Publicité
Publicité

Dani Rodrik: Une gouvernance mondiale sans gouvernant

L’économie mondiale entre aujourd’hui dans une nouvelle phase, dans laquelle l’effort de coopération internationale devrait être du plus en plus difficile. Les États-Unis et l’Union Européenne, désormais sous le coup d’une dette trop élevée et d’une croissance trop faible – et par conséquent principalement axés sur leurs préoccupations nationales – ne sont plus en mesure d’édicter des règles mondiales en espérant voir les autres États s’y conformer.