Les zones d'ombre du programme wallon

©BELGA

Le gouvernement wallon affiche ses ambitions. Il veut avancer, et vite. Mais certaines de ses prétentions sont entourées d'un flou total.

→ Comment la suppression de la télé-redevance sera-t-elle financée?

La coalition MR-cdH promet que les Wallons ne payeront plus la taxe de télé-redevance dès 2018. La fin de cette taxe va provoquer de facto un manque à gagner de 100 millions d’euros pour la Région. Si une partie des pertes financières sera compensée par des économies structurelles au niveau des structures publiques, de la baisse des coûts de fonctionnement des cabinets ministériels ou de la diminution annuelle de 400.000 euros de la dotation du Parlement, le gouvernement n’a pas donné sa recette pour arriver au compte final. Il se dit que l’effort pour 2018 pourrait être réparti sur deux années budgétaires. L’équipe de Willy Borsus compte également sur les effets d’une réforme fiscale globale avec des rentrées en hausse au niveau des droits de donation. L’optimisation de la dette pourrait aussi rapporter quelques millions pour le financement de la fin de la télé-redevance. Reste alors la question des autres engagements fiscaux à financer.

→ Vers un véritable service minimum au TEC?

C’est clairement écrit. Le gouvernement entend arriver à mettre en place un service minimum dans au TEC. Cette obligation de travail ne serait néanmoins promise que vers les établissements d’enseignement (notamment en période d’examen) et les établissements hospitaliers. La question est maintenant de savoir comment la Région pourra réquisitionner les chauffeurs?

→ Quid du principe du compteur qui tourne à l’envers?

Le nouveau gouvernement annonce une révision du paysage actuel des gestionnaires de réseau de distribution (GRD) dans l’énergie, pour aller vers un GRD unique. Il prévoit aussi un processus progressif d’uniformisation, d’harmonisation ou de péréquation des tarifs – un gros chantier. Vu les leçons tirées du dossier Publifin, il veut interdire toute forme de subsidiation croisée. Fini, aussi, pour un administrateur de GRD d’être en même temps administrateur dans une entreprise de production ou de fourniture d’énergie. Sur le photovoltaïque, par contre, c’est moins clair. Il parle d’un "phasing out" progressif du soutien public dans les filières matures, mais promet aussi que le principe du compteur qui tourne à l’envers sera maintenu pour les installations existantes jusqu’à ce que la filière soit viable par elle-même.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés