interview

"Qui a trahi un jour trahira toujours"

Paul Magnette, ministre-président wallon ©BELGA

"Trahison sans précédent", "coup de poignard dans le dos", discrédit sur l'ensemble de la politique, déstabilisation des partis francophones: le chef de l'exécutif wallon a eu des mots très durs à l'égard du geste d'exclusion du président des humanistes à l'encontre de son parti.Paul Magnette pointe aussi du doigt l’hypocrisie d’un cdH donneur de leçon.

Paul Magnette est sorti de son silence mardi soir, toujours abasourdi par le geste de son partenaire Humaniste en Wallonie. Tout comme son président Elio Di Rupo lundi, le ministre-président wallon parle de trahison. "Quand on fait de la politique, on sait que ce n’est pas un métier. Mais ici, ce sont les conséquences pour les Wallons. Cette trahison du cdH jette le discrédit sur le monde politique et est une source d’incertitudes."

Paul Magnette épingle l’hypocrisie d’un cdH donneur de leçon. "Le cdH invite le MR à venir dans un gouvernement pour mener la même politique qu’il a mis en place au fédéral et que le cdH combat depuis trois ans."

"Le cdH a toujours freiné les réformes en matière de gouvernance et de transparence en Wallonie."
Paul magnette
ministre-président wallon

En matière de gouvernance, le socialiste n’est pas plus tendre avec son ancien partenaire. "Le cdH a toujours freiné les réformes en matière de gouvernance et de transparence en Wallonie. Il est contre le décumul bourgmestre/ministre, il freine la limitation des rémunérations. Je suis parvenu à faire des accords avec Maxime Prévot au sein du gouvernement mais j’ai toujours du ferrailler avec Benoît Lutgen. Ils sont contre le décumul des mandats."

Aussi mouillé que le PS

Pour Magnette, le fait d’évoquer la gouvernance et le "dégoût" du cdH vis-à-vis du PS est un pur prétexte. "Le cdH est aussi impliqué que le PS et le MR dans le dossier Publifin. Pourquoi alors lier la chute du gouvernement wallon au Samu Social qui est un problème Bruxellois? Faut-il mettre en péril la Wallonie? Je rappelle au passage qu’au PS, nous avons exclu Stéphane Moreau et André Gilles. Au cdH, Dominique Drion n’est toujours pas exclu du parti alors qu’il était complètement impliqué."

Devant ce constat, Paul Magnette en conclut qu’il se trouve face à une "manœuvre politique". "Le cdH voit sa chute sondage après sondage. Ils sont proches de la disparition. C’est une pure manœuvre politicienne."

Loyauté, un mot qui n’est pas dans le vocabulaire de Lutgen

"Le cdH voit sa chute sondage après sondage. Ils sont proches de la disparition. C’est une pure manœuvre politicienne."
Paul magnette
ministre-président wallon

Évoquant quelques rumeurs ici et là ces dernières semaines d’une tentation Humaniste de changer d’attelage gouvernemental, Paul Magnette est revenu sur ses déclarations à la RTBF ce dimanche en qualifiant Benoît Lutgen de "loyal". "Nous avions entendu certaines rumeurs. Ce terme loyal utilisé à la RTBF était une piqûre de rappel. Mais la loyauté est un mot qui n’appartient pas au vocabulaire de Benoît Lutgen. C’est très grave ce qu’il a fait! C’est un coup de poignard dans le dos. Qui a trahi un jour trahira toujours."

Sans présager de la longueur des négociations entre le MR et le cdH, Paul Magnette entend poursuivre son travail. "J’ai eu des contacts avec Maxime Prévot (cdH) ce matin en vue de la préparation du gouvernement de jeudi." L’ambiance risque d’être glacial.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés