Publicité

Pairi Daiza, grand (et beau) vainqueur de l'Entreprise de l'année 2015

©Dries Luyten

L’auditorium 2000 du Heysel était noir de monde hier soir pour le sacre de Pairi Daiza, élue Entreprise de l’année 2015. Un vainqueur heureux.

Parce qu’il fallait bien un gagnant, Eric Domb bondit de son siège hier soir dans l’auditorium 2000 du Heysel lorsque le roi Philippe, après avoir déchiré l’enveloppe, prononça "Pairi Daiza", le nom de la société qu’Eric Domb a créée en 1994. "Si j’avais su que nous allions être en concurrence avec vous, je n’aurais pas introduit de dossier de candidature", a déclaré Eric Domb, sur scène, à l’attention des trois finalistes malheureux: Easi, Eloy Group et Mithra.

"C’est une entreprise que l’on fête ce soir, pas un homme."
Éric Domb
CEO Pairi Daiza

Visiblement ému, n’ayant pas préparé de discours, Eric Domb s’est laissé aller à une allocution empreinte d’humanisme, de philosophie, devant un parterre brillant tout conquis à la cause de l’entrepreneuriat. "Au long du parcours, il y a eu plus de gens qui nous ont aidé que de gens qui nous ont mis des bâtons dans les roues", a déclaré Eric Domb, après avoir fait monter une partie de son équipe sur scène. "C’est une entreprise que l’on fête ce soir, pas un homme. Nous avons fait le compte de tous ceux qui nous font confiance depuis 1994 et ce sont ces 14 millions de personnes sans qui nous ne serions pas devant vous ce soir", a encore déclaré Eric Domb, faisant référence aux visiteurs qui, chaque année, se rendent à Pairi Daiza.

Table ronde avec le Roi

©Dries Luyten

Cette victoire ponctuait une journée bien chargée pour les finalistes, mais également pour les lauréats des 19 éditions précédentes. À l’une ou l’autre exception près, ces lauréats avaient été réunis dans le courant de l’après-midi pour une table ronde informelle avec le roi Philippe. "Il a essentiellement été question de numérisation et de compétitivité", nous a expliqué Laurent Minguet, qui avait décroché la palme convoitée en 2000 avec EVS . Le roi aura également entendu les complaintes des entrepreneurs concernant les lourdeurs de l’administration, qui tuent l’innovation. "Tout le monde a reconnu et expliqué que le gouvernement Michel menait de bonnes actions avec le tax shift, mais il devrait aller plus loin en taxant plus fort le diesel ou le tabac" a encore expliqué Laurent Minguet.

Enfin, un point particulier a été accordé à l’enseignement, afin que chaque élève soit informé des filières dans lesquelles on manque de candidats. Le roi, qui a pris des notes tout au long de la rencontre, a été très réceptif aux doléances et expériences des uns et des autres.

Le "roi" Marc Coucke

Mais cette vingtième cérémonie de "L’Entreprise de l’année" a couronné un deuxième vainqueur: le "roi" Marc Coucke. Ce dernier, ayant récemment investi dans Mithra et dans Pairi Daiza, avait une chance sur deux de gagner. Un mantra qu’il a répété en entrant dans la salle, tentant de se frayer un chemin entre les sollicitations des uns et des autres. Jamais un homme d’affaires n’aura connu un tel succès, serrant les mains comme la rock star entre en scène. Le diable étant dans le détail, Marc Coucke semble s’y connaître en affaires infernales puisqu’il arborait fièrement des boutons de manchette en forme de pandas! Une coquetterie de bon aloi à l’heure de la victoire finale emportée par Eric Domb, l’homme qui a fait venir les pandas de Chine.

Enfin, saluons OncoDNA, société basée à Gosselies qui est repartie, elle, avec le très apprécié prix de "L’Entreprise prometteuse de l’année 2015".

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés