Un hotel de Berlin renfloue les poches de Pyongyang

©EPA

Un hôtel bon marché à Berlin pourrait fermer à cause des sanctions contre la Corée du Nord

Le Cityhostel est une auberge de jeunesse populaire à Berlin. Avec plus de 4.000 commentaires du Booking.com, on imagine bien qu'elle voit défiler un nombre important de touristes. Et qui dit succès, dit argent. Mais où part cet argent? Et c'est là que le bât blesse.

Les revenus de cet hostel transiteraient par l'ambassade nord-coréenne pour atterrir dans les poches de Pyongyang.

Quel est le problème?

La Corée du Nord a réalisé de nombreux essais nucléaires et représente de plus en plus une menace d'un point de vue géopolitique. Du coup, les Nations Unies ont décidé de mettre en place des sanctions à l'égard du pays de Kim Jong Un.

Il est du coup assez mal vu sur la scène internationale que la 3e capitale européenne autorise des flux d'argent vers Pyongyang. Les différents ministères allemands concernés sont quant à eux occupés depuis plusieurs semaines à mettre en place des mesures dans le cadre de ces sanctions.

Selon des sources gouvernementales allemandes, la représentation du pays asiatique à Berlin pose problème depuis des années. En outre, à travers le monde, leurs diplomates sont engagés dans des affaires peu recommandables telles que du trafic d'armes, de drogues et d'ivoire.

Bref, le gouvernement allemand souhaiterait fermer le Cityhostel. Mais pour ce faire, les autorités allemandes vont devoir affiner leurs démarches juridiques.

Sur le terrain de l'ambassade

Trois médias allemands ont révélé que des diplomates nord-coréens adoptaient des conduites douteuses afin d'obtenir des devises étrangères, alors qu'aucun autre pays au monde n'est sous le coup d'autant de sanctions internationales. "Ces devises servent notamment à acheter des produits de luxe pour l'élite", écrit le Süddeutsche Zeitung.

©REUTERS

Depuis le début des sanctions contre la Corée du Nord, l'Allemagne s'est mise à regarder de plus près le Cityhostel et le centre de congrès attenant. Depuis 2004, ceux-ci accueillent des touristes sur un terrain appartenant à l'ambassade nord-coréenne dans le centre de Berlin, non loin du Checkpoint Charlie et de la Potsdamer Platz. Y sont notamment proposés des dortoirs pour quatre personnes au prix de 17 euros et des chambres doubles pour 50 euros.

Une tierce partie est chargée de l'exploitation des lieux mais doit payer un loyer mensuel de 38.000 euros à l'ambassade.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content