unanimité un tir de missile à moyenne portée qui avait survolé le Japon. Les programmes "nucléaire" et "balistique" nord-coréens "représentent une menace claire à la sécurité et à la paix internationales", souligne le projet de résolution, qui condamne le dernier essai atomique nord-coréen.

Par sa série de sanctions successives, l'ONU cherche à pousser la Corée du Nord vers une table de négociations sur ses programmes militaires nucléaire et conventionnel. Jusqu'à présent, Pyongyang est resté sourd aux injonctions de la communauté internationale.

L'Europe veut aller plus loin

La chef de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, affirme préparer de nouvelles sanctions qui viendront compléter les sanctions envisagées à l'ONU. Elle estime qu'il faut "renforcer la pression économique sur la Corée du Nord, en soutenant une nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l'ONU et en adoptant des mesures économiques plus dures", y compris par des sanctions propres à l'Union européenne."Notre ligne européenne est très claire à ce propos: davantage de pression économique, plus de pression diplomatique et unité avec nos partenaires régionaux et internationaux".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content