Nivelles | Une campagne duale

La Liste du bourgmestre tirée par le mayeur en fonction Pierre Huart est poussée par Valérie De Bue, l'actuelle ministre régionale des pouvoirs locaux. ©Photo News

La mobilité, la redynamisation du centre-ville, la réaffectation de chancres,... Autant de sujets qui animeront la campagne électorale en cité aclote.

La campagne en cité aclote s'annonce une nouvelle fois duale.

- À droite, la Liste du bourgmestre tirée par Pierre Huart, mayeur en fonction. Et poussée par Valérie De Bue, l'actuelle ministre régionale des pouvoirs locaux. La majorité sortante se verrait bien rempiler avec les mêmes partenaires, c'est-à-dire Ecolo, dont la liste sera tirée par Pascal Rigot, et Ensemble (étiqueté cdH), emmenée par Bernard De Ro. Même si au stade actuel, "aucune piste n'est exclue".  

- À gauche, la liste "PluS pour Nivelles", tirée par l'ancien bourgmestre PS Maurice Dehu et poussée par le ministre du Budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles André Flahaut. Le PS, enfin PluS, se verrait bien quitter les bancs de l'opposition qu'il occupe depuis douze ans, maintenant.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

À voir aussi, quel sera le score de DéFI, dont la liste est tirée par une femme, Véronique Vandegoor, agent immobilier. D'autant que la formation peut compter sur le transfert de Stéphane Oruba (ex-cdH). Elle est poussée par l'agent immobilier Marc Wilmet qui, après Horizon+, Intérêts communaux, le PRL, la liste NiVL et le mouvement Acte citoyen, a rejoint DéFI.

Au bilan réalisations de l'actuelle majorité, on peut mettre la rénovation de la piscine, le parc éolien du vent d'Arpes, le stand de tir de la police et la nouvelle académie. "Ce que je constate, c'est qu'au cours des dernières années, les habitants ont retrouvé une certaine fierté d'être Nivellois. On me dit souvent: 'On parle beaucoup de Nivelles en bien.'", se réjouit Pierre Huart. Des événements comme Viva for Life ou le Nivelles Summer Festival ont positionné Nivelles sur la carte des festivités, c'est certain.

"Tout à vélo comme à Gand ou Bruges? Ce serait oublier un peu qu'on est dans une vallée!"
André Flahaut
PluS, aujourd'hui dans l'opposition

Par contre, dans le centre-ville, c'est toujours la soupe à la grimace pour nombre de commerçants. Si la Grand-Place vit, les rues aux alentours sont à la peine. "On est dans un trend positif. De nouveaux commerces s'installent", estime Pierre Huart. "Mais Nivelles Commerce doit faire davantage. Jusqu'ici, il s'est contenté d'animer le centre-ville. Il faut maintenant penser à son développement économique, en contactant les enseignes etc." Et pourquoi pas en créant "une zone franche dans laquelle des facilités financières seraient apportées aux commerçants?", avance André Flahaut. "C'est une idée de droite", s'amuse-t-il, "mais si elle est bonne, pourquoi ne pas l'implémenter?" 

Autre cheval de bataille à gauche comme à droite: la future reconversion du site de la pharmacie militaire. "Il ne faudra pas rater cette reconversion", pointe André Flahaut, qui verrait bien sur ce site un ensemble dédié au sport et à la culture et ainsi désengorger le parc de la Dodaine. Un projet partagé par l'actuel bourgmestre qui pointe lui aussi le besoin de nouvelles infrastructures sportives. 

Au rayon mobilité, un mix voitures partagées, sécurisation des cyclistes, covoiturage est prôné par la liste du bourgmestre. PluS plaide pour une coexistence entre les différentes modes de transport, avec des parkings, des espaces de livraison, des navettes,... "Tout à vélo comme à Gand ou Bruges? Ce serait oublier un peu qu'on est dans une vallée!"

Quant à l'expansion de la Ville, PluS veut la voir comme une réponse à un besoin collectif. "L'extension du petit Baulers risque de devenir une cité dortoir avec l'absence d'une école, d'une antenne de police,..." La Liste du bourgmestre veut, elle, mettre l'accent sur l'assainissement des sites désaffectés (Val de Thines, Galvanisation). "Je ne veux ni de dents cassées ni de dents cariées à Nivelles", affirme encore Pierre Huart. 

Si tout cela prend forme, il ne manquera plus au bonheur des Nivellois qu'un cinéma. Un projet, lui, reporté aux calendes grecques!

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content