René Branders (FIB, lauréat 2008) : « devenir, pendant un an, le porte-parole de ceux qui prennent des risques »

Pendant un an, René Branders a assumé dignement le rôle de « représentant de commerce de luxe » qui lui était naturellement échu lorsque, sa société, FIB, avait remporté le trophée 2008 de l’Entreprise francophone de l’Année.

Pour l’édition 2009, il était passé de l’autre côté, celui du jury. Et aujourd’hui, il transmet son flambeau à Fabrice Wuyts. « Le jury a dû trancher entre cinq profils très différents, et c’est toujours un choix déchirant. Mais je pense qu’il est vraiment important que le vainqueur soit une entreprise belge, qui s’adresse essentiellement à des PME et pour qui la croissance n’est pas un vain mot. S’il réagit comme je l’avais fait naguère, Fabrice Wuyts va, une fois les lampions de la fête éteints, se poser la question de savoir comment optimiser l’exploitation du trophée auprès du personnel et des fournisseurs. Il sera aussi, pendant un an, le porte-parole de ceux qui prennent des risques. C’est une responsabilité non négligeable. Il est porteur d’espoirs, surtout dans le contexte économique que nous connaissons aujourd’hui, et doit à ce titre faire rayonner son enthousiasme partout où il ira. Dans les écoles par exemple, auprès des étudiants, il a une formidable opportunité de faire profiter d’autres entreprises de l’éphémère surcroît de notoriété qui lui échoit aujourd’hui ».

F.L.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés