Zürich s'excuse auprès de la Belgique

Après avoir appelé les investisseurs américains à déserter la Belgique au profit de la Suisse, l'Office de promotion de Zürich fait machine arrière et s'excuse ce jeudi dans une lettre ouverte.

Le 24 octobre dernier, Marc Rudolf, le directeur Europe de l’Office de promotion de Zürich, avait envoyé une lettre à diverses compagnies américaines implantées en Belgique. Il y décrivait l'inconfort causé par la grève nationale du rail. "Des piquets ont empêché les gens d’aller travailler. Ajoutez à cela une dette de plus de 100 % et la récession économique : l’image belge est de moins en moins rose", pouvait-on lire.

Cette campagne pour le moins offensive était - on s'en doute - passée assez mal. L’Awex a réagi par la plume de son administrateur général, Philippe Suinen, qui a écrit à l’ambassade de Suisse en Belgique pour lui faire part de son désappointement quant à la méthode peu orthodoxe utilisée par les autorités zurichoises.

Bénédict de Cerjat, ambassadeur de Suisse, a exprimé ses regrets à propos de ce qu’il qualifie de "malheureux incident", tout comme la directrice exécutive de Greater Zurich Area AG, Sonia Wollkopf Walt. Cette dernière présente ses excuses et reconnaît personnellement qu’il était inapproprié et peu délicat d’être négatif à propos du climat économique belge et européen.

"Le seul but était de porter la région de Zurich à l’attention d’entreprises internationales", assure-t-elle. "Nous regrettons cet incident et nous en tirerons certainement des enseignements. Notre intention n’a jamais été d’offenser l’état belge et ses citoyens."

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés