Eloy, un groupe familial wallon qui rayonne à l'international

©Anthony Dehez

Le groupe Eloy, acteur du BTP et concepteur de stations d’épuration d’eau, est actif dans plus de 30 pays. Il occupe 350 travailleurs et a épousé les principes de la corporate governance.

Nominé dans le cadre de la 20e édition du prestigieux prix "Entreprise de l’année", décerné par EY avec le soutien de "L’Echo" et de BNP Paribas Fortis, le groupe Eloy est une entreprise familiale par excellence. Démarrée en 1965 comme une petite société de terrassement par Robert Eloy, l’entreprise est aujourd’hui un groupe diversifié avec des activités dans le BTP, le traitement des eaux et la réalisation de projets immobiliers. Elle est dirigée par les deux fils du fondateur, Louis (59 ans) et Pierre (56 ans). Ils sont épaulés par leur sœur, Florence (44 ans), qui gère tout ce qui a trait au paiement des fournisseurs.

Méthodiquement et avec prudence, la deuxième génération a fait fructifier la petite entreprise de Robert Eloy et l’a positionnée comme un acteur incontournable dans plusieurs dossiers (la plateforme multimodale Trilogiport, l’aménagement du zoning industriel autour de Liege Airport, l’esplanade de la gare des Guillemins, etc.).

Robert Eloy, CEO

Cinq filiales dans le monde

Le zoning industriel Damré à Sprimont aurait pu être rebaptisé "zoning Eloy" tant les enseignes du même nom se déclinent à tous les coins de la zone d’activité économique: Eloy travaux, Eloy water, Eloy béton, Eloy projets. Ses infrastructures occupent environ 23 ha sur les 41 ha que compte le zoning. C’est dire l’importance du groupe sur le site où celui-ci a déménagé en 1992.

  • Créé il y a 50 ans, le groupe familial Eloy a aujourd’hui deux pôles d’activités: le BTP et les stations d’épuration d’eau. Il occupe 350 personnes et engrange 72 millions de chiffre d’affaires. Celui-ci enregistre une croissance de 15% par an.

  • Ses infrastructures occupent plus de la moitié des 43 hectares du zoning Damré à Sprimont. Il a créé cinq filiales à l’étranger pour mieux servir ses clients. Le groupe est entré dans une nouvelle ère en épousant les principes de corporate governance.

  • Les dirigeants, Louis et Pierre Eloy, qui sont les fils du fondateur, misent sur une gestion du personnel qui allie proximité et respect réciproque.

La deuxième génération, Louis et Pierre Eloy, aujourd’hui respectivement président et administrateur délégué, qui ont rejoint le groupe en 1978, ont eu le nez fin après 2005 en misant sur l’export. "Cette année-là, la Région wallonne abandonne une mesure décidée en 2000 et qui visait à imposer de nouveaux standards en termes d’épuration individuelle pour les habitations ne bénéficiant pas de l’assainissement collectif. Ce marché, estimé à 130.000 stations s’est réduit d’un seul coup à 13.000. Nous nous sommes tournés vers l’exportation pour rentabiliser la nouvelle usine créée", explique Louis Eloy. Le groupe met donc le cap sur la France qui deviendra le moteur de sa croissance.

Différentes filiales verront ensuite le jour pour commercialiser le savoir-faire du groupe Eloy en matière d’épuration d’eau pour des structures de 4 à 5.000 personnes, notamment en France, en Nouvelle Calédonie, en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux Caraïbes. Mais l’entreprise est active dans plus de 30 pays en Asie (Thaïlande, Malaisie, Indonésie, etc.), Afrique (Congo, Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal, Rwanda, etc.) et en Europe (France, Luxembourg, Pays-Bas, Espagne, Suède, Pologne, Portugal, etc.). "La création des filiales s’explique par le fait que nous n’avons pas trouvé de partenaire local susceptible de nous représenter valablement", souligne-t-il. La cellule d’innovations du groupe a créé en 2013 X-Perco, un nouveau système d’épuration peu énergivore.

Le groupe a une politique de gestion du personnel qui conjugue proximité et responsabilité. L’effectif est passé en trois ans de 200 à 350 travailleurs, dont près de 60% sont originaires des communes de la région liégeoise. Pas de représentation syndicale donc au sein du groupe Eloy. "Nous avons pris la place des syndicats, ils ne peuvent rien apporter d’autre", dit Pierre Eloy. "Notre force est notre culture d’entreprise. L’humain est au centre de nos préoccupations. Il y a un respect mutuel entre notre personnel et nous", renchérit Louis Eloy.

"C’est l’ère d’Eloy 3.0 avec une nouvelle structure basée sur la corporate governance."
Olivier Eloy
secrétaire général

Corporate governance

La troisième génération a aujourd’hui fait son entrée dans le groupe. Pierre-Etienne (33 ans), fils de Pierre Eloy a commencé comme ouvrier, il est aujourd’hui responsable de la planification des chantiers et des achats. Olivier (36 ans), fils de Louis Eloy, est secrétaire général du groupe et David (31 ans), le deuxième fils de Louis Eloy, est responsable commercial. Le groupe a aujourd’hui épousé les principes de la "corporate governance" en simplifiant sa structure de direction et en faisant entrer deux administrateurs indépendants dans son conseil d’administration de 5 membres. Un comité exécutif pilote les différentes filiales. "C’est l’ère d’Eloy 3.0", sourit Olivier Eloy.

Louis et Pierre Eloy dirigent en tandem l’entreprise familiale créée en 1965 par leur père Robert Eloy. Diplômé en travaux publics après des études de géomètre, Louis Eloy (59 ans) est entré dans l’entreprise en 1978 à l’âge de 22 ans. Il passe près de 10 ans sur les chantiers de voirie avant de devenir responsable commercial, puis administrateur délégué. Il est aujourd’hui président du groupe.

Pierre Eloy (56 ans) est diplômé en élctromécanique. Il travailla aux côtés de son frère Louis avant de prendre la direction des travaux. Quelques années plus tard, il devient administrateur délégué. Aujourd’hui, il s’attelle au développement d’Eloy projets, la nouvelle filiale du groupe qui pilote la gestion des contrats du début jusqu’à la livraison complète des chantiers.

[Suivez Philippe Lawson sur Twitter en cliquant ici]

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content