"On ne touche pas au portefeuille des gens, on touche aux structures"

©Dries Luyten

Le gouvernement wallon a scellé ce week-end son budget. Pas de nouvelles taxes, pas de suppressions de postes de fonctionnaires, juste de la flexibilité et aller chercher l'argent là où il est... dans les structures. Explication avec Jean-Luc Crucke, ministre wallon du Budget.

"La réforme fiscale, les autres en ont parlé pendant 30 ans, nous l'avons dit nous l'avons fait; et en plus sans compenser par des impôts nouveaux", lance Jean-Luc Crucke (MR), ministre wallon du Budget, sur les ondes de Bel RTL. Fallait-il faire payer les riches, comme le veut "la marotte" des socialistes? Pour le ministre, l'objectif de ce gouvernement est de faire moins payer ceux qui travaillent. "On ne touche pas au portefeuille des gens, on touche aux structures."

Le nouveau gouvernement a ce week-end bouclé son budget. La trajectoire ainsi fixée ramène le déficit budgétaire à 217 millions. Jean-Luc Crucke souligne aussi le "buffer", la pomme pour la soif, de 30 à 35 millions d'euros. "On ne sait jamais ce qui peut arriver pendant l'année."

Le retour à l'équilibre budgétaire, le ministre compte y arriver "en marchant pas en sprintant". "On peut raisonnable retenir 2020 pour y arriver. Mais la date la plus importante est 2024". A cette échéance, la solidarité nord-sud commencera radicalement à diminuer. "Il faut que pour cette date, nous soyons en ordre sur tous les fronts, et pas uniquement celui du déficit budgétaire."

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content