Enghien | L'arc-en-ciel Ecolo/PS/MR dans le ciel depuis 17 ans

©CARDON CORALIE

À Enghien, la coalition tripartite est cornaquée par un bourgmestre Ecolo depuis 2012.

S’il y a une commune où la configuration arc-en-ciel – née en 1999 avec Verhofstadt – s’est enracinée, c’est bel et bien la "petite" commune d’Enghien. Les trois formations politiques Ecolo, PS et MR y gouvernent en effet ensemble depuis 2001; à l’époque elles avaient éjecté une majorité absolue PSC. Depuis six ans, c’est Ecolo qui a pris les commandes de cette coalition.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Les verts disposent de 6 sièges, comme le MR, et le PS de 4 unités, mais c’est l’Ecolo Olivier Saint-Amand, un ancien instituteur qui, en 2012, avait rassemblé le plus grand nombre de suffrages derrière son nom, qui a endossé la vareuse de bourgmestre. Dans l’opposition, le cdH dispose lui aussi de 6 conseillers communaux. Pour la suite, le jeu est assez ouvert vu que le MR s’est divisé en deux listes concurrentes, ce qui va forcément émietter le stock de voix de la majorité.

Selon le bourgmestre, les finances communales sont en bon état, "l’endettement est raisonnable, le budget est en boni depuis les trois derniers exercices". L’IPP est quand même pointé à 8,5%, ce qui le situe dans la moyenne supérieure. La commune compte aujourd’hui quelque 14.000 habitants, et c’est une de ses caractéristiques: la forte croissance de la population. "On était à 10.500 habitants en 2000", se souvient le bourgmestre, qui attribue cette démographie à la hausse à plusieurs facteurs.

"On était une cité tristounette avec ses mauvais côtés, des gens qui dorment a Enghien mais vivent a Bruxelles; on a vraiment réussi à ce que la ville se réveille et change."
Olivier Saint-Amand
Bourgmstre Ecolo d'Enghien

À 30 km de Bruxelles

La proximité de Bruxelles, d’abord. "Nous sommes dans la ceinture proche de Bruxelles, avec des accès très faciles, on est a 30 km de Bruxelles et à 22 minutes de la gare du Midi, avec cinq trains par heure, donc ça attire du monde". La ville garde son aspect rural et la majorité en place tient fort à la présence d’un parc de 180 hectares dans le centre-ville (90 hectares de golf et 90 hectares de parc public). "On n’est pas une cité-dortoir", se défend le bourgmestre. "On était une cité tristounette avec ses mauvais côtés, des gens qui dorment a Enghien mais vivent a Bruxelles; on a vraiment réussi à ce que la ville se réveille et change". Le taux de chômage est de 10%, soit moins que dans le reste du Hainaut.

Autre caractéristique: Enghien est une commune a facilités linguistiques, 8 à 10% de Flamands sont présents sur le territoire.

Le bourgmestre dit vouloir travailler encore à l’attractivité de sa ville: "historiquement, les petites villes étaient des pôles économiques et culturels mais elles ont souvent périclité, donc on a voulu travailler sur l’image de la ville et on a développé le concept de ville-parc, la ‘verdurisation’ du centre ville, axer sur l’image de quelques grands événements comme le festival LaSemo ou la grande foire des jardins".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content