Et la commune la plus endettée est...

En 2016, Liège était l'entité la plus endettée du pays. Que l'on considère sa dette dans son ensemble, ou qu'on la rapporte au nombre d'habitants. ©CHRISTOPHE KETELS / BELGIAN FREE

A l'approche des élections communales du 14 octobre, L'Echo décortique les indicateurs-clefs de votre commune. Aujourd'hui: la dette. Et c'est la ville de Liège qui remporte la palme.

Au petit jeu de la commune ou ville la plus endettée, Liège gagne haut la main. Ses comptes 2016 affichent une dette de 1,17 milliard d'euros, loin devant Anvers (894,7 millions) et Gand (716,3 millions), qui forment le podium des entités affichant la dette la plus costaude. A ce stade, une précision: les chiffres que nous citons sont issus des comptes 2016 rentrés à la tutelle régionale par les communes du pays. Ce sont les derniers disponibles - les comptes 2017 commencent à arriver, mais leur compilation est toujours en cours. 

Liège donc. Sauf que le chiffre brut de l'endettement ne permet pas de faire grand-chose. N'est-il pas logique qu'une ville comptant des centaines de milliers d'habitants affiche un passif plus lourd qu'une commune ne totalisant qu'une poignée de centaines d'administrés?

Cerfontaine, la moins endettée

Rapportons donc la dette au nombre d'habitants - un exercice auquel vous pouvez vous adonner pour votre propre commune grâce à notre tableau de bord. Et... cela ne change pas la donne. Avec une dette de 5.931 euros par tête de pipe, Liège reste l'entité la plus endettée du pays. Derrière, suivent Coxyde (5.398 euros) et Libramont-Chevigny (5.191 euros). A l'autre extrême, on retrouve Cerfontaine, qui, de son Entre-Sambre-et-Meuse, n'est endettée qu'à hauteur de 5 euros par citoyen.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

A Bruxelles, le "trio de la dette" est formé de:

- Saint-Josse-ten-Noode (3.046 euros);

- Molenbeek-Saint-Jean (2.653 euros);

- Bruxelles-Ville (2.558 euros). 

C'est à Koekelberg que la dette est la plus légère: 513 euros.

En Wallonie, cela donne ceci:

- Liège, logiquement (5.931 euros);

- Libramont-Chevigny, toujours aussi logiquement (5.191 euros);

- Arlon (3.630 euros).

Vous vous en doutez aussi: c'est à Cerfontaine que la dette est la plus discrète (5 euros).

A la Ville de Liège, on tente de relativiser ce chiffre brut - forcément, entité la plus endettée, cela ne fait pas rêver, surtout à une encablure des élections communales.  En soulignant qu'en 2008, une intervention régionale est venue alléger, non pas la dette, mais la charge de celle-ci: à 100% pour quelque 482 millions, qualifiés de "dette du passé" par le cabinet du bourgmestre Willy Demeyer (PS), et à 80% pour environ 298 millions, relatifs cette fois aux "pensions du passé". Selon les calculs du directeur financier de Liège, ne restaient donc en 2016 "que" 331,3 millions réellement à charge des seuls Liégeois. Avec cette limite, tout de même: la reprise régionale est financée par le citoyen wallon - et donc, partiellement, par les Liégeois. Et ceci n'efface en rien la taille de l'ardoise liégeoise.

> Vous voulez tout savoir sur les données de votre commune? Consultez notre tableau de bord ici.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content